Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/08/2016

Le jardin des Woolf

Même si on n’a rien lu d’elle, Le jardin de Virginia Woolf est un magnifique album à offrir aux amateurs de jardins et de fleurs – et un cadeau merveilleusement choisi pour qui aime Virginia Woolf, encore merci chère Colo. Caroline Zoob, ancienne conservatrice des lieux, signe cette « Histoire du jardin de Monk’s House » abondamment illustrée. Les photographies de Caroline Arber, les plans du jardin et des plates-bandes avec leurs légendes détaillées, les bouquets, sont un régal à part entière.

zoob,caroline,le jardin de virginia woolf,histoire du jardin,monk's house,photographies,caroline arber,album illustré,littérature anglaise,culture

Le jardin des Woolf : tous deux l’ont désiré, aimé, tous deux en ont récolté les fruits, mais le jardinier, c’est Leonard Woolf qui écrira après la mort de Virginia : « Je sais que V. ne traversera plus le jardin, depuis son pavillon, et pourtant je regarde dans cette direction et je l’attends. » L’acquisition de Monk’s House (Rodmell, Sussex) est une belle histoire. Le bail de leur maison d’Asheham terminé, ils n’imaginent ni l’un ni l’autre de ne plus pouvoir quitter Londres pour la campagne dès qu’ils le peuvent. A Lewes, Virginia visite seule, en juin 1919, la « Maison Ronde », partie d’un ancien moulin, la trouve à son goût : son offre est acceptée.

Quand elle y retourne avec Leonard, ils voient une affiche en passant : « Monk’s House, à Rodmell, maison ancienne de trois mille mètres carrés de terrain, à saisir » – « juste ce qu’il nous aurait fallu », aurait dit Leonard, que la « Round House » n’enthousiasme pas. Virginia reprend sa bicyclette le lendemain pour Rodmell, décidée à faire preuve d’objectivité : les pièces sont petites, Monk’s House manque de confort, mais les arbres chargés de fruits, les fleurs, le potager, la vue sur « l’éteignoir gris du clocher » l’emballent. A la vente aux enchères, le premier juillet, ils emportent la partie, elle « le rouge aux joues » et lui « tremblant comme la feuille ».

zoob,caroline,le jardin de virginia woolf,histoire du jardin,monk's house,photographies,caroline arber,album illustré,littérature anglaise,culture
Monk's House : Le salon vert

Dans une lettre, Virginia W. annonce : « notre nouvelle adresse est désormais Monk’s House, dotée de niches pour l’eau bénite et d’une superbe cheminée [deux niches flanquent la cheminée] ; mais la grande affaire, c’est le jardin. Je ne vous en dis pas plus, il vous faudra venir, vous asseoir sur l’herbe avec moi, ou vous promener sous les pommiers, ou grappiller des fruits – cerises, prunes, poires, figues, et des masses de légumes. C’est notre nouvel enfant chéri, je vous préviens. »

Ni électricité, ni eau courante, ni salles d’eau, cabinet au jardin… Virginia a déjà vendu des bijoux pour payer ses médecins et infirmières, les débuts sont très rustiques, on tire l’eau à la pompe. « Durant cinq ans, Virginia et Leonard se lavèrent dans la cuisine, derrière un rideau, et dans une bassine en fer blanc. » Mais au jardin, Leonard est dans son élément : il nettoie, désherbe, taille, fait des plans. Virginia chaule les murs de la maison de couleurs vives : rouge grenade pour la salle à manger, jaune vif dans les toilettes dehors, salon en vert vif (sa couleur préférée).

zoob,caroline,le jardin de virginia woolf,histoire du jardin,monk's house,photographies,caroline arber,album illustré,littérature anglaise,culture
Virginia et Leonard Woolf dans leur jardin de Monk's House
(leur photo préférée de Caroline Zoob © Famille Keynes)
 

Les photos des Woolf dans le jardin de Monk’s House montrent leur bonheur d’y vivre, leur entente. Au fur et à mesure de l’argent gagné, ils vont le transformer, l’embellir, acheter un bout de champ voisin pour préserver leur vue et leur intimité. Allées de briques, terrasses – notamment la « terrasse aux meules » qui intègre les meules des anciens propriétaires –, bassin aux poissons rouges… Leonard devra engager quelqu’un pour se faire aider.

Virginia l’aide comme elle peut, tient l’échelle, fait des confitures. Elle aime écrire dans la cabane à outils, ce qui est impossible par temps froid. Plus tard, elle aura son pavillon de travail « sous l’arbre près du mur du cimetière ». Ils adorent tous deux s’installer au jardin, y recevoir leur famille, leurs amis, jouer aux boules.

zoob,caroline,le jardin de virginia woolf,histoire du jardin,monk's house,photographies,caroline arber,album illustré,littérature anglaise,culture
Le pavillon de travail de Virginia Woolf à Monk's House ("Du temps de Virginia, il était moitié moins grand.
La partie à droite de l'arbre fut ajoutée après sa mort et reçoit désormais une exposition sur la maison.")

Caroline Zoob, dans Le jardin de Virginia Woolf, raconte et décrit chaque partie du jardin, les achats de plantes, les aménagements, le décor, les meubles, la lumière selon les saisons, au fil des années. Les variétés de plantes et d’arbustes sont nommées précisément. Son texte est émaillé de citations issues des écrits personnels du couple. Celui-ci surnommait les deux ormes qui se dressent au bord de la propriété « Leonard » et « Virginia ».

