Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/09/2017

Parc Tournay-Solvay

Méconnu des Bruxellois, le parc Tournay-Solvay ? Je ne le connaissais pas, à vrai dire, avant que Colo puis un reportage télévisé ne m’incitent récemment à cette promenade à Watermael-Boitsfort, au sud-est de Bruxelles, à proximité de la forêt de Soignes et de la ligne de chemin de fer Bruxelles-Namur. Au début du XXe siècle, l’architecte paysagiste Jules Buyssens a réaménagé le parc autour du manoir d’Alfred Solvay (construit en 1878 pour ce frère du célèbre Ernest Solvay) puis de sa fille Thérèse Tournay-Solvay, un parc racheté par la Région bruxelloise en 1980 pour l’ouvrir au public.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine
Derrière nous, le chemin des Silex, le long de l'étang de Boitsfort

La voiture garée, nous empruntons le chemin des Silex qui longe l’étang de Boitsfort : de ce côté, une rive fleurie ; de l’autre, la forêt. Les plaques d’acier posées sur le chemin nous intriguent, jusqu’à ce que nous arrivions au chantier de construction d’une villa – elles sont destinées au passage des camions. Quelques rares maisons profitent déjà de cette situation exceptionnelle sur la Promenade Verte. Juste avant l’entrée du parc, nous admirons un ensemble de maisons autour d’une ancienne laiterie, pimpantes et fleuries.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Voici d’autres étangs, plus petits, où s’épanouissent des nénuphars, où s’épanche un saule pleureur – le royaume du vert. Au bord du chemin qui mène à la maison des gardiens, quelqu’un a sculpté des souches : des champignons, une tête à longue barbe. Un panneau de Bruxelles Environnement (l’IBGE est gestionnaire du parc) signale une ancienne glacière devenue gîte d’hivernage pour les chauves-souris.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

« Colchiques dans les prés », la chanson de Francine Cockenpot me revient aux lèvres en marchant vers le verger où certains pommiers promettent une belle récolte. Un peu plus haut, le superbe potager vaut le détour (cueillette réservée aux jardiniers) : capucines, haricots, tournesols, courges, bourraches… J’aimerais rencontrer quelqu’un qui puisse me renseigner sur cette grande plante verte aux feuilles géantes divisées par une belle nervure rouge, très ornementale, sur une des parcelles (voir plus bas).

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Une mésange charbonnière vient m’en distraire, intéressée par les graines de tournesol encore disponibles. Un long mur de briques contre lequel poussent des fruitiers palissés protège ce potager. Les allées pavées mènent à un bassin central en pierre bleue. Je resterais volontiers ici plus longuement mais nous n’avons encore parcouru qu’une petite partie du parc.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Du sentier le plus haut, on a de belles vues vers l’étang entre les arbres, puis on passe sur un pont, entre les grandes courbes des garde-corps en fer forgé, avant d’arriver au château Tournay-Solvay, en restauration depuis des années. Près des barrières du chantier, de grands panneaux expliquent les travaux entrepris et l’objectif à atteindre. Un incendie l’a laissé en ruines en 1982, il reste beaucoup à faire pour lui rendre de sa splendeur.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Des arbres remarquables, des allées, des bancs nous attendent au-delà dans ce magnifique jardin à l’anglaise que nous sommes heureux d’avoir découvert en commençant par son côté le plus champêtre et non par la grande grille d’entrée, un accès actuellement gâché par les travaux en voirie, les voitures garées. De curieuses boîtes en bois (projet Out of the Box) annoncent au bord de l’allée une exposition pour sensibiliser au sort des abeilles, dans la Villa Blanche du domaine. « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. » (A. Einstein)

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Nous nous arrêtons d’abord près de l’impressionnante « Tête Olmèque n° 8 » donnée au peuple belge par le gouvernement de l’Etat de Veracruz. C’est une réplique due à Ignacio Pérez Solorzano (2002), de même hauteur (2m20) que celle trouvée au Mexique à San Lorenzo. Les archéologues y ont trouvé dix têtes colossales de ce peuple précolombien qui a vécu de 1200 à 500 avant Jésus-Christ.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Exceptionnelle, la roseraie circulaire en gradins, en haut desquels des bancs accueillent promeneurs et visiteurs contemplatifs, est encore superbement fleurie en cette fin du mois d’août. Entourée par une haie bien taillée, le long de laquelle on se promène sous des arches métalliques où grimpent encore quelques roses, cette roseraie offre un jardin cultivé inattendu dans ce parc décidément très varié. Il n’y manque que l’eau de la fontaine centrale.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Sur une grande pelouse d’où l’on découvre un autre côté du Château, en meilleur état, avec ses bandes blanches entre les briques rouges, sont couchés trois gigantesques mégaphones en bois de l’artiste estonienne Birgit Oigus (dans le cadre de la présidence estonienne du Conseil de l’Europe) : RUUP, « un espace privilégié pour penser et écouter », indique le dépliant du parc. C’est très beau dans ce cadre de verdure.

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

La Villa blanche, villa art nouveau destinée aux amis des Tournay-Solvay, abrite aujourd’hui la Fondation européenne pour la sculpture. Jean-François Fourtou, dont les maisons sont aussi « des espaces mentaux, des surfaces de projections pour souvenirs enfouis », y expose « Les abeilles de Bruxelles ». Près de cet univers surprenant en trois dimensions, deux visiteuses font provision de graines dans le fouillis de la plate-bande, en particulier de grandes fleurs roses (non identifiées) entre les cosmos. 

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

parc,tournay-solvay,watermael-boitsfort,promenade,château,potager,verger,roseraie,villa blanche,sculpture,jardin,culture,patrimoine

Les rois du parc, ce sont ses grands arbres magnifiques, dont certains sont à l’Inventaire du patrimoine naturel de Bruxelles : cèdres du Liban, hêtres pourpres, noisetiers de Byzance, séquoia géant, tilleuls, tsugas du Canada… Mais quelle beauté aussi dans les sous-bois, où la lumière se pose sur des tapis végétaux à la manière des peintures impressionnistes – rappelez-vous, la perception du paysage est culturelle (Alain Roger). Ceux qui s’y promènent reviendront sans doute au parc Tournay-Solvay. En sortant par le chemin des Silex, nous croisons beaucoup de personnes avec leur collation de midi, des habituées, visiblement, de cet endroit idéal pour une pause, par un beau jour d’été.

30/08/2016

Ouette d'Egypte

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture« L’ouette d’Egypte habite toute l’Afrique subsaharienne, la vallée du Nil et le sud de la Palestine. Une petite population vit dans le sud de l’Angleterre où l’espèce a été introduite au XIXème siècle, et une autre plus restreinte existe aux Pays-Bas, originaire d’oiseaux échappés de parcs. »

Source : Oiseaux.net qui vous en dit tout et où vous pouvez écouter son cri, son chant.

 

Photo T&P : Etangs du Rouge-Cloître, Bruxelles (17.8.2016)

29/08/2016

Tous les verts

Au printemps, ils sont plus frais, plus acides, mais les verts de l’été, en août, ont aussi bien du charme. Au Rouge-Cloître, une après-midi : tous les verts, toutes leurs nuances, se mêlent. Où qu’il se pose, l’œil prend un bain de couleurs et de formes, de lumière et d’ombre.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

A la surface glauque des bassins, le long de l’abbaye, des grenouilles en grand nombre, immobiles.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Nous sommes à l’entrée de la Forêt de Soignes ; se promener au Rouge-Cloître, c’est, autour des étangs, regarder le soleil jouer dans les feuillages. Le grand nid des cygnes est encore visible, près du chemin, mais ils se sont réfugiés de l’autre côté du petit étang des Clabots.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

