Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/11/2016

Désorientale

C’est en écoutant Négar Djavadi parler de Désorientale sur France Inter, un dimanche de septembre, sur la route, que m’est venue l’envie de lire ce roman. Je l’ai reçu il y a peu (merci encore), et une fois ouvert, je ne l’ai plus lâché. L’histoire d’une Iranienne réfugiée en France et de sa famille – comme celle de la romancière, « une famille d’intellectuels opposants au Shah puis à Khomeiny » – traverse tout le XXe siècle, avec des allers et retours constants entre la vie au présent de Kimiâ, la narratrice, une jeune femme d’aujourd’hui, et des épisodes de leur passé.

djavadi,négar,désorientale,roman,littérature française,iran,france,culture
http://www.lci.fr/livre/avec-desorientale-negar-djavadi-j...

Kimiâ se rappelle la réponse de son père, Darius Sadr, la première fois qu’elle est descendue avec lui dans le métro parisien, en 1981, et s’étonne de ne pas le voir prendre l’escalator : « L’escalator, c’est pour eux. » Elle avait dix ans et ne comprenait pas tout, mais elle se souvient de son regard « désarmé ». Darius Sadr est le héros de cette famille qu’elle nous décrit par « soubresauts organiques », s’appuyant sur une mémoire « imparfaite, mais sincère », et postposant toujours le récit de « l’événement ».

A présent, elle attend à l’hôpital Cochin une insémination artificielle, seule, alors que les autres patients sont en couple. « On écoute mieux avec les yeux qu’avec les oreilles. (…) Si tu as quelque chose à dire, écris-le », disait son père. « J’ai changé de pays et de langues, je me suis inventé d’autres passés, d’autres identités. J’ai lutté, oh oui, j’ai lutté, contre ce vent impétueux qui s’est levé il y a très longtemps, dans une province reculée de la Perse nommée Mazandaran. »

Et voici la première de ces histoires gigognes qui jalonnent le récit, « La Fameuse Histoire d’Oncle Numéro 2 », telle que la contait Saddeq Sadr. Elle se termine à la naissance de Nour, la grand-mère paternelle que Kimiâ n’a pas connue. Tandis que son oncle racontait et pleurait, de l’autre côté de la fenêtre, « la Révolution était en marche », les habitants de Téhéran criaient « Mort au Shah » et « Allah Akbar ».

Saddeq Sadr vient de mourir. Sa sœur aînée, Leïli, « sensible et fragile comme de la vieille dentelle », vient de le lui annoncer, sans oser le dire à leur mère, Sara. L’épouse de Darius, si drôle et si active, « débordante d’amour et d’anxiété pour l’humanité entière », n’est plus la même depuis « l’événement ». C’était l’oncle dont Kimiâ se sentait le plus proche. Elle se souvient de leur premier séjour chez lui en août 1978, quand « le mouvement de protestation contre le régime du Shah s’était radicalisé » : la police était à la recherche de leur père, « le Sakharov d’Iran », caché quelque part dans Téhéran, et leur mère, à la suite d’une violente altercation avec un haut gradé de l’armée, avait été hospitalisée.

Leïli, Mina et Kimiâ, les trois filles de Darius et Sara, ont fréquenté l’école française. C’était cher, mais leur mère francophile, enseignante dans un lycée public, rêvait pour ses filles d’études supérieures à l’étranger (un très beau personnage). « Contrairement à mes sœurs, je n’aimais pas le français, une langue que je trouvais alambiquée/ampoulée et avec laquelle je refusais de nouer le moindre contact en dehors de l’école. » Kimiâ ne jugeait pas le français supérieur au persan et n’aimait pas la suffisance des lycéennes par rapport aux Iraniens.

Tout tournait autour de Darius, dans leur famille, mais lui ne s’intéressait qu’à la politique et à la philosophie. « Nous vivions à côté de lui, grandissions, mangions, réussissions des examens, ouvrions la porte d’entrée, tombions malades, obtenions des diplômes, fermions la porte d’entrée sans qu’il s’en aperçoive. »

Le silence de la salle d’attente autour de Kimiâ est aux antipodes de ce que serait la même scène en Iran où on n’aime «  ni la solitude, ni le silence », où tout se passe dans des bavardages sans fin – un besoin de communiquer étranger aux Français qui restent fermés sur eux-mêmes et leur espace vital.

Je ne vous raconte rien de la suite. Après ces 50 premières pages sur 350, vous aurez compris l’allure du roman : Négar Djavadi, telle Shéhérazade, passe d’une histoire, d’une situation, d’un événement à l’autre, bousculant la chronologie, attisant le mystère, égrenant peu à peu les joies et les douleurs d’une jeune femme plutôt en rupture avec le modèle familial – qui aurait cru qu’elle aussi, un jour, comme ses sœurs, voudrait être mère ? – mais qui se sent dépositaire de tous ces récits de famille entrelacés à l’histoire d’un pays, d’une époque.

Vie en société, choix politiques et libertés personnelles, condition de la femme, multiples sont les thèmes de réflexion qui nourrissent ce premier roman. Diplômée de l’INSAS à Bruxelles et scénariste, réalisatrice de documentaires, Négar Djavali le divise en « face A », les histoires d’une famille en Iran et en France, et « face B », la quête personnelle d’une jeune femme homosexuelle et passionnée de rock alternatif. Kimiâ, la petite fille « désorientée » pendant la fuite hors d’Iran n’est à présent plus tout à fait une Orientale ni une Occidentale, d’où ce joli titre : « Désorientale ».

Commentaires

Même si l'Iran ne m'attire pas ce type d'histoire est vraiment bon à faire connaitre

Écrit par : Dominique | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai beaucoup aimé, et la façon dont c'est raconté (et qui peut 'désorienter' le lecteur aussi)

Écrit par : keisha | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

@ Dominique : C'est surtout l'histoire de la famille d'un opposant politique et de la narratrice, elle aussi attachée à sa liberté.

@ Keisha : Oui, on s'y perd parfois un peu, mais l'art de conter nous ramène à bon port.

Écrit par : Tania | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

Avec toi, on ne manque jamais d'idées de lectures. Merci pour le partage !

Écrit par : Danièle | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je l'ai entendue aussi à la radio et je suis très tentée par cette lecture. Je pense la trouver à la bibliothèque.

Écrit par : Aifelle | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

@ Danièle : C'est bien l'intention de ce blog, merci Danièle.

@ Aifelle : J'espère que tu l'y trouveras, bonne lecture.
Le supplément Lire de La Libre Belgique en parle justement aujourd'hui : http://www.lalibre.be/culture/livres-bd/desorientale-la-tragedie-de-la-chute-582d94cecd70d913edcdad1f

Écrit par : Tania | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

Il est dans la pré-sélection du prix Elle. J'espère qu'il sera sélectionné , ce qui voudrait dire que je le recevrai. Il est face à Leïla Slimani mais j'ai de l'espoir.

Écrit par : Valérie | 21/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je te le souhaite. Le magazine en a déjà parlé en septembre, voici le lien : http://www.elle.fr/Loisirs/Livres/News/Desorientale-un-premier-roman-sous-forme-de-revelation-3148993

Écrit par : Tania | 22/11/2016

Répondre à ce commentaire

Ce titre à double sens est intrigant. --- Le choix d’existence est intrigant ; la vie de cette orientale doit être intéressante quant au récit de l’insertion dans notre monde occidental d’une désorientée sexuelle « dépaysée ». --- Dommage qu’il est encore trop tôt pour le trouver dans ma tablette, mon seul moyen de lecture. ---

Écrit par : doulidelle | 22/11/2016

Répondre à ce commentaire

Peut-être pourras-tu adapter à ta vue le premier chapitre disponible en ligne ? Voici le lien, bonne lecture :
http://www.lianalevi.fr/images/30/extrait_569.pdf

Écrit par : Tania | 22/11/2016

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Madame , Nous avions certainement les mêmes sources d 'informations .
Je viens de le terminer la semaine dernière , magnifique récit , la narratrice décrit admirablement bien le climat qui règne dans sa famille sous le régime du Schah . Pour son premier roman chapeau Madame Djavadi .

Écrit par : Brasseur Michelle | 22/11/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour, Michelle, contente de vous retrouver ici - appelez-moi Tania. Oui, c'est très bien rendu et si intéressant de lire le point de vue iranien sur ce règne dont on ne montrait que les beaux côtés dans nos médias, il me semble.

Écrit par : Tania | 23/11/2016

Répondre à ce commentaire

Témoin du changement radical en Iran, recul de deux cents ans en quelques mois. Un roman intéressant, autant que son titre.
J'imagine que N. Djavadi a su trouver l'équilibre entre la France – "patrie vénérée, un peu fantasmée, des Iraniens d’alors"(LCI) – et son pays d'origine.

Écrit par : christw | 01/12/2016

Répondre à ce commentaire

D'une famille d'opposants au régime (l'ancien, le nouveau), Djavadi est critique aussi envers la France, parfois ambivalente dans ses relations étrangères.

Écrit par : Tania | 01/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire