Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/12/2016

From Brussels

From Brussels with love : Léopoldine Roux a posé ses couleurs à la Maison des Arts de Schaerbeek. Depuis quelque temps, sa carte postale de la rue Royale éclaboussée de jaune (l’affiche de l’exposition) me tire l’œil ici ou là, et j’ai donc poussé la porte de cette belle maison en retrait de la chaussée de Haecht dont je vous ai déjà parlé ici. Post-minimalisme et antiforme, les deux termes s’appliquent aussi à cette artiste française : elle se collette avec la peinture avant tout pour jouer avec la matière, avec les couleurs. Un art ludique.

Roux rue Royale.jpg

Une série de vieilles cartes postales de Bruxelles sont accrochées dans le hall d’entrée, dans un cadre doré, des vues noir et blanc auxquelles elle redonne vie par petites touches de couleurs. Bulles multicolores dans les parcs bruxellois, pagode pâtissière au bout de la rue de la Régence, boules de crème dans les arcades du Cinquantenaire, Léopoldine Roux réinvente la ville. Des couleurs sur les stores autour de la place de Brouckère, aux abords de la prison de Saint-Gilles – du vernis à ongles ! (L’artiste avait fait parler d’elle en colorant ainsi les taches de chewing-gum sur un trottoir.)

Roux Vues anciennes.jpg
© Léopoldine Roux, From Brussels with love, 2016 (vernis à ongles et collage sur cartes postales anciennes)

Dans la salle à manger de la Maison des Arts, sur un meuble, une cheminée, de grosses mottes blanches ou roses mettent une note incongrue. Ces sculptures brillantes, disait une animatrice à un groupe d’enfants en visite, Léopoldine Roux les couvre de peinture pour voiture (laque carrossier sur enduit et polyuréthane). Des antiformes, assurément.

Roux From Brussels (2).JPG
A droite : © Léopoldine Roux, White Escaped, 2016 (laque carrossier sur enduit et polyuréthane)

Aux murs du premier salon, des images anciennes, le plus souvent des portraits. Elle y a posé du rose, du bleu ou du jaune, sur les visages surtout (laque ou vernis à ongles). A l’inverse, près d’une fenêtre, deux petits personnages ont pour tête une grande tache de couleur, dont le premier propriétaire de la Maison des Arts (ancienne Villa Eenens).

Roux From Brussels (4).JPG
© Léopoldine Roux, Général Eenens Color Suicide / Marcel Duchamp Color Suicide , 2016 (laque et collage sur papier)

Sur le parquet du salon rose, Pot(e)s d’atelier : une ronde de verres, céramiques et faïences. Léopoldine Roux a superposé des pots, des bols, des tasses qui portent les traces de couleurs, de mélanges, où reste l’un ou l’autre pinceau, en une joyeuse parade de formes design. Sur la cheminée du salon rose, du rose, forcément, et aussi au milieu d’une partition sur le piano.

Roux From Brussels (3).JPG
© Léopoldine Roux, Pot(e)s d’atelier, 2015-2016 (peinture sur verres, céramiques et faïences)

Mais c’est le vert qui a pris place à la bibliothèque, en harmonie avec ses boiseries : deux grandes toiles de trois mètres de haut s’y font face, intitulées Promenade#62 et #63, fouillis de petits points verts, bleus et blancs. Un seul livre sur un rayonnage : Alice au pays des merveilles en format de poche, ouvert et recouvert des mêmes couleurs, Livre de Promenade.

Roux From Brussels (9).JPG

Tout a été conçu « in situ » en 2016, et jusque dans le jardin, puisque la fontaine, rebaptisée La laguna de Schaerbeek, crache une eau vert bleu (pigments biodégradables, un type d’intervention dont elle a l’habitude comme on peut le voir sur son site). En sortant pour la photographier, en ce dernier jour de novembre, j’ai eu l’impression d’entrer dans une carte postale revisitée à la manière de l’artiste, vous voyez ?

Roux rose.jpg
© Léopoldine Roux, From Brussels with love, 2016 (vernis à ongles et collage sur cartes postales anciennes)

Je ne savais rien de Léopoldine Roux en entrant à la Maison des Arts, aussi ai-je feuilleté les pages de son site pour me renseigner. Née à Lyon en 1979, elle a étudié à Rennes et à La Cambre, elle habite Bruxelles depuis plus de dix ans. A la radio, Pascal Goffaux a bien présenté son travail (« Bande de curieux », à écouter ici).

