Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/05/2015

Nice, musée Matisse

Nice. Sur les hauteurs de Cimiez, pour se rendre au musée Matisse, on traverse un quartier de résidences et de villas belle époque, on passe devant le splendide Regina, avant de trouver, si on a de la chance, une place pour garer la voiture entre le cimetière et un jardin public en haut de la colline. On emprunte alors une allée du parc qui mène à une grande demeure du XVIIe siècle, rebaptisée Villa des Arènes 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture

Matisse a vécu plus de quarante ans à Nice, et en 1938, achète au Regina deux appartements au troisième étage. Ce « vaste lieu de vie et de travail, peuplé de vases, meubles, plantes, étoffes et tentures » sera sa dernière résidence. Il y décède en 1954. J’ignorais qu’il était enterré au cimetière de Cimiez, sinon j’y serais allée. (Sur la route de Matisse, brochure à télécharger sur le site du musée, Matisse et Nice). 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture
http://www.musees-mediterranee.org/portail/musee_fiche.ph...

Le musée, qui contient la quasi-totalité de l’œuvre sculpté de Matisse a bénéficié de diverses donations, notamment d’objets lui ayant appartenu. Le site en donne un aperçu. Des peintures, et surtout des dessins, des œuvres graphiques, de beaux papiers découpés. De l’accueil, on descend dans un hall spacieux où sont présentés de grandes sculptures et les célèbres « Torses » en relief.

Le parcours est thématique. Une des merveilles de Matisse, c’est son art de la ligne. On a réuni dans la salle suivante quelques visages de femmes : le pinceau a tracé le contour, les yeux, le nez, la bouche, et cela suffit à capter une physionomie. En regardant de plus près la « tache d’encre » qui fait l’œil ou la corolle des lèvres, on voit qu’il y a là quelque magie. 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture
Matisse, Nature morte aux livres, 1890 © Musée Matisse, Nice

La danse (la grande toile de l’Ermitage est exposée actuellement au nouveau musée Vuitton), les corps en mouvement, inspirent Matisse tout au long de sa vie, comme on peut le voir ici. Près des études préparatoires pour la fresque du Dr Barnes – des groupes de danseurs – se trouve un bois cylindrique où Matisse avait déjà sculpté des danseuses. 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture 
Matisse, Petite pianiste, 1924 © Musée Matisse, Nice

Sa toute première peinture, dans une salle consacrée à sa première période, 1890-1897, est une Nature morte aux livres : ils sont posés en pile sur une nappe blanche qui contraste avec le fond noir de cette petite toile assez sombre. Il l’a signée d’une anagramme, « Essitam ». Ce sont les voyages qui vont lui révéler la lumière. Une Petite pianiste en robe bleue, de profil devant un papier peint rouge, datée de 1924, montre un peintre très différent, qui couvre sa toile de couleurs et de motifs. Matisse marie les imprimés et les rayures, les arabesques et les aplats colorés, comme dans l’Odalisque au coffret rouge (1926).

Tempête à Nice (1919-20) est tout mouvement : les couleurs ici sont lavées par la pluie, mais le paysage entier – terre, mer et ciel – est pris par les bourrasques. Des hachures glissent dans le ciel gris du bleu, du rose ; les crêtes sombres des vagues conduisent l’œil aux montagnes, tout au bout, vers lesquelles convergent le parapet de la promenade, l’allée de pins parasols où s’interposent deux grands palmiers, la route où nous apercevons, en contrebas d’une balustrade à peine évoquée dans l’angle inférieur droit de la toile, une silhouette en noir sous un grand parapluie. 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture
http://www.musees-mediterranee.org/portail/musee_fiche.ph...

A l’étage sont exposés de nombreux objets légués par la famille de Matisse à la ville de Nice : des vases, des pichets, quelques meubles, une très jolie coupe en bois de forme ogivale, qu’on dirait aujourd’hui très « design ». Celle-ci tient compagnie à deux grandes sérigraphies : Océanie, le ciel et Océanie, la mer – splendides. 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture 
Matisse, Torse debout, 1909  © Musée Matisse, Nice

La prédilection de l’artiste pour l’infinie variété des visages s’illustre à nouveau dans une série d’eaux-fortes intitulées tantôt « Chinoise », tantôt « Martiniquaise ». Puis c’est le thème du nu qui se décline, en gravures et en sculptures. Un petit Torse debout (1909) n’a ni tête ni bras, mais dans ce torse et ces jambes, il y a le mouvement, la vie.

En 2012, une donation a permis au musée de s’enrichir d’éléments découpés non utilisés par Matisse, restés dans son atelier. Un meuble original à charnières permet de les regarder, chaque élément sous verre dans un cadre, regroupés par couleur, un alphabet de peintre.

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture 
http://www.ceastudyabroadblog.com/?p=8399

Dans la nouvelle aile, jusqu’au 17 mai, l’exposition « Henri Matisse : Regards sur la collection, une palette d’objets » présente des œuvres, des variantes autour d’un motif : par exemple, une nature morte, un bouquet près d’une petite tasse fleurie, celle en vitrine juste à côté. Matisse passe du format horizontal au vertical, puis essaye plusieurs compositions où la petite tasse change un peu de forme à chaque fois. Aux murs, des photos en noir et blanc des objets de Matisse dans sa villa Le Rêve à Vence, prises par Hélène Adant.  

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture
La Piscine - Collection Musée Matisse, Nice - Don de Claude et Barbara Duthuit, 2011.
http://www.nice-premium.com/cultures-spectacles,1/arts,39...

Un étonnant fauteuil vénitien et son guéridon assorti sont installés plus bas, dans le grand patio où une large baie vitrée éclaire un festival de couleurs et de formes : Fleurs et fruits, une de ses dernières œuvres (1952-1953), très grand format, près de neuf mètres de long, en gouaches découpées. 

Avant la sortie, une autre donation récente met une très belle touche finale à la visite : La Piscine. Sur un bandeau blanc, des silhouettes de nageuses, des formes stylisées, composent la fresque bleue dessinée par Matisse pour la piscine du Regina tout proche. Une création par laquelle il voulait produire de la « fraîcheur mentale » qui agirait comme un « calmant cérébral ». 

musée matisse,nice,cimiez,matisse,peinture,dessin,sculpture,culture 

C’est sur cette impression lumineuse que j’ai quitté le musée Matisse et retrouvé le bleu du ciel au-dessus de Cimiez. J’espérais trouver davantage de peintures dans ce musée niçois, mais j’y ai appris à mieux connaître l’univers de l’artiste. A dix-sept ans, en découvrant ses toiles au musée de l’Orangerie, j’étais très déconcertée par sa manière de peindre. Ici, à Nice, je me suis souvenue d’un échange avec ma titulaire de rhéto, qui m’avait dit alors : « Vous verrez, Matisse, c’est très beau. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05/05/2015

Petits aménagements

Pamuk Cevdet Bey couverture.jpg

 

« Regardez-moi. Ne suis-je pas un bavard et un simple commerçant ? Non, non, permettez-moi de le dire à présent. Hier, j’étais le fils d’un pacha… Me fais-je bien comprendre ? Mon regretté père disait que chez nous, les grands changements ne sont pas très frappants parce qu’ils résultent toujours de perpétuels petits aménagements… Que dites-vous de cette idée ? Oui, des aménagements… Ce sont de petits et intelligents petits aménagements qui ont permis le cours silencieux de l’histoire ! Voici ce que disait mon père. »

 

Orhan Pamuk, Cevdet Bey et ses fils

04/05/2015

Cevdet Bey & co

Le premier roman d’Orhan Pamuk, Cevdet Bey et ses fils (1982, enfin traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy, 2014), raconte le destin d’un commerçant d’Istanbul et l’histoire de sa famille sur trois générations, de 1905 à 1970. Ce récit plein de questions sur le sens de la vie et sur l’évolution de la Turquie compte quelque 750 pages. 

pamuk,cevdet bey et ses fils,roman,littérature turque,istanbul,saga,famille,sens de la vie,société,culture

Le prologue montre le jeune Cevdet Bey au réveil – dans son cauchemar, une fois de plus, il se sentait différent et seul –, le jour de la troisième rencontre prévue avec sa fiancée, fille de pacha, au konak de son père. Le jeune homme s’est habillé avec soin, a loué une voiture, mais dans son magasin, une quincaillerie spécialisée dans l’éclairage, on lui apporte une lettre l’appelant au chevet de son frère.

A son arrivée, Nusret, médecin militaire devenu « Jeune-Turc » à Paris, tuberculeux comme l’était leur mère, est furieux qu’on l’ait appelé, mais il va très mal. Cevdet Bey lui cherche un médecin, puis ramène son neveu Ziya confié à des parents qui habitent encore le quartier pauvre d’Haseki. La tension entre les deux frères est palpable. Nusret méprise le métier de Cevdet Bey, quant à lui fier d’être le seul commerçant musulman dans sa rue, au milieu des Juifs, Grecs et Arméniens.

 

Trois jours après un attentat à la bombe contre le sultan, c’est le principal sujet de conversation au club où il déjeune avec son ami Fuat Bey, commerçant de Salonique, un juif converti à l’islam. Celui-ci l’a introduit dans ce Cercle d’Orient où on apprend beaucoup grâce aux discussions et aux ragots aussi. Fuat Bey l’interroge sur le père de sa fiancée et lui conseille de s’intéresser davantage à la politique :

 

« Pourquoi vivons-nous, en fin de compte ? Uniquement pour faire du commerce et gagner de l’argent ? Non ! Pour fonder une famille, avoir une maison, des enfants ? Oui, bien sûr, mais tant qu’il n’y a pas de liberté, tout cela reste très limité. Quel mal y aurait-il à ce que tout soit aussi libre que là-bas, en Europe ? Nos femmes vivent comme des esclaves, celui qui ne fait pas le jeûne du ramadan finit au tribunal… »

 

Ces questions parcourent tout le roman, le désir de révolution ou du moins de réformes, l’aspiration à une société plus moderne. Son futur beau-père interroge aussi Cevdet Bey sur l’attentat avant de lui parler de ses enfants, de ses ennuis d’argent. Il est si bavard que le fiancé peut à peine entrevoir l’épouse du pacha qui sort avec ses filles, sans avoir pu parler à Nigân, sa future femme.

 

En chemin, Cevdet Bey revisite une maison en vente dans le quartier bourgeois de Nisantasi, regarde les tilleuls, les marronniers, le jardin bien entretenu – « C’est ici que je vivrai. » Chez son frère qui tient des discours exaltés mais se sait condamné, il ressent le prix de la vie et décide d’en profiter davantage, d’être joyeux, de rire, de boire et de manger, même si c’est souvent difficile à concilier avec le magasin.

 

Trente ans plus tard, le jour de la fête du Sacrifice, toute la famille est réunie chez Cevdet Bey et Nigân Hanim : Osman, leur fils aîné, et son frère Refik sont mariés ; leur fille Ayse, seize ans, chipote à table. Après le repas, Cevdet Bey somnole à l’écart des conversations, jusqu’à l’arrivée de son ami Fuat Bey avec sa femme et leur fils Remzi.

 

Le soir, les trois amis de l’école d’ingénieurs, Refik, Ömer et Muhittin qui place la poésie avant toute chose, se retrouvent chez Refik pour boire et discuter de leurs projets. Ömer le conquérant – « Il faut faire quelque chose dans cette vie » – déplore la routine bourgeoise de Refik, qui travaille avec son frère dans le commerce de famille. Lui nourrit de grandes ambitions, veut devenir riche, admiré. Cevdet Bey se joint à eux un moment et leur répète son credo : « Il faut travailler, aimer, manger, boire et rire ! »

 

Ömer a convaincu sa tante de vendre des biens de famille afin d’investir dans la construction d’un tunnel pour la ligne de chemin de fer. C’est là qu’il va travailler dans l’équipe d’un ingénieur allemand, de là qu’il écrit sa demande en mariage à Nazli, fille d’un riche pacha, une nouvelle qui déçoit Muhittin, nostalgique de leurs idéaux d’étudiants hostiles à la vie ordinaire. Comment vivre ? Que faut-il faire ? Lui n’a pas encore trouvé de réponse claire, mais s’est donné un ultimatum : être un bon poète à trente ans ou se suicider.

 

Orhan Pamuk décrit la vie et les états d’âme de ce petit monde que vient troubler la mort de Cevdet Bey, après « un demi-siècle de commerce ». Osman assure la relève, tandis que Refik, peu motivé au travail, se sent de plus en plus perdu même si sa femme a donné naissance à une fille. Devant Muhittin, dont le premier recueil publié n’a guère de succès, Refik avoue que sa vie déraille, que seule l’intéresse à présent la lecture des philosophes français, et surtout des Confessions de Rousseau.

 

Une mauvaise grippe le plonge dans une quasi dépression. Au bout de quarante jours, il accepte de retourner au bureau et de se couper la barbe. Mais un « sentiment de catastrophe » le rattrape bientôt : après une dispute avec sa femme, Refik fait sa valise pour rejoindre Ömer sur son chantier et voir du pays. L’Europe entre alors dans une période sombre. Après dix ans en Turquie, l’ingénieur allemand avec qui ils jouent aux échecs le soir dans leur baraquement n’envisage plus de rentrer au pays – Hitler a annexé l’Autriche.

 

Comment ces jeunes hommes vont-ils faire leur chemin ? Que deviendra Ayse, éprise d’un jeune violoniste qui n’est pas de leur milieu ? Les enfants de Cevdet Bey ne se satisfont pas du mode de vie traditionnel de leurs parents. Le désir d’une Turquie qui se développe à l’européenne se heurte aux réalités sociales, à l’essor du nationalisme turc et à l’individualisme.

 

Cevdet Bey et ses fils raconte comment la famille, les amis font face aux changements. C’est long, répétitif – la lenteur orientale ? Orhan Pamuk, trente ans quand il l’écrit, force le lecteur à s’imprégner des doutes existentiels qui obsèdent les personnages. Le roman trouve son épilogue en 1970, quand le fils de Refik, peintre, cherche à son tour une voie dans l’existence, au dernier étage de l’immeuble familial qui a fini par remplacer la maison de ses grands-parents.

02/05/2015

L'âme humaine

Mucem (1).jpgL’homme en tant qu’individu

Fait d’os et de chair,

De moelle et de nerfs,

De peau recouverte de poils et de cheveux,

Se nourrit d’aliments et de boissons ;

Mais son « âme », son esprit vit de trois choses :

Voir ce qu’il a envie de voir,

Dire ce qu’il a envie de dire

Et faire ce qu’il a envie de faire ;

Si une seule de ces choses venait à manquer à l’âme humaine,

Elle en souffrirait

Et s’étiolerait sûrement.

 

Extrait de la charte de la confrérie des chasseurs mandingues, Empire du Mali, XIIIe siècle.

Texte publié par Youssouf Tata Cissé dans « Soundjata, la Gloire du Mali », Karthala-ARSAN, 1991 (cité au MuCEM, Galerie de la Méditerranée).

30/04/2015

Le MuCEM et le Fort

Marseille, ciel couvert. Au bout du Vieux Port, nous découvrons de l’esplanade J4 la cathédrale La Major avec ses rayures, de l’autre côté du boulevard du Littoral, d’énormes bateaux de croisière à quai, et surtout, devant nous, le MuCEM, sous sa dentelle de béton gris foncé, juste à côté de la blanche Villa Méditerranée au porte-à-faux incroyable au-dessus d’un bassin. Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée annonce en façade ses expositions : « Lieux saints partagés », à partir du 29 avril, et plus tard « Migrations divines ». 

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

Pour accéder au restaurant tout en haut, nous empruntons les coursives en pente douce qui font le tour du bâtiment. La lumière y est tamisée par la paroi alvéolaire qui, de l’extérieur, cache l’intérieur, mais de l’intérieur, offre une vision singulière des alentours et même du ciel, le même motif se répétant comme les mailles d’une résille dans la toiture soutenue par des piliers aux formes organiques. Une intervention réussie de l’architecte français Rudy Ricciotti sur l’ancien môle portuaire. 

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

C’est de la grande terrasse sur le toit que part la fameuse passerelle de plus de cent mètres vers le Fort Saint-Jean avec ses vues formidables sur la mer et sur la ville, et sur le belvédère Saint Laurent, juste en face du fort. Une autre passerelle traverse les remparts et relie le site à la ville. De beaux aménagements contemporains assurent la transition entre le musée moderne et le fort ancien, des terrasses en gradins et, des jardins, le tout clairement balisé. Un plan est mis à disposition pour ne rien manquer : chemin de ronde, parcours botanique, placettes… 

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

Des bancs de bois arrondis, du métal rouille utilisé aussi bien pour les panneaux explicatifs que pour les flèches qui attirent l’attention sur certaines plantes et d’autres éléments fonctionnels et décoratifs, tout a été pensé pour mettre les lieux en valeur et aussi pour l’agrément des promeneurs, des groupes. L’accès au site est gratuit, l’entrée aux expositions payante. 

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

« La galerie de la Méditerranée », au rez-de-chaussée du Mucem, décline quatre « faits de civilisation » propres à l’univers méditerranéen : l’agriculture (le blé, l’huile, le vin), les trois religions monothéistes (« Abraham et les trois anges », une petite esquisse de Chagall, annonce un parcours sur Jérusalem, « ville trois fois sainte »), la citoyenneté et les droits de l’homme, et enfin « Au-delà du monde connu », les routes maritimes et les échanges culturels et commerciaux. 

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture

Machines hydrauliques, moules, sculptures, vases, maquettes, livres, icônes, peintures… Des objets anciens de toutes sortes illustrent ces quatre thèmes, usuels ou artistiques, ordinaires ou précieux, certains spectaculaires comme cette petite barque pour la pêche et la riziculture (Valence, Espagne), une hutte de transhumance aménagée, une charrette sicilienne richement décorée. Des photographies, des vidéos aussi, et de grands écrans qui fonctionnent « comme des fenêtres ouvertes sur la Méditerranée » (Plan-dépliant).  

mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture
« Dans la Galerie, les femmes qui répondent au banquet des Grecs, au centre du mur des portraits, incarnent ce combat pour la liberté de circuler,
l’accès aux soins et le respect de la vie humaine. » (Plan de visite, MuCEM, La Galerie de la Méditerranée)
mucem,fort saint jean,marseille,musée des civilisations,galerie de la méditerranée,architecture,musée,culture
« Cabinet des convoitises » Parmi les matières exotiques ramenées en Europe pendant la Renaissance, des curiosités naturelles
(corail, ivoire, lapis-lazuli) et des productions humaines (soie, porcelaine).  (MuCEM, La Galerie de la Méditerranée)

« Qu’est-ce que la Méditerranée ? Mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d’innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres. » (Fernand Braudel) Marseille s’est dotée avec le MuCEM d’un nouveau phare.

28/04/2015

Au jardin d'amour

La belle est au jardin d'amour,

Voilà un mois ou six semaines,

Son père la cherche partout

Et son amant est bien en peine.

 

Faut demander à ce berger

S'il l'a vue dans la plaine.

— Berger, berger, n'as-tu point vu

Passer ici la beauté même ?

 

Comment est-elle donc vêtue ?

Est-ce de soie ou bien de laine ?

— Elle est vêtue de satin blanc

Dont la doublure est de futaine. 

dupont,pierre,au jardin d'amour,poésie,littérature française,poème,culture

 — Elle est là-bas dans ce vallon,

Assise au bord d'une fontaine ;

Entre ses mains tient un oiseau,

La belle lui conte ses peines.

 

— Petit oiseau, tu es heureux

D'être entre les mains de ma belle !

Et moi qui suis son amoureux,

Je ne puis m'approcher d'elle.

 

Faut-il être auprès du ruisseau,

Sans pouvoir boire à la fontaine ?

— Buvez, mon cher amant, buvez,

Car cette eau-là est souveraine.

 

— Faut-il être auprès du rosier,

Sans en cueillir la rose ?

— Cueillez, mon cher amant, cueillez,

Car c'est pour vous qu'elle est éclose.

 

Pierre Dupont (1821-1870)

27/04/2015

Au fil de l'eau

Un sentier « au fil de l’eau »,  voilà de quoi tenter sous un ciel d’azur parfait : en route pour La Valette-du-Var, près de Toulon. « Autrefois, La Valette a bâti sa prospérité sur une activité maraîchère et horticole intense, elle-même rendue possible par l’eau qui abondait et abonde encore au pied du Coudon. » (Citations tirées du prospectus de la mairie, disponible à l’entrée de l’Hôtel de Ville). La promenade est aussi présentée dans la brochure Escale à Toulon Provence Méditerranée (Office du tourisme). 

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

Nous laissons la voiture au parking souterrain Jean Jaurès (gratuit) : de la place Charles de Gaulle, nous empruntons la rue du Char Verdun pour commencer le parcours à la fontaine de la Convention, près de l’église Saint Jean. Une baignoire enveloppée dans un drap y sert de fonts baptismaux ! Les terrasses, les platanes, c’est un endroit très agréable pour prendre un café au soleil par ce matin frais d’avril. 

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

De la fontaine aux robinets sculptés, une ruelle nous mène à une autre, très moderne avec son plan d’eau à fleur de pierre, où les pigeons qui s’abreuvaient s’envolent quand je m’empare de l’appareil photo – soit, ce sera sans eux. La rue de la Résistance remonte vers un ancien lavoir devenu salle d’exposition où l’eau s’écoule le long de murs moussus.

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

Plus haut, nous voici au pont Sainte-Cécile (XVe siècle) qui « reçoit sous son arche l’eau descendue de la Foux », une belle cascade fleurie. Le sentier suit le ruisseau à partir du square de l’Europe – à partir de là son sympathique glouglou accompagne la promenade, ce qui nous rappelle l’ambiance d’un tout autre pays, celui des bisses.

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

C’est « le sentier de desserte des domaines riverains » : les propriétaires y détournaient les eaux du ruisseau pour arroser leurs cultures de fruits et de fleurs. Avant de traverser l’avenue de la Libération, un coup d’œil à la superbe grille d’entrée de la résidence des Volubilis, puis nous suivons « la serve des Icards » dont le grand bassin de rétention a été consolidé au fil des ans par des contreforts, grâce aux Amis du Coudon qui les ont restaurés ainsi que les canaux d’irrigation. 

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

En haut, la fontaine Jeanne, installée sans doute bien avant 1661 (date gravée sur la pierre) par la reine Jeanne, « comtesse de Provence et reine de Naples », servait d’abreuvoir aux animaux, « notamment aux moutons qui partaient en transhumance ». Je reviendrais volontiers pour une balade guidée le long du « ruisseau chantant », seule manière d’accéder à « la Maïre des eaux », la source abritée dans un caveau du XVIIe siècle.

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

Mais une autre récompense attend là les promeneurs (on peut aussi y arriver en voiture) : un jardin remarquable, celui du domaine de Baudouvin (deux euros l’entrée). Depuis la Saint Valentin et jusqu’au 10 juin prochain, il décline le thème du « Jardin Romantique » – des cœurs en veux-tu en voilà et même une petite exposition dédiée aux romans d’amour les plus célèbres, à l’intérieur de la bastide en restauration dans la partie haute du domaine. 

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

« Les hautes grilles s’ouvrent sur un monde réellement merveilleux, alternant carrés potagers traditionnels et vergers d’agrumes », le long d’une magnifique allée de platanes, puis de terrasses déclinant divers décors et ambiances, « multipliant les points de vue sur le lieu » (Prospectus Parcs, squares et jardins valettois). Près du jardin japonais, la sono est assurée par les grenouilles en pleine période de reproduction : elles sont partout près des bassins animés par une fontaine aux arrosoirs, des passerelles, des sculptures en métal.

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

Le blason du jardinier André Le Nôtre, rappelle un écriteau, portait trois limaçons, censés rappeler au roi Louis XIV que la lenteur dont il se plaignait était une loi de la nature. On retrouvera des limaçons parmi les sculptures de ce grand jardin de Provence (la plupart contemporaines), plus vaste qu’il ne paraît à l’entrée. Les terrasses se succèdent et mènent à un bosquet : des dessins de Peynet sont accrochés le long d’une allée, variations sur le thème amoureux. 

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

Baudouvin offre toutes sortes de recoins à découvrir : une prairie de pâquerettes près d’un hôtel à insectes, un solarium garni de chaises longues d’où l’on peut goûter pleinement l’esprit du lieu au pied de la montagne, et des fauteuils suspendus, des « toi et moi », une petite bambouseraie… 

la valette-du-var,balade,fontaines,var,france,jardin,jardin remarquable,baudouvin,promenade verte,culture

En ce mois d’avril, les iris, les strelitzias, les églantiers fleurissent déjà, mais c’est surtout la diversité des décors, le site et la fantaisie bon enfant qui m’ont charmée. 

25/04/2015

Le matin s'allonge

En tous sens et à tout vent* / 8       

 

poème,poésie,littérature française de belgique,anthologie,piqués des vers!,culture

 

Le matin s’allonge très loin

Ce matin

Comment lui donner l’allure

D’une journée

Je souffle un petit paysage

Au milieu de mon verre

Je me regarde de travers

Une main végétale

Me tire vers l’arrière

Où dormir être deux

Je vais aller chercher

Suspendue plus au sud

La belle âme d’hier

Ce matin l’eau est une toile grise

Sur le mensonge des passants

Mais je passe aussi et je mens

 

Véronique Wautier, Douce la densité du bleu

 

 

*Colette Nys-Mazure, Christian Libens, Piqués des vers ! 300 coups de cœur poétiques, Espace Nord, 2014.

 

Pierre Abattucci, Bords de rivière

23/04/2015

Mes doigts par morse

En tous sens et à tout vent* / 7       

Mes doigts, par morse, te parlaient

 

En ce pays de nulle part où nous allions

À la recherche de l’amour,

Mes doigts, par morse, te parlaient,

Essayant de doucir ton corps déjà si doux

Contre mon corps, à l’ancre.

foulon,roger,mes doigts,par morse,poème,poésie,littérature française de belgique,anthologie,piqués des vers!,cultureEt nous glissions, malgré notre âge

En ce pays de nulle part qu’on nomme amour.

C’était le port, c’était mon corps toujours plus proche

Mêlé par l’ordre invisible du morse

Que mes doigts inventaient sur épaules, sur jambes

Et sur la dune douce des genoux.

Déjà, ta houle heureuse respirait,

Sœur de la mienne,

Dans un mouvement tendre et régulier

Qui rapprochait nos jeux, nos vœux, nos feux

Comme deux barques en dérive

Par le tropisme des courants, l’une vers l’autre

Ramenées.

Le ciel de notre chambre était rempli de signes

Nés du morse appeleur

Qui, par bec, sur ta peau, faisait naître des cygnes.

 

Et nous suivions sur nos deux corps enfin mêlés

Le doux volettement de ces oiseaux nocturnes.

 

Roger Foulon, Route du poème

 

*Colette Nys-Mazure, Christian Libens, Piqués des vers ! 300 coups de cœur poétiques, Espace Nord, 2014.

 

Braque, illustration de Lettera amorosa (René Char)

21/04/2015

Mains

En tous sens et à tout vent* / 6       

 

kegels,anne-marie,mains,poème,poésie,littérature française de belgique,anthologie,piqués des vers!,cultureTouchez longtemps ce qui se touche

l’écorce, l’eau, l’herbe, la bouche,

avec l’ardeur au creux des doigts

touchez le chaud, touchez le froid,

pour en faire votre aventure

touchez la mer et la voilure,

le mont, la plaine au cri de blé.

Un soir touchez vos doigts usés

comme un drap où les corps roulèrent.

Touchez enfin, noces dernières

aux feux assourdis du couchant

vos souvenirs mêlés au vent.

 

Anne-Marie Kegels, Poèmes choisis

 

*Colette Nys-Mazure, Christian Libens, Piqués des vers ! 300 coups de cœur poétiques, Espace Nord, 2014.