Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/12/2017

Un simple crayon

Un crayon, juste un crayon – c’est ce que souhaitait Jean d’Ormesson sur son cercueil et j’ai trouvé cela émouvant, ce simple crayon déposé par le président français sur le drapeau couvrant son cercueil, dans la cour des Invalides. Au cours du bel hommage que lui a rendu La Grande Librairie la semaine dernière, on a rappelé que le doyen de l’Académie française écrivait tous ses livres à la main.

Crayon sur le cercueil.jpg

Un crayon, beau symbole de l’écriture et aussi de la lecture. J’ai l’habitude, en lisant, de souligner et d’annoter au crayon ou avec un porte-mine, d'où sa présence sur le logo de Textes & prétextes.

L’UCL (Université catholique de Louvain) attire l’attention ces jours-ci sur une nouvelle sorte d’atlas : Mathieu Avanzi, chargé de recherche FNRS, a publié un Atlas du français de nos régions. Ce chercheur s’intéresse « à la variété de la langue française dans les régions francophones de Belgique, de Suisse et en France. »

Tous les francophones savent qu’on n’emploie pas forcément les mêmes mots pour désigner les mêmes choses, ne fût-ce que « septante » (en Belgique) et « huitante » (en Suisse). Je me souviens des enquêtes que menait régulièrement André Goosse, au cours de lexicologie, sur l’emploi de termes différents d’une région à l’autre. Avant le voyage des rhétos à Paris, j’attirais leur attention là-dessus : les élèves trouveraient des « serviettes » et non des « essuies » dans la salle de bain de l’hôtel, elles auraient un temps libre à midi pour le « déjeuner » et non pour le « dîner », etc.

Français d’origine, Mathieu Avanzi a emménagé en Suisse « pour effectuer une thèse sur l’intonation du français avant de rejoindre la Belgique pour poursuivre ses recherches dans la cadre d’un post-doctorat à l’UCL », il a eu l’occasion d’observer les différentes façons de parler. Son Atlas du français de nos régions propose les résultats de ses enquêtes dans ces trois pays sous la forme de cartes.

Français Crayon.png
Carte extraite de l'Atlas du français de nos régions :
https://francaisdenosregions.com/2016/11/25/crayon-de-boi...

Non seulement le vocabulaire diffère, mais aussi l’intonation, l’accent : toutes ces pistes sont explorées sur le blog Français de nos régions. Allez-y faire un tour, vous verrez, il y a de quoi s’amuser si vous aimez cette sorte de jeu des différences – et vous aurez plus d’une occasion de hausser les sourcils : [suʀsil] ou suʀsi], comment dites-vous ?

Commentaires

J'ai aussi trouvé très émouvant ce simple crayon posé sur ce cercueil, tout était dit, avec modestie, Jean d'Ormesson a compris au fil des jours de sa longue existence que nous seul pouvons écrire le roman de notre vie... C'est très beau. Bises Tania, douce journée de neige à toi, ici, la pluie, enfin ! brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 11/12/2017

Merci, Brigitte. La pluie est bienvenue dans le sud de la France qui en a tant manqué. Ici les arbustes ploient déjà sous le poids de la neige, mon jardin suspendu se couvre d'ouate et les branches semblent tracées... au crayon noir. Bises.

Écrit par : Tania | 11/12/2017

un joli symbole en effet
malgré tout et toute le respect que l'on doit à d'Ormesson je trouve que l'on en fait un peu beaucoup dans le genre hommage, déjà son entrée en pléiade était un rien de trop à mon goût ! aujourd'hui nous n'avons plus de grands auteurs français alors plutôt que de sauter les grands étrangers on tente de mettre en avant un auteur certes intéressant, certes sympathique mais pas vraiment un grand auteur je trouve

Écrit par : Dominique | 11/12/2017

J'ai été étonnée de le voir entrer dans La Pléiade, mais j'ai trop peu lu Jean d'Ormesson pour en juger. Il me semble que c'est aussi à l'homme, à ce vieillard toujours jeune dont la conversation était si "épatante" que vont aussi les hommages. Dany Laferrière disait à La Grande Librairie qu'à côté de ses écrits, il laissait aussi une oeuvre orale, et cela lui correspond assez bien.
Les grands auteurs français d'aujourd'hui ? Question difficile : des noms viennent à l'esprit, aucun ne semble au-dessus des autres, il est vrai, à part Le Clezio, peut-être ?

Écrit par : Tania | 11/12/2017

j'imagine le casse-tête que ça a dû être pour trouver le bon crayon jusqu'à ce qu'on finisse par en choisir un turquoise ;-)
(si je vois bien)
(j'ai déjà tâté de deux ou trois livres de Jean d'O sans rien trouver à mon goût, télégénique c'est sûr mais littérairement très léger, cette opinion bien sûr n'engage que moi ;-))

Écrit par : Adrienne | 11/12/2017

Ha ha, je n'avais pas pensé au choix du crayon, de la couleur - il avait les yeux bleus, aimait écrire au feutre bleu, ce crayon vient peut-être de son bureau ? (Au sujet de ses livres, je viens de répondre à Dominique.)

Écrit par : Tania | 11/12/2017

Juste un crayon, c'est délicat et puissant par sa simplicité. Le pouvoir et le jeu des mots. J'avoue que nous nous amusons toujours, avec mes amies belges, des différences entre le vocabulaire de la France et celui de la Belgique, les histoires de dîner-déjeuner par exemple, pour se donner rendez-vous ( ma prononciation déplorable avec mon accent parisien de certains noms belges aussi est très drôle, je progresse ... )

Écrit par : Marilyne | 11/12/2017

J'explore le blog de Mathieu Avanzi avec plaisir, un extrait demain et une proposition qui permettrait de gommer une de ces différences, même si elles sont savoureuses en général. (Prononces-tu le "l" de "sourcil" ou dis-tu "sourci" comme en Belgique ?)

Écrit par : Tania | 11/12/2017

Je prononce le L ...

Écrit par : Marilyne | 11/12/2017

Ce "cil" ne correspond pas à la prononciation indiquée dans les dictionnaires, j'ai été surprise de découvrir que notre prononciation belge en "ci" entre à présent dans les régionalismes, comme expliqué, après quelques autres cas, dans l'article en lien : https://francaisdenosregions.com/2017/03/01/les-regionalismes-du-nord-pas-de-calais-et-de-wallonie/

Écrit par : Tania | 12/12/2017

Ah moi j'adore explorer ces différences de mots, de sens parfois aussi. Une amie française appelle "poche" les sacs en plastique...confusions et rires.
J'attends ton extrait, merci!

Écrit par : colo | 11/12/2017

Je n'en suis pas surprise, toi que je sais curieuse des langues et des expressions ! Pas la langue en poche ;-) Bonne soirée, dame Colo.

Écrit par : Tania | 11/12/2017

C'était un très beau geste. Un beau symbole, oui, pour honorer cet homme si cultivé.
Je prononce le "l" de sourcil. Donc, je dis : sourcile.
Bonne soirée.

Écrit par : Bonheur du Jour | 11/12/2017

Voilà qui confirme les observations de ce chercheur. Bonne soirée, Marie.

Écrit par : Tania | 11/12/2017

Je vais aller voir le blog que tu cites, j'aime assez ce jeu des différences .. Quant à Jean d'Ormesson, je rejoins Dominique, il était devenu très sympathique (ce qui n'est pas l'image que nous en avions dans ma jeunesse) mais c'est un peu beaucoup. D'ailleurs, passé l'émotion de la semaine dernière, les articles commencent à pointer dans la presse pour le souligner.

Écrit par : Aifelle | 12/12/2017

Peut-être la République française a-t-elle voulu honorer à travers lui la littérature, sans laisser tout le champ médiatique à la chanson populaire ?

Écrit par : Tania | 12/12/2017

Oui c'était bien beau ce symbole ! Il correspond de plus à tous les objets minimalistes qui permettent de faire des choses extraordinaires : un crayon, pour écrire ou dessiner, deux aiguilles à tricoter ou un crochet à l'allure presque préhistoriques, pour créer des vêtements...
L'atlas dont vous parlez à l'air passionnant. Je vais aller voir.
Quant à moi je suis [SuRsil] !(désolée je n'arrive pas à mettre en gras le R)

Écrit par : Annie | 12/12/2017

Et dire que certains (aux Etats-Unis) pensent qu'on n'a plus besoin d'apprendre à écrire à la main.
Pour ce qui est de la prononciation de "sourcil", je me demande si l'usage français fera évoluer les recommandations officielles.

Écrit par : Tania | 12/12/2017

L'allure était bien sûr juste préhistorique...

Écrit par : Annie | 12/12/2017

Je trouve l’idée du crayon très belle et la couleur turquoise lui correspond parfaitement. Il avait les yeux presque transparents et il adorait la Méditerranée !
Quant à trop en faire, lui qui redoutait que ses funérailles se déroulent presqu’en même temps que celles d’une star a été servi !!
Je suis d’accord avec toi Tania, c’était tout un personnage qui nous laisse aussi un héritage visuel, oral... un prototype, si je puis me permettre l’expression, de l’élégance française ;-).

Écrit par : Witchy | 12/12/2017

Passionnant!
Je suis dans la zone crayon de papier (et l'utilise)
et ne prononce pas le l de sourcil
et prononce différemment beau et bot (un léger millième de seconde de différence)

Écrit par : keisha | 13/12/2017

@ Witchy : Bonjour, Witchy, je suis d'accord avec toi, c'était un beau représentant de l'élégance et de l'esprit de conversation.

@ Keisha : J'ignorais ces dénominations, merci pour ta réponse et pour le léger millième de seconde de différence qui me fait sourire.

Écrit par : Tania | 13/12/2017

J'aime que les différences de prononciation perdurent. Je n'aimerais pas que l'on ne parle plus français que comme les gens de la télé (et je déteste les sous titres quand quelqu'un a un accent, franchement, on les comprend!)

Écrit par : keisha | 15/12/2017

D'accord avec toi : c'est une richesse à conserver, contre l'uniformité. Et je tiens à certains belgicismes.

Écrit par : Tania | 15/12/2017

De Jean d'Ormesson, je n'ai lu qu'un recueil de ses chroniques pour un journal français, et j'avais apprécié (même si c'est parfois difficile de se remettre dans le contexte de l'époque quand on ne l'a pas vécue). Mais ce que je retiendrai surtout, c'était le charisme de cet homme qui passait tellement bien à la télévision. J'aurais pu l'écouter des heures, et je le trouvais à la fois drôle et intéressant (un peu à l'image de Sœur Emmanuelle qui avait aussi cette énergie à 80-90 ans). Je pense qu'il était aussi quelque part "un visage" mettant en lumière l'Académie française dont il était membre. Personnellement, c'était le seul académicien français dont je pouvais donner directement le nom. Son hommage aux Invalides me semble approprié (comme celui rendu il y a quelques mois à une autre académicienne, Simone Veil). Tous deux décédés, j'avoue que je n'ai plus de noms d'académiciens français à donner...

Écrit par : Un petit Belge | 15/12/2017

Merci beaucoup pour ton commentaire, j'aime beaucoup ta façon de le désigner comme "le visage" de l'Académie française pour un grand nombre de personnes.
Je retiens aussi de Jean d'Ormesson son magnifique discours de réponse à la réception de Marguerite Yourcenar, dont j'ai souvent analysé l'exorde et la péroraison avec mes élèves : on peut le lire intégralement sur le site de l'Académie - http://academie-francaise.fr/reponse-au-discours-de-reception-de-marguerite-yourcenar
Parmi les membres actuels, il y a d'autres grands noms que tu trouveras ici : http://academie-francaise.fr/les-immortels/les-quarante-aujourdhui

Écrit par : Tania | 16/12/2017

Les commentaires sont fermés.