Roux au travail.jpg
http://www.etvonweb.be/86818-art-bruxelles-dantan-ravive-de-couleurs-et-de-poesie-par-leopoldine-roux

« La peinture en liberté, je la pratique quotidiennement et sans interdit. Une peinture décomplexée et élastique dans l’espace temps. » Si vous aimez les couleurs acidulées, « la couleur sortie du support », si la grisaille vous pèse, si la légèreté vous tente, il reste quelques jours pour découvrir la fantaisie de cette artiste contemporaine à la Maison des Arts jusqu’au 11 décembre (entrée libre).

Commentaires

Une artiste que je ne connais pas du tout ! c'est original de ce qu'elle fait, j'aime assez l'irruption de ces taches de couleurs qui égaie la ville.

Écrit par : Aifelle | 05/12/2016

Répondre à ce commentaire

En effet, pour combattre la morosité du temps gris, ces cartes postales aux couleurs vives sont épatantes..et si originales!

Écrit par : colo | 05/12/2016

Répondre à ce commentaire

mais le temps n'est pa gris :-)
c'est ciel bleu et grand soleil tous les jours (et moins trois degrés le matin, à peu près, on ne peut pas tout avoir ;-))

Écrit par : Adrienne | 05/12/2016

@ Aifelle : Les interventions de Léopoldine Roux sur les cartes postales anciennes sont très amusantes.

@ Colo : Ajouter de la couleur là où il en manque et en particulier dans les villes, c'est une bonne idée et tant mieux si cela fait sourire en prime.

@ Adrienne : Un billet écrit avant le week-end et ces journées de décembre si froides et lumineuses !

Écrit par : Tania | 05/12/2016

Répondre à ce commentaire

Et un excellent reportage de plus !
Superbes les cartes postales, merci !

Écrit par : K | 05/12/2016

Répondre à ce commentaire

Merci, K, avec plaisir.

Écrit par : Tania | 06/12/2016

Répondre à ce commentaire

C'est plein de joie!

Écrit par : Anne | 06/12/2016

Répondre à ce commentaire

Le débat reste ouvert : où s’arrête l’art ? ou s’arrête le « beau » ? où s’arrête la culture et la lente création ? … originalité, trouvaille, humour, facilité, succès, sottise : Le débat restera ouvert ... !!!!!!

Écrit par : doulidelle | 06/12/2016

Répondre à ce commentaire

@ Anne : Tant mieux !

@ Doulidelle : Bien sûr, ce débat de l'art contemporain reste ouvert. Il me semble que L. Roux ne se prend pas trop au sérieux et cultive une fantaisie de bon aloi. En art, comme en littérature, il y a des génies, des chefs-d'oeuvre... et tant d'autres créateurs dans des genres divers.
Bon après-midi, Doulidelle.

Écrit par : Tania | 06/12/2016

Répondre à ce commentaire

C'est Tania dans le miroir devant les petits potes d'atelier ?

Écrit par : witchy | 06/12/2016

Répondre à ce commentaire

Je n'aime pas trop ce genre de production... mais j'aime la couleur et la fantaisie, alors je suis prête à me laisser amadouer ;-)

Écrit par : Margotte | 07/12/2016

Répondre à ce commentaire

@ Witchy : Qui sait ?

@ Margotte : Tu exprimes parfaitement les raisons qui m'ont menée là, Margotte.

Écrit par : Tania | 07/12/2016

Répondre à ce commentaire

Quelle belle découverte. C'est gai, inventif, fantaisiste. Une manière de distiller la couleur ici et là dans le passé et dans le présent.
J'ai bien aimé ton expression:"me tire l'œil": elle est très imagée.
Il arrive à beaucoup de belges de gagner Paris tandis que cette artiste a fait le chemin inverse: sympathique!
Merci pour ce beau reportage.

Écrit par : Maïté/ Aliénor | 09/12/2016

Répondre à ce commentaire

Ah ton enthousiasme me fait plaisir, Maïté, l'amie des couleurs et de la fantaisie contemporaine !

Écrit par : Tania | 09/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire