Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/08/2017

Geste

baricco,alessandro,la jeune epouse,roman,littérature italienne,mariage,famille,sensualité,écriture,culture,extrait« La Mère fit un geste imperceptible : Dolores arrêta alors le peigne et recula de deux pas. Si, auparavant, elle avait été proche de l’invisibilité, à cet instant elle sembla disparaître tout à fait. La Mère poussa un petit soupir puis, avec naturel, elle releva ses cheveux et les enroula lentement sur sa nuque, et le temps que dura ce geste parut à la Jeune Epouse incroyablement dilaté. Elle eut la déraisonnable impression que la Mère s’était dévêtue pour elle et qu’elle l’avait fait durant un laps de temps mystérieux, assez long pour provoquer le désir, mais assez court pour ne pas lui rester en mémoire. C’était comme de l’avoir vue nue pour l’éternité et de ne l’avoir jamais vue.
Bien sûr, l’effet est encore plus dévastateur si, en exécutant l’opération, on a la bonne idée de parler de sujets futiles, ajouta la Mère. L’affinage d’un saucisson, par exemple, le décès d’un parent ou l’état des routes de campagne. Il ne faut pas donner le sentiment de faire un effort, tu comprends ?
Oui.
Bien. A toi. »

Alessandro Baricco, La Jeune Epouse

Photo de couverture : Gideon Rubin, Sans titre, 2015 (détail).

Commentaires

J'avoue que ce texte me laisse assez perplexe.....sujets futiles affnage de saucisson où décès d'un proche....il y a là un humour que peut être je ne saisis pas à sa juste valeur.
Tania, mes pensées t'accompagnent.
Chnou

Écrit par : Chinou | 10/08/2017

Répondre à ce commentaire

Le but est d'apprendre à sa fille à se rende désirable je suppose ?

Écrit par : Aifelle | 11/08/2017

Répondre à ce commentaire

@ Chinou : Moi aussi, Chinou. Placer un décès parmi les sujets "futiles", c'est d'une fantaisie plutôt lourde dans ce passage provocateur.

@ Aifelle : C'est cela, elle veut enseigner à sa belle-fille l'art des gestes séducteurs.

Écrit par : Tania | 11/08/2017

Répondre à ce commentaire

Oulà, bien loin de moi. La forme : structure, choix des mots, me causent un sentiment proche du malsain. C'est étrange les perceptions qu'on peut avoir à travers quelques lignes. La littérature, les mots ont une grande force.
Une autre fois.
Je me demande si je n'ai pas qqe part un autre roman de cet auteur, que je n'ai pas encore lu ; tu as réussi à m'intriguer, c'est déjà ça.
Bonne fin de soirée.

Écrit par : nikole | 13/08/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai hésité longuement pour choisir un extrait, l'illustration de couverture m'a conduite à celui-ci, qui donne le ton de l'ensemble. Un petit côté "Liaisons dangereuses" sans doute. Mais que cela ne te détourne pas de Baricco pour autant.
Bonne semaine, Nikole.

Écrit par : Tania | 14/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire