Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/12/2017

Les vacances de Leda

En attendant la sortie en Folio du troisième tome de L’amie prodigieuse, la saga à succès d’Elena Ferrante, j’ai lu Poupée volée (La figlia oscura, 2006, traduit de l’italien par Elsa Damien). Dans ce roman, Leda raconte ses vacances au bord de la mer. Le récit commence par une sortie de route et un réveil à l’hôpital. Seule Leda sait pourquoi. « A l’origine, il y avait ce geste, mon geste privé de sens dont, justement parce qu’il était insensé, je décidai tout de suite de ne parler à personne. Le plus difficile à raconter, c’est ce que nous ne parvenons pas nous-mêmes à comprendre. »

ferrante,elena,poupée volée,roman,littérature italienne,maternité,vie de femme,culture

Leda, bientôt 48 ans, se souvient du déménagement de ses deux filles à Toronto, où leur père s’est installé, ce qui a mis fin à son angoisse de devoir s’occuper d’elles. Un coup de téléphone à Marta et Bianca une fois par jour suffit à présent. Depuis leur éloignement, Leda vit et travaille à son propre rythme, elle a retrouvé la forme. C’est d’excellente humeur qu’elle loue un petit appartement pour l’été sur la côte ionienne.

Son sac rempli de « maillots de bain, serviettes, livres, photocopies et cahiers », elle cherche une plage accueillante au bord de la mer et en trouve une au bout d’une pinède. Sous un parasol débute là « une douce habitude » dans les senteurs du myrte et de l’eucalyptus, avec la complicité de Gino, le garçon de plage au corps « beau et nerveux » qu’elle observe en pensant qu’il plairait à ses filles. « Personne ne dépendait de moi et, enfin, je n’étais plus un poids pour moi-même. »

De jour en jour, Leda prend conscience de la présence des autres gens sur la plage et en particulier d’un groupe « un peu bruyant » de Napolitains, où elle remarque une très jeune femme fine et délicate dont la petite fille serre contre elle une poupée « comme une maman porte un bébé dans ses bras ». L’enfant lui semble un peu étrange, triste, elle réclame constamment la présence de sa mère. Parmi les noms indistincts qu’elle entend à distance, elle finit par reconnaître celui de Nina, la jeune mère, l’air si serein qu’elle l’envie.

La plage se remplit de monde le week-end. Quand Leda n’arrive plus à lire, elle observe le duo mère-fille ou plutôt leur trio, avec la poupée. L’enfant, Elena, va et vient avec un arrosoir d’eau de mer pour arroser les chevilles de sa mère et de sa poupée Nani, à qui elles prêtent toutes les deux leur voix pour la mêler à leurs jeux. Leda finit par en être agacée et va se rafraîchir dans l’eau. Puis arrivent tout à tour le père d’Elena et, de la mer, en bateau, « des hommes lourds aux visages ternes, des femmes à la richesse vulgaire, des adolescents obèses. »

Le groupe des habitués veut installer les visiteurs près d’eux, demande à leurs voisins de plage de se déplacer, mais une petite famille étrangère refuse et, à la demande de Gino, Leda va leur parler et arranger les choses, sous le regard de Nina qui souhaitait qu’elle intervienne. Agacée par l’insistance de ces Napolitains envahissants, elle-même refuse de bouger : « non, je suis bien ici, je suis désolée mais je n’ai aucune envie de me déplacer. »

Une femme du groupe, enceinte, viendra lui offrir une part de son gâteau d’anniversaire : on fête ses 42 ans. Rosaria et Leda parlent un peu, gentiment, puis celle-ci s’en va, se reprochant son attitude défensive. Sur le sentier de la pinède, un coup violent dans le dos la fait crier de surprise et de mal : c’est une pomme de pin « grosse comme le poing, fermée », qui lui laisse une lésion douloureuse – lancée exprès ? tombée d’un arbre ?

La tension s’installe, et dans l’esprit de Leda et dans le récit. Le sentiment de bien-être initial a disparu et de plus en plus de choses agacent l’universitaire, en elle-même et au-dehors. Le jour où Nina vient près d’elle, confuse, parce qu’elle ne retrouve pas sa fille, elle lui vient en aide, repère la petite assise au bord de l’eau. Mais celle-ci est inconsolable, elle a perdu sa poupée.

Poupée volée est un roman de femmes, de mères, de filles ; les hommes y ont des rôles secondaires. Tout ce qui arrive à Nina et à sa petite fille provoque des remous secrets qui agitent Leda en profondeur. Pour se calmer, elle lit, elle écrit. Le souvenir de ses relations compliquées avec ses filles la hante de plus en plus. La disparition de la poupée et tout ce qui s’ensuit a réveillé l’inquiétude de Leda par rapport à sa propre vie de femme et de mère. A travers ce récit de vacances où le thème de la maternité prédomine, Elena Ferrante nous plonge dans les désirs, les angoisses et les obsessions de Leda, entre raison et déraison.

Commentaires

les personnages et les thèmes sont identiques à ceux de la saga...

Écrit par : Adrienne | 21/12/2017

Oui, on reconnaît certaines obsessions d'Elena Ferrante. La grande différence, ici, c'est le nombre très limité de personnages ; on n'y trouve pas toute cette fresque sociale si importante dans "L'amie prodigieuse".

Écrit par : Tania | 21/12/2017

Je n'ai jamais lu de roman d'Elena Ferrante pourtant j'ai souvent aperçu ses livres... Ce que tu racontes si bien me donne envie de les découvrir, merci Tania. Je te souhaite de lumineuses fêtes de fin d'année, je t'embrasse. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 21/12/2017

Est-ce que ce roman t'a paru à la hauteur de sa célèbre série ? Je n'ai toujours pas commencé, mais ça viendra.

Écrit par : Aifelle | 22/12/2017

@ Plumes d'Anges : Ce roman-ci, plus court, te donnera peut-être envie de poursuivre dans son univers ? Merci, Brigitte. A toi aussi, de belles fêtes en famille ou entre amis. Je t'embrasse.

@ Aifelle : Moins d'ampleur dans celui-ci, mais une réussite dans l'approche des troubles de la personnalité.

Écrit par : Tania | 22/12/2017

Comme Plumes d'Anges, je n'ai encore jamais lu Elena Ferrante, ce n'est pourtant pas faute d'avoir croisé ses livres et des avis enthousiastes. Peut-être trop justement, après je crains la déception ( et de "lire sur commande ", c'est un peu idiot je le reconnais ). Belles fêtes de fin d'année à toi.

Écrit par : Marilyne | 22/12/2017

Cela m'arrive souvent de laisser passer un certain temps avant d'ouvrir un livre dont on a beaucoup parlé. Et puis l'occasion se présente de le feuilleter en librairie ou à la bibliothèque, de lire quelques lignes et de me décider, dans un sens ou dans l'autre. Bonnes fêtes à toi aussi, Marilyne.

Écrit par : Tania | 23/12/2017

Dans la saga, il y a aussi une histoire de poupée et des histoires de vacances à la plage mais cette fois si j'en crois votre billet la focale est située vers les relations de mère à fille. Trois tomes sont déjà parus et c'est le quatrième "l'enfant perdue" qui est attendu (en janvier je crois). formidable saga!

Écrit par : Zoë Lucider | 29/12/2017

Oui, c'est vrai, on y retrouve ces éléments mais l'histoire est très différente. Pour ma part, j'attends la parution du 3e tome en Folio à la fin du mois prochain.

Écrit par : Tania | 30/12/2017

Les commentaires sont fermés.