Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/11/2016

Peintresses belges

Quelle bonne surprise de retrouver à Namur, à l’entrée de Femmes artistes. Les peintresses en Belgique (1880-1914),  la grande toile (160 x 225 cm) de Dagmar De Furuhjelm, dont le titre exact est L’Atelier du peintre Blanc-Garin, découverte lors de la visite de l’Hôtel communal de Schaerbeek ! Elle fait aussi la couverture du catalogue qui complète heureusement la petite exposition du musée Rops qui contient quelques pépites, même si j’en espérais davantage.

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Dagmar De Furuhjelm, L'Atelier du peintre Blanc-Garin, c.1890, huile sur toile, 160 x 225 cm.
Commune de Schaerbeek, Bruxelles, inv. N264. © Atelier de l’imagier

A côté de « femme artiste », « femme peintre », au lieu de « peintre » tout court, ce terme de « peintresse » était péjoratif. Des féministes revendiquent à présent ce suffixe explicite pour marquer le genre, on se souvient des peintresses présentées par Euterpe sur son blog, mis en veilleuse mais toujours en ligne. Dans l’introduction « Naître femme, devenir artiste », Véronique Carpiaux et Denis Laoureux parlent d’un usage « explicitement sarcastique » du nom « peintresse » à la fin du XIXe siècle.

Quelles tactiques, quels choix de vie, quelles transgressions déploient alors ces femmes pour étudier et exercer leur art, exposer, se faire connaître, et sans se limiter pour autant aux genres dits féminins, c’est le sujet de cette exposition, approfondi dans le catalogue. Sur un beau buste en marbre par Juliette Blum (épouse du sculpteur Charles Samuel), Anna Boch esquisse un doux sourire : elle est sans doute la plus exemplaire des femmes artistes de cette époque, une vie consacrée à la peinture grâce à sa fortune personnelle et au célibat, en plus de son talent indéniable. Son cousin Octave Maus l’a introduite dans le milieu de l’art.

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Juliette Samuel-Blum, Anna Boch, peintre, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

Les couples et familles d’artistes sont nombreux dans cette exposition, c’était une voie favorable pour une femme qui voulait continuer à créer après le mariage, mais pour certaines, cela marquait le point d’arrêt ou presque, comme pour Marthe Massin, l’épouse de Verhaeren. Un chef-d’œuvre d’Hélène Du Ménil et Isidore De Rudder m’a fait découvrir ce couple : L’Automne, une broderie aux fils de soie (200 x 260 cm) prêtée par le Musée du Costume et de la Dentelle de la Ville de Bruxelles (ci-dessous). Sous l’œil d’un paon qui déploie ses couleurs, une jeune femme rousse, vêtue d’une robe aux motifs de feuillages, allaite son bébé, une fillette près d’elle. Une nature morte de raisin, de fruits et de gibier sur une table et d’autres emblèmes évoquent la saison des feuilles mortes – j’aimerais voir les trois autres. L’un peignant, l’autre brodant, c’est éblouissant de finesse et de nuances mordorées. 

Un autoportrait d’Emma De Vigne (fille de sculpteur, épouse de peintre), un Portrait de femme par Marguerite Holeman sont de belle facture. Toutes les artistes portent ici leur nom de jeune fille ; ainsi Henriette Ronner, connue pour son art de peindre les chats, figure ici sous le nom de Henriette Knip. Sa fille, Alice Ronner, est également représentée à l’exposition, entre autres avec une grande nature morte originale, Harpe avec fleurs.

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Hélène Du Ménil et Isidore De Rudder, L'Automne, 1905, broderie aux fils de soie, 200 x 260 cm.
Musée du Costume et de la Dentelle de la Ville de Bruxelles

Il ne manque pas de citations, affichées tout au long de l’exposition, pour rappeler le mépris dont on faisait preuve à l’égard de ces peintres même dans la revue L’Art Moderne (« Les femmes ne peuvent peindre que des choses qui n’exigent ni pensée profonde, ni grand sentiment, ni large virtuosité »). J’ai aimé plusieurs passages de la correspondance de Louise Héger avec son père : « Pour moi, qui n’ai ni frère, ni cousin, ni oncle, ni Père qui soit peintre […] il faut bien que je m’arrange comme je puis et que je m’arme de courage. » « Etre traitée d'égale à égale avec respect et affection par des peintres sérieux et de grand talent, me rehausse à mes propres yeux et me ravive. »

Intérieur d’Anna Boch montre un grand bouquet champêtre dans son salon, au mur on reconnaît une de ses toiles, sur la table un livre, et partout la lumière qui pénètre par la fenêtre. Maurice Jean Lefèbvre a peint un charmant petit portrait d’elle peignant dans son jardin. Quelques signatures masculines sur le parcours, sous des photos ou portraits de ces peintres-peintresses. Celui de Berthe Art par Roger Parent, aux couleurs fauves, côtoie certains écrits d’une misogynie incroyable, prêtant aux artistes femmes tantôt une allure hommasse, tantôt des mœurs douteuses ! 

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Anna Boch, Intérieur, 1891, Musées de Verviers

A l’affiche, Dans l’eau ! de Virginie Breton, fille de Jules Breton, deux peintres français que j’avais remarqués au musée des Beaux-Arts de Lille : une très grande toile où elle a peint une jeune femme près de la mer, qui emmène deux enfants nus au bord de l’eau. Elle en tient un sur le bras et de l’autre, tire un petit garçon qui préférerait aussi être porté et vers qui son visage se tourne. C’est une œuvre vigoureuse, pleine de mouvement, dans la gamme des bruns et des gris chers aux peintres réalistes. (Je me suis interrogée sur ce choix pour annoncer une exposition sur des artistes belges : la mère de Virginie Breton était belge, son père ayant épousé Elodie De Vigne, fille du peintre gantois Felix De Vigne, d’où ses liens avec la Belgique. Un renseignement trouvé sur le site du Matrimoine, Wikipedia ne citant pas le nom de sa mère. De plus, Virginie Demont-Breton s’est engagée résolument pour la reconnaissance des femmes artistes.)

Mane Becube, d’Yvonne Serruys, n’est pas daté non plus ; c’est souvent le cas pour les toiles de ces peintres trop méconnues. Ici, une femme plus âgée porte une fillette aux pieds nus sur le dos. Toutes deux portent un bonnet de dentelle blanche. A l’arrière-plan, une haie conduit le regard vers un groupe de maisons. Une œuvre néo-impressionniste très lumineuse. On verra plus loin un joli bronze de cette artiste, Echo.

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Virginie Breton, Dans l’eau !, s.d., huile, 182,1 x 122,5 cm. Musée des Beaux-Arts, Anvers.
KMSKA © www.lukasweb.be - Art in Flanders vzw, photo Hugo Maertens

Intérieurs, jardins, portraits sont des sujets plus accessibles aux peintres qui, d’une part, aiment à représenter la vie quotidienne, et d’autre part, ne peuvent pas toujours se déplacer à la recherche de nouveaux paysages. Cécile Douard innove en se tournant vers les ouvrières des charbonnages, comme cette Hiercheuse au repos ; Louise De Hem, en peignant Indigence.

A l’étage, près d’un portrait de Verhaeren écrivant par Marthe Massin, son épouse, on a placé un buste du poète, en métal coulé, de Jenny Lorrain. Revoici Euphrosine Beernaert (autre prêt schaerbeekois) et d’autres beaux paysages : Vue des dunes (Louise Héger), Rosée (Marie Collart), Marais en Hollande – Matin (Anna Boch), plus impressionniste, un des prêts du musée d’Ixelles. 

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Louise De Hem,
Le Chat noir, c. 1902, pastel sur papier collé sur toile, 60 x 74,5 cm.
Stedelijk museum Ieper, Ypres

Je pensais ne pas connaître Anna Cogen dont on montre de belles toiles comme Mon vieux jardinier et Le bel automne : elle n’est autre qu’Anna De Weert, dont les toiles sont bien cotées en salle de ventes. Avec Jenny Montigny (La récréation à l’école de Deurle, Le goûter), elle a été l’élève d’Emile Claus et membre du cercle Vie et Lumière, de ces peintres belges appelés luministes. Un coup de cœur encore : Le Chat noir, un pastel de Louise De Hem, félinophilie aidant.

Il faut ensuite monter aux salles permanentes du musée Rops pour découvrir d’autres domaines où les femmes artistes ont réalisé de belles choses au tournant du XXe siècle : la gravure, l’illustration, la reliure (notamment de Juliette Trullemans, soit Juliette Wytsman – une peinture de Richir la montre servant le thé à son mari Rodolphe Wytsman – j’aurais préféré les voir à l’atelier.)

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Elisabeth Wesmael, Paysage, s. d., eau-forte, Bibliothèque royale de Belgique
(détail, désolée pour les reflets)

De belles eaux-fortes d’Elisabeth Wesmael, de Louise et Marie Danse précèdent une série d’œuvres de Claire Duluc (techniques diverses, un beau coup de crayon) qui a publié sous divers pseudonymes masculins pour éviter les préjugés sexistes. C’est là qu’on peut admirer le fameux portrait pointilliste de Claude Demolder-Duluc par Van Rysselberghe : l’épouse d’Eugène Demolder était la fille illégitime de Rops et d’Aurélie Duluc (représentée avec sa sœur Léontine au bord de la mer dans une toile connue de Rops, avec qui elles faisaient ménage à trois).

Voilà tout de même, malgré mon goût de trop peu, de bonnes raisons d’aller saluer ces « peintresses » belges, non ? Vous y verrez d’autres noms encore – j’aurais dû citer celui de Ketty Gilsoul-Hoppe dont on voit de belles œuvres – comme ceux de « dames artistes », appellation réservée aux dames de la noblesse belge pour qui la peinture était un loisir, parfois avec grand talent. 

femmes artistes,les peintresses en belgique,1880-1914,namur,musée félicien rops,exposition,peinture,sculpture,art,culture
Berthe Art, Chrysanthèmes blancs, s.d., huile sur toile, 102,5 x 65 cm. Stedelijke Musea Kortrijk, Courtrai

Femmes artistes. Les peintresses en Belgique (1880-1914) : le musée Rops à Namur propose cette exposition jusqu’au 8 janvier 2017. Si vous vous intéressez à la place des femmes dans l’histoire de l’art, si vous aimez vous promener dans le vieux Namur, si vous admirez l’art de Félicien Rops, si vous allez à Antica-Namur, quel que soit le prétexte, je vous conseille le détour par la rue Fumal.

Commentaires

Quelle bonne idée qu'une exposition se concentre sur le talent féminin de nombreuses artistes qui nous touchent par leur sensibilité particulière et par le récit qu'elles tissent avec leurs pinceaux ou avec la pierre. J'aurais beaucoup aimé la visiter.

Écrit par : Armelle | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Oui, Armelle, c'est une très bonne idée de leur donner plus de visibilité et de leur rendre leur place dans l'histoire de l'art - outre le plaisir de voir leurs oeuvres.

Écrit par : Tania | 17/11/2016

j'ai un faible pour les fleurs que ces dames réussissent à merveille

Écrit par : Dominique | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Il y a là de quoi te contenter.

Écrit par : Tania | 17/11/2016

Quel travail de recherches et de documentation tu as réalisé, bravo et merci!

Pour la petite histoire, j'ai un ancêtre belge dont je ne sais rien mais qui s'appelait Félix de Vigne....je vais m'informer, tu penses bien!

Écrit par : Colo | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Ho ho, serait-ce le maître gantois dans cette lignée de peintres et peintresses ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_De_Vigne

Écrit par : Tania | 17/11/2016

Merci, Tania. Je me souviens quand nos professeurs nous ont dit qu'il n'y avait pas de femmes artistes.

Écrit par : Jane | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

voilà une bien intéressante expo, consacrée aux femmes - je ne connais qu'anna bach dans cette série -

Écrit par : niki | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

très intéressant, merci!
joli travail de ta part, merci aussi pour ça
(j'essaie de me faire au mot 'peintresse' mais toute ma bonne volonté n'y aide pas, je trouve ce mot plutôt laid ;-))

Écrit par : Adrienne | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Cet été, je suis allée voir une petite exposition à Vernon, sur les femmes peintres au temps de l'impressionnisme. Il y avait des citations des hommes célèbres de l'époque. Stupéfiant de misogynie et de méchanceté, même en considérant l'époque .. Les toiles intéressantes ne manquent pas dans ce que tu as vu.

Écrit par : Aifelle | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Quelle force de caractère et quel talent il fallait aux femmes pour persévérer dans la voie artistique ou littéraire ! Et c'est souvent encore le cas pour certains métiers! Quant au salaire...
J'aime beaucoup certains des tableaux que tu nous montres. celui de Virginie Breton a du mouvement, de la force.. ceci pour répondre aux misogynes qui pense que femme = mièvrerie !

Écrit par : Ma librairie claudialucia | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Quel billet intense Tania, plein de liens passionnants et comme toujours si bien écrit !
J'aime bien le mot "peintresse"...il fait penser à prêtresse...pas mal comme association ;-)

Écrit par : witchy | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

@ Jane : Oui, nous sommes fatiguées d'entendre répéter ces stéréotypes. As-tu lu "The Blazing World" de Siri Hustvedt qui abonde en réflexions sur le sujet ? A bientôt sous ta belle Blue Lantern.

@ Niki : C'est l'occasion de découvrir d'autres artistes talentueuses !

@ Adrienne : Avec plaisir, Adrienne. J'ai repris le nom "peintresse" dans l'intitulé de l'expo parce qu'elle met l'accent sur le sexisme à l'égard de ces peintres trop souvent méprisées. Je dis aussi "une" peintre comme "une" artiste, le suffixe -esse étant tombé en désuétude : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3953
Mais si j'avais mis comme titre "peintres belges", l'accroche ou le message serait différent, non ?

@ Aifelle : Y avais-tu consacré un billet ? J'ai cherché sur ton blog, mais pas trouvé.

@ Claudialucia : Oui, nous connaissons le combat d'artistes célèbres comme Camille Claudel par exemple, mais elles sont si nombreuses à avoir persévéré malgré les difficultés.
(Mutatis mutandis, j'entendais ce matin à la radio parler d'un harpiste qui se rend dans les écoles pour encourager les garçons à jouer de cet instrument.)

@ Witchy : Peintresse-prêtresse, oui, c'est une association très intéressante ! Il me semble qu'Euterpe avait consacré un billet à cette question des suffixes féminins, mais je ne le retrouve pas. A l'époque concernée par l'expo, le suffixe était méprisant ; je comprends que les féministes en "retournent" l'usage comme une bannière, pour rendre le féminin plus visible et audible dans le langage aussi.

Écrit par : Tania | 18/11/2016

En effet, comme j’aimerais me promener dans le vieux Namur et y entendre l’accent caractéristique ! Comme j’aimerais soutenir cette initiative d’exposition de « peintresses ».
Tout de suite , ce terme m’a paru péjoratif, avant de te lire et de comprendre ce climat dans lequel ces artistes ont évolué.
Je trouve ton article très bien documenté, comme d’habitude et j’ai pris tout mon temps pour le parcourir attentivement.
Tiens donc : la femme de Verhaeren s’est effacée du monde artistique et on croise chez toi la fille de Breton dont je ne connaissais que les talents de poète.
J’aime beaucoup les sculptures de Juliette Samuel-Blum et d’Anna Boch, la douceur de Louise De Hem et son chat noir ainsi que « L’Automne ».
Je suis très étonnée, lors de mes visites de n’avoir pas eu connaissance de l’existence du Musée du costume et de la dentelle à Bruxelles. Dommage! D'autant plus que mon amie était spécialisée dans la dentelle !
Merci.

Écrit par : Maïté/ Aliénor | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour ton attention, Maïté, et d'avoir pris le temps de réagir. J'ose à peine t'avouer que je n'ai jamais encore visité ce musée - la broderie d'Hélène du Ménil m'y encourage, et aussi les billets de Niki qui en a souvent parlé. Voici le lien vers ses chroniques, pour toi et pour ton amie : http://www.canalblog.com/cf/search.cfm?q=mus%C3%A9e+du+costume+et+de+la+dentelle&bid=634460&searchbtn=Rechercher

Écrit par : Tania | 18/11/2016

Splendide billet qui honore ces artistes féminines de grand talent, qui ont mené de courageux combats et qui ont su garder leur foi intérieure. Je suis particulièrement émerveillée par la toile de Virginie Breton - dont tu éclaires l'ascendance - elle vibre avec force ! Bravo à la Belgique de mettre à la une ces femmes peintres, c'est une exposition que j'aurais aimé découvrir. Doux week end. brigitte

Écrit par : Plumes d Anges | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je ne peux qu’admirer la qualité et le labeur que de telles œuvres nécessitent. --- Elles mériteraient d’être aux murs des musées et dans les collections des banques à la place de certaines œuvres simplistes d’écoles gardiennes dans lesquelles on cherche vainement ou l’art a un mot à dire : fumisteries dans lesquelles les critiques s’en donnent à cœur joie et sont les seuls à avoir du talent.

Écrit par : doulidelle | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

@ Plumes d'Anges : C'est une belle initiative du musée Rops, limitée à une période d'une trentaine d'années.

@ Doulidelle : Comme indiqué sur les légendes, ces oeuvres sont exposées dans divers musées belges, mais j'aimerais comme toi qu'elles soient davantage mises à l'honneur. (Je devine que tu vises certaines fumisteries contemporaines, tu pourras "sauter" un futur billet en préparation !)

Écrit par : Tania | 18/11/2016

Très bel article ! Certainement une expo très intéressante.

Écrit par : lewerentz | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si je l'ai déjà écrit ici, un jour, dans une soiré à Rixensart, j'étais assise de dos à un tableau de Jenny Montigny, la disciple et amie d'Emile Claus. Anna Boch avait son hôtel au coin de la rue de l'Abbaye et de la chaussée de Vleurgat, on en trouve le plan sur le site qui reprend les monuments et les sites de Bruxelles rue par rue. Je pense que je vais aller voir cette expo, comme celle de la rue de la Boétie...

Peintresse, prêtresse, poétesse... Quelqu'un sur un réseau social disait que A.Int. avait fait une faute en écrivant, "défendeure" des droits de l'homme - ou humains. Pas facile de s'habituer à ces dénominations.

Écrit par : Pivoine | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

@ Lewerentz : Merci. Oui, une exposition à voir et un catalogue à lire.

@ Pivoine : J'ai vu des toiles de Jenny Montigny de temps à autre en salle de ventes, mais jamais dans une rétrospective. En revanche, je me souviens de la belle grande exposition sur Anna Boch à Mariemont en 2000.
L'expo namuroise vaut la peine, même si elle est beaucoup plus modeste que celle de la Boverie - celle-ci à ne pas manquer, dirais-je.
Ah oui, "défenderesse" : s'emploie encore dans le domaine judiciaire, comme "demanderesse", il me semble.

Écrit par : Tania | 21/11/2016

Non, je n'avais pas fait de billet. Les photos étaient interdites et il y avait trop d'œuvres dont je ne trouvais pas d'illustration sur le net.

Écrit par : Aifelle | 22/11/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour ta réponse, Aifelle. Oui, là aussi, les femmes artistes n'ont pas assez de place !

Écrit par : Tania | 22/11/2016

Comme Adrienne, j'ai un peu de mal avec le terme "peintresses", mais ton argument sur le fait que le titre est plus accrocheur, est pertinent. Cela me donne envie d'aller voir cette expo, et de retourner dans cette jolie ville qu'est Namur.

De mon côté, je suis allé voir la (petite) exposition Verhaeren à Tournai. La présentation est vieillotte, mais cela m'a permis de redécouvrir les collections du Musée des Beaux-Arts de Tournai, construit par Victor Horta.

Bon week-end Tania.

Écrit par : Un petit Belge | 25/11/2016

Répondre à ce commentaire

Oui, la question des suffixes qui font entendre et lire le féminin ou non est loin d'être résolue. Il me semble qu'utiliser l'une ou l'autre appellation selon les circonstances ou l'intention relève de la même liberté qu'utiliser tel ou tel registre du langage (du familier au châtié), ce qui permet à chacun de moduler l'expression - le propre d'une langue vivante.
Le musée de Tournai m'a laissé un bon souvenir, j'y retournerais volontiers. Bon week-end, petit Belge.

Écrit par : Tania | 26/11/2016

Écrire un commentaire