La prêle des bois s’étend par endroits comme une rivière moussue au pied des troncs, légère, aérienne, élégante.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

A contre-jour, un arbrisseau se dessine, vert vif contre vert sombre. J’aurais voulu vous montrer le superbe martin-pêcheur au bord de l’eau, mais il s’est envolé trop vite.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

On plante çà et là de jeunes pins sur les talus, leurs aiguilles vert bleu contrastent avec le feuillage des arbres voisins. Le bois mort laissé sur place nourrit la biodiversité.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Sous la surface verdie des étangs, des formes sombres en mouvement, parfois plus claires : les étangs du Rouge-Cloître abritent « la brème, la tanche, la carpe, le gardon, le rotengle, l’épinoche, la perche, le brochet ou la rare bouvière » (Bruxelles Environnement).

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Du chemin, on suit le fil de l’eau, entre les branches basses et les haies.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Puis on revient vers la Maison du Meunier, où le lierre grimpe sur le toit – une maison souvent peinte, certains l’appellent la maison de Bastien.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Près de la ferme, un dindon parade, on ramène les ânes. Dans les espaces de loisirs aménagés à l’arrière, les enfants montent à l’assaut d’un beau trois-mâts.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Le site est aujourd’hui soigneusement préservé. Plusieurs zones non accessibles constituent l’une des réserves naturelles de la forêt de Soignes.

rouge-cloître,auderghem,bruxelles,abbaye,étangs,nature,forêt de soignes,promenade,culture

Une promenade au Rouge-Cloître est toujours bienfaisante et en particulier, sous un ciel d’azur. Au sud de Bruxelles, c’est un endroit très cher aux amateurs de verdure.

30/07/2016

Remarquables

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins« La plupart des arbres que l’on rencontre aux détours des sentiers sont remarquables par leur stature et leur développement, plus que par la rareté de leur essence. D’immenses marronniers, de magnifiques hêtres pourpres, des mélèzes du Japon et de remarquables charmilles, tantôt taillées en forme de haies, tantôt formant de hautes palissades. »

Source : Une promenade dans les jardins d'Annevoie (Les lignes de l’Entre-Sambre-et-Meuse)

 

 

28/07/2016

Jardins d'Annevoie

Au bord de la route qui longe la Meuse après Namur vers Dinant, la direction des Jardins d’Annevoie est indiquée en grand, et nous avons laissé la voiture au parking juste en face pour revisiter ce « domaine classé Patrimoine majeur de Wallonie ». Des jardins du XVIIIe siècle où l’eau est reine, depuis 250 ans. Un réseau de canaux y distribue les eaux du Grand Canal par vases communicants, sans machinerie : ce sont des « jardins d’eau ».

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Mes souvenirs d’enfance étaient vagues et un peu sombres, sans doute les avions-nous visités par un jour sans soleil. Peut-être espérais-je y voir davantage de fleurs, alors que le goût du XVIIIe allait davantage aux perspectives et aux massifs taillés ? Cette fois, de belles éclaircies ont accompagné une bonne partie de la promenade.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Le plan des Jardins donne de brèves explications sur le parcours discrètement numéroté, qui se découvre au regard peu à peu. De part et d’autre du chemin, la verdure à la surface d’eaux stagnantes attirait de nombreuses libellules en pleine saison des amours semble-t-il, et même sur le dos d’un visiteur.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

La salive du « Grand Cracheur » monte jusqu’à sept mètres de haut, précédant des cascades. Conçus d’abord dans le style français (perspectives et symétrie), les jardins offrent aussi des surprises, des contrastes, dans le style italien, et çà et là des imitations de la nature, à l’anglaise. Et de grands arbres remarquables.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Ce qui est très gai, aux Jardins d’Annevoie, c’est leur variété. Il suffit de se retourner pour voir apparaître une vue différente ou inattendue de l’endroit qu’on vient de traverser. Le domaine est vaste : son histoire est racontée dans une série de billets du site de Bob intitulé Les lignes de l’Entre-Sambre-et-Meuse.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Quand on approche du château, côté jardin, on voit bien qu’il a été construit en plusieurs étapes dans cette belle pierre grise de la région namuroise : à la jonction entre façades, aux fenêtres différentes, aux briques sous certaines corniches… La gentilhommière sur la droite est la partie la plus ancienne.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

On le découvre d’abord « côté eau » puisque la façade sud du château se mire dans l’eau, juste en face d’un rare « buffet d’eau », un des seuls en Europe « à avoir subsisté en parfait état de fonctionnement sans l’intervention d’aucune machine depuis sa construction en 1760 ». Au-dessus, à contre-jour, les silhouettes de Neptune et d’Amphitrite. Contourner le château est un régal pour la vue, au jeu des reflets.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Non loin d’un autre miroir d’eau, la « fontaine Triton » montre un enfant aux cheveux bouclés tenant les rênes du grand poisson qu’il chevauche, le visage de la fillette qu’on découvre de l’autre côté est ravissant. A travers les ouvertures aménagées dans les haies, le regard s’échappe, devine ce qui l’attend.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Que de belles perspectives ensuite, avec des arbres taillés en cônes, des murets, des plates-bandes fleuries ! On se contente de jeter un coup d’œil vers la cour intérieure du château (défense d’y entrer), en face de la « grande Allée » dont les parterres sont plantés d’impatiences de Nouvelle-Guinée rouges et oranges, comme des tapis au pied de statues des quatre saisons (en trompe-l’œil).

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Orangerie, potager, bassins et fontaines, passages de verdure couverts, il reste bien des choses à découvrir ensuite. Et même des groseilles rouges à cueillir, trois enfants ne s’en privaient pas. Des bancs bien placés permettent de contempler les jardins à l’aise, on a le temps – du moins, si le ciel le permet.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Quand on monte vers le Grand Canal, après être passés devant la crypte où reposent Charles-Alexis de Montpellier et ses descendants (à l’arrière de l’église d’Annevoie), on jouit de nouvelles vues superbes sur le château et les jardins. Mais de gros nuages noirs nous ont fait presser le pas pour terminer le parcours avant la pluie – j’aurais bien passé plus de temps au « Jardin des fleurs » et continué la promenade au-delà.

jardins d'annevoie,jeux d'eau,patrimoine,xviiie,belgique,wallonie,anhée,promenade,fontaines,château,culture,nature,art des jardins

Chaque saison donne une atmosphère différente aux Jardins d’Annevoie, comme on peut s’en rendre compte sur les photos du site. En été, ils sont peut-être moins fleuris qu’au printemps, mais on y goûte particulièrement la fraîcheur des eaux dans cette belle nature civilisée, héritage du siècle des Lumières.

02/07/2016

Aller à pied

Liège Boverie (33) bis.jpg« Le promeneur au 18e et au 19e siècle, tout comme aujourd’hui bien sûr, est un homme potentiellement issu de toutes les classes sociales ; nulle d’entre elles n’échappe à cette envie de se retrouver seul, en couple, en famille ou en groupe, avec la nature et ses « ornements » – ainsi que les artistes et les théoriciens du paysage nomment les arbres, les rochers, les plantes ou les cours d’eau. Que cela soit par nécessité – un déplacement professionnel ou familial – pour le plaisir de la marche et du sport aussi bien que dans un désir de méditation ou de détente, à tous les âges, on a toujours été amené à « aller à pied ».   

Vincent Pomarède, Fragments introduisant à la représentation picturale des loisirs in Catalogue En plein air, La Boverie, Liège, 2016.

14/03/2016

Le nid du cygne

Ciel bien dégagé pour ce deuxième dimanche de mars : après une nuit de gel, une légère brume matinale, le thermomètre remonte lentement. Si nous allions au Rouge-Cloître cet après-midi ?

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

En passant devant la maison du meunier, une pensée pour le peintre Bastien qui y a habité. Pas étonnant que cet endroit ait inspiré des artistes, le cadre est pittoresque à souhait, en toute saison.

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

Beaucoup de promeneurs le long des étangs, dans les allées. Les bancs face au soleil remportent leur succès habituel et quelques pêcheurs ont même jeté leurs lignes dans les eaux tranquilles.

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

Plus loin, un chemin s’écarte vers la droite et nous rejoignons un groupe d’observateurs immobiles qui gardent le silence : des photographes et des curieux se sont arrêtés pour regarder le manège des écureuils, des mésanges, des sitelles…

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

Il y a là quelques troncs couchés, un fouillis de branchages, et puis, sur les poteaux en bois de la clôture au bord du chemin, des graines pour attirer la faune locale. Difficile de saisir l’instant dans ce ballet improvisé quand on ne dispose pas d’un de ces magnifiques appareils munis de téléobjectifs !

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

Mais la plus belle surprise du jour nous attend plus loin : au bord d’un sentier moins passant, tout près de l’eau, un cygne s’affaire sur son nid en construction. Installé en plein milieu, il allonge le cou pour disposer les rameaux autour de lui, fait une pause pour juger du résultat, recommence, sans trop s’inquiéter du voisinage humain.

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

Nous le laissons derrière nous avec regret – tant de blancheur, tant de grâce. Un peu plus loin, un panneau « zone de protection » rappelle de ne pas s’écarter du chemin et de tenir son chien en laisse, c’est bien le moins. Quelle confiance chez ce cygne envers les flâneurs du dimanche !

promenade,bruxelles,rouge-cloître,nid de cygne,cygne tuberculé,soleil,dimanche,nature,culture

Emue par ce spectacle, à présent je trouve à tout une grâce particulière, comme à cette frêle ramure au-dessus de l’eau aussi délicate qu’une dentelle.

03/03/2016

Du ciel sur la terre

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière
* Mercredi 24 février 2016

Après des jours gris, après la pluie encore et encore, un jour de lumière éblouissante : allons-nous promener à la campagne. Dans ce coin du Brabant flamand, les fossés gorgés d’eau jouent aux métamorphoses, les prairies inondées offrent un miroir aux nuages. Du ciel sur la terre.

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

Les verticales et les horizontales parfois se dédoublent, soulignent ici une clôture, là un chemin, une allée d’arbres du « plat pays qui est le mien ». On voudrait être peintre pour capturer ces lignes, on camperait son chevalet au bord de la route pour rendre grâce à la beauté d’un tel jour.

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

Les arbres aussi sont à la fête. Peupliers blancs, saules, habitués des terres humides. En février, ils bourgeonnent à peine mais déjà leur ramure s’élance, on perçoit comme un frémissement qui adoucit leur ramure, annonce le fin brouillard printanier de la feuillaison.

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

A notre approche, un couple de canards enchantés des nouveaux territoires gagnés par l’eau cherche un refuge. Il y a tout ce qu’il faut à la lisière des prés, herbes sèches, haies naturelles des arbustes aux branches verdies qui s’ouvrent en éventail, promesses d’ombre.

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

Majesté végétale, cet arbre-ci embrasse tout, le ciel et le paysage. Sur son canal éphémère, regardez comme il se déploie, traversé par la lumière, comme il offre de l’air à ses branches et ses branches aux oiseaux, comme il invite au regard ! Nous le saluons. 

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

Au canal de Louvain, la perspective est plus classique. On pense à certaines rangées d’arbres sous le pinceau d’Emile Claus, au Canal en Flandre de Théo Van Rysselberghe (mais ici, le temps n’est pas triste). Miroir friselé auquel une bande de mouettes, prises au jeu des reflets, apposent leurs paraphes blancs. Sur la berge, les oies fouillent du bec la terre spongieuse.

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

Une péniche a passé l’écluse, elle vient troubler la scène : les oiseaux s’envolent, s’écartent, les remous dispersent le paysage inversé. Tout reprendra bientôt sa place, les arbres reviendront se mirer dans l’eau tranquille. Illusion de l’immobilité : les nuages se sont éloignés, d’autres se rapprochent, la lumière change imperceptiblement. 

promenade,canal,eau,ciel,arbres,brabant flamand,reflets,lumière

On pense à Marie Gevers et à son étang. Au retour, le long des fossés qui débordent, c’est à qui l’emportera sur l’autre. Le bleu des mares ou celui du ciel ? L’arbre qui s’élance ou son reflet qui se noie ? La terre fait aujourd’hui* le plein de lumière.

25/08/2015

Art déco

Avenue Cambier (49).JPGMerci encore au propriétaire de cette belle maison art déco, qui nous a invités à y entrer. Il l’a rénovée avec un grand respect de son caractère, la façade rendue à sa beauté d’origine en préservant les châssis. Des grilles doivent encore être remises en place. Les moulures ont été conservées à l’intérieur, les cheminées en marbre aussi, avec l’un ou l’autre aménagement. Certains parquets ont dû être remplacés.

Avenue Cambier (52).JPGLa modernisation de la façade arrière a permis une meilleure isolation de la maison, aussi par la toiture qui s’ouvre à présent sur une terrasse spacieuse en intérieur d’îlot. Du côté de l’avenue Cambier, les fenêtres ornées de vitraux donnent sur le parc Josaphat – jolie vue !

24/08/2015

Avenue Cambier

Rendez-vous était donné par PatriS à l’angle de la place Meiser d’où part l’avenue Cambier, une autre belle artère de Schaerbeek. On y va ? Avant la promenade, Cécile Dubois a présenté la place, si encombrée aux heures de pointe, si calme en ce week-end du 15 août. Elle s’est appelée Cambier comme l’avenue puis a pris le nom d’un héros de 1914-18, Jean-Baptiste Meiser. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Place Meiser (à l'arrière-plan, la tour Reyers)

D’un côté de la place, des constructions basses, de l’autre, de hauts immeubles. Le coût de la construction a augmenté après la première guerre. Le succès des appartements, moins chers, a conduit à promulguer en 1924 la loi sur la copropriété : avant, les immeubles « de rapport » à trois ou quatre niveaux, sans ascenseur, n’accueillaient que des locataires – le propriétaire habitait ailleurs –, après, on va quasi doubler la hauteur des immeubles conçus cette fois pour une clientèle bourgeoise. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Immeuble "moderniste" (1935) au 14, place Meiser

Celle-ci apprécie dorénavant de vivre à l’horizontale avec tout le confort : ascenseur, réceptions, espaces privés, services, chambre de bonne – un habitat considéré comme plus moderne et plus économique. Les domestiques peuvent servir plusieurs propriétaires, un seul concierge veille sur tous. (Aujourd’hui, une conciergerie signifie plus de charges communes et on recherche souvent de petits immeubles sans concierge.) 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
L'avenue Cambier, vue de la place Meiser

Il nous a fallu un moment pour repérer sur la place les immeubles « jumeaux » construits dans les années ‘30 par l’architecte Schaepherders : des façades similaires, une alternance de briques rouges et d’enduit blanc, des terrasses symétriques séparées par une colonne (photo 1). Plus près, entre les avenues Rogier et Cambier, un immeuble blanc tout en rondeurs (photo 2) paraît plus « moderniste ».  

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Dans un ensemble de douze villas de style cottage (1922-1923), architecte Prosper de Meyst

Le plan d’origine prévoyait que le parc Josaphat s’étende jusqu’à la place, mais il s’est arrêté à la ligne de chemin de fer au-dessus de laquelle passe l’avenue Cambier. En 1914, Schaerbeek obtient une dérogation pour y vendre des terrains pour villas, dans une avenue arborée, avec des jardinets à l’avant. Les grilles de jardinets pourront être remplacées par des haies. La première villa construite est aujourd’hui un restaurant. (Pour ceux que le passé du quartier intéresse, deux sites à consulter : celui de Bruciel, des vues aériennes de Bruxelles à différentes époques, et celui de l’Inventaire du patrimoine architectural.) 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Avenue Cambier 30 (photo 2013) © MRBC-DMS

Nous marchons à la découverte de maisons souvent groupées par deux ou trois, de style pittoresque ou art déco ou encore « normand » avec des colombages (souvent faux). Beaucoup ont été construites entre les deux guerres. Les entrées sont soignées. Au numéro 30 (ci-dessus), la tourelle d’angle « sous terrasse à parapet à amortissements en boule » cache une entrée latérale, prisée pour les villas à trois façades. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Villa à trois façades conçue par et pour l'architecte G. Hano, 1922.

Celle de l’architecte G. Hano est très différente, d’inspiration « beaux-arts », avec une entrée monumentale où trône un hibou de pierre et un mascaron à la clé de voûte. De maison en maison, la guide nous fait observer des détails, comme ces bas-reliefs sur celle du sculpteur G. Vandevoorde, à qui on doit le monument aux martyrs de la place des Carabiniers, près de la RTBF. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Villa à trois façades conçue par l'architecte J. Van den Hende pour l'entrepreneur Robert Martiny, 1923

Chaque maison a son histoire, son style. Celle construite au 24 par un architecte gantois pour son beau-frère entrepreneur est raffinée : un enduit de simili-pierre présente de faux joints qu’on ne remarque pas au premier abord. La toiture est à corniche débordante, des « denticules » et des « chapelets de perles » ornent la façade ainsi que des feuillages en bas-relief. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture

A l’angle de la rue des Pavots, une villa très pittoresque, art déco et « cottage », donne l’occasion à la guide d’expliquer la différence entre une toiture à croupe ou à croupette – leçon de vocabulaire. Au bout de cette rue vers le boulevard, une maison habitée par Jacques Brel, de 1962 à 1965, fait face à une grosse villa à logements multiples. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
Villas jumelles, G. Leemans, 1926

Aux 101, 103 et 105 de l’avenue Cambier, on se rapproche de l’art déco dont nous verrons de belles réalisations plus loin. Mais nous jouons d’abord au jeu des comparaisons devant deux maisons de G. Leemans « en miroir », dont les façades ont évolué très différemment, l’une couverte de céramiques, l’autre d’un enduit uniforme. Cet architecte, déjà croisé avenue Demolder, aimait varier la disposition des briques pour orner les façades. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture
L'entrée d'une maison de rapport art déco joliment restaurée, au n° 105

Arrivés à la ligne de chemin de fer, nous sommes invités à entrer dans le jardin potager écologique Cambier (sur un terrain loué à Infrabel), où on peut déposer ses déchets organiques pour en faire du compost, après accord passé avec la commune. Un apiculteur, au fond, s’occupe de ses ruches. 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture

Cécile Dubois veut terminer la promenade au monument Ernest Cambier près du parc Josaphat. Mais comment ne pas s’arrêter devant la belle Parc Résidence avec ses lanternes intégrées de part et d’autre de l’entrée ? Comment ignorer la sympathique invitation d’un jeune propriétaire qui vient de rénover une maison art déco dans les règles de l’art ? 

avenue cambier,schaerbeek,place meiser,architecture,xxe siècle,bruxelles,urbanisme,patrimoine,patris,visite guidée,promenade,estivales 2015,monument,art déco,culture

La balade s’achèvera donc devant le monument au major Ernest Cambier (1844-1909), son visage en médaillon sur le socle. Au service de l’Association internationale africaine contre l’esclavage, il a œuvré à la fondation de Karema et à la construction du chemin de fer au Congo. Les feuillages du parc Josaphat encadrent joliment ce monument dû à Claus Cito (1920).