La conservatrice de Monk’s House durant sept ans raconte aussi ce que devient le jardin « après Virginia », la relation platonique de Leonard Woolf avec Trekkie Parsons-Ritchie qui partageait sa passion pour l’horticulture et le persuadera d’installer une serre contre la maison, dans les années 50, en plus des serres du verger, pour cultiver des espèces exotiques qui lui rappellent Ceylan, et à elle l’Afrique du Sud. Leonard Woolf ne voulait pas que la maison devienne un sanctuaire, il l’a léguée à Trekkie. Celle-ci la confia à l’université du Sussex, qui y logeait des universitaires – « Saul Bellow fut horrifié par le confort primitif de la maison au point de ne pas y passer une seule nuit. »

zoob,caroline,le jardin de virginia woolf,histoire du jardin,monk's house,photographies,caroline arber,album illustré,littérature anglaise,culture
La chambre de Virginia Woolf à Monk's House (carreaux de la cheminée de sa sœur Vanessa Bell,
"avec un phare, un petit cutter aux voiles rouge sang et des touches du vert de Virginia")

Mais le jardin en a souffert et Nigel Nicolson, le fils cadet de Vita Sackville-West, œuvra au rapprochement entre l’université et le National Trust. Avec l’aide de ceux qui l’avaient connue du vivant de Virginia et Leonard, la maison de Monk’s House a été « interprétée » dans ce sens avant d’être ouverte en partie au public : photos, tableaux, tissus reproduits, peintures recomposées, objets leur ayant appartenu. « Ce qui manque, sans doute, c’est le fouillis chaotique de livres, papiers, et les assiettes de nourritures pour chiens et chats posées sur l’escalier, dont se souviennent presque tous les visiteurs des Woolf à Monk’s House. »

Commentaires

un livre qui m'a littéralement enchanté, je l'ai feuilleté, lu, feuilleté à nouveau, parfois cet été à la fraîche tôt le matin et j'avais l'impression de fouler les pelouses de VW
Merci Tania pour le lien

Écrit par : Dominique | 25/08/2016

Répondre à ce commentaire

Tu as été la bonne fée en quelque sorte dans cette affaire, merci à toi.

Écrit par : Tania | 25/08/2016

Cet aspect bohème et non conformiste de WF, son amour des plantes et fleurs m'enchantent.
Ravie que ce beau livre t'ait plu (oui Dominique est à la source, gracias!)

Écrit par : Colo | 25/08/2016

Répondre à ce commentaire

Un livre que je garde à ma portée dans mon coin lecture !

Écrit par : Tania | 25/08/2016

ah les belles maisons et les beaux jardins qui font rêver :-)

Écrit par : Adrienne | 25/08/2016

Répondre à ce commentaire

Dominique a été la grande tentatrice à propos de ce livre ; je l'ai noté et Noël approche ... je compte bien le mettre en tête de liste, il a tout pour me plaire.

Écrit par : Aifelle | 26/08/2016

Répondre à ce commentaire

Ce livre est dans ma chambre, sous mes yeux. Il me fait rêver. Je l'aime beaucoup car il rend hommage, aussi, à Léonard.
Bonne journée, chère Amie.

Écrit par : Bonheur du Jour | 26/08/2016

Répondre à ce commentaire

@ Adrienne : La si nécessaire part du rêve...

@ Aifelle : Bonne idée, je suis sûre qu'il te plaira.

@ Bonheur du Jour : Oui, Leonard Woolf est le maître d'oeuvre de ce jardin, et Virginia lui en est reconnaissante.
Merci, nous avons un temps splendide cette semaine, quel plaisir !

Écrit par : Tania | 26/08/2016

J'aime ces jardins qui naissent de soins amoureux, ou d'amoureux. Edith Wharton - qui elle n'avait aucun souci financier - a aussi dessiné ses jardins, qu'elle partageait comme des pièces de maison, chaque "pièce" ayant sa personnalité propre. Ceci semble bien intéressant à lire en tout cas!

Écrit par : Edmée De Xhavée | 26/08/2016

Répondre à ce commentaire

Assurément, Edmée, je te recommande ce beau livre. (J'ai cherché des photos de la propriété d'Edith Wharton dont l'opulence est très loin de Monk's House, en effet.)

Écrit par : Tania | 27/08/2016

je ne connaissais pas ce livre, merci pour le partage tania, cela a l'air réellement émouvant et beau à regarder

Écrit par : niki | 27/08/2016

Répondre à ce commentaire

Ravie de te le faire découvrir, Niki.

Écrit par : Tania | 27/08/2016

Bonsoir Tania, c'est mon rêve d'aller visiter cette maison et celle de Vanessa Bell. Elles enchantent mon univers. Merci pour ce beau billet. à bientôt. Claude

Écrit par : claude | 28/08/2016

Répondre à ce commentaire

Un rêve que je partage, Claude. J'ignorais que la maison de Vanessa à Charleston se visite aussi. Voici le lien, que tu as sûrement déjà exploré : http://www.charleston.org.uk/visit/

Écrit par : Tania | 29/08/2016

Merci beaucoup Tania, je l'avais, j'ai une tonne de liens sur Charleston, j'aime beaucoup cette maison et tout ce qu'elle représente. à bientôt, Claude

Écrit par : Claude | 29/08/2016

Répondre à ce commentaire

Une belle découverte, je vais me procurer ce livre !
Il se dégage de cette maison, le jardin, les photos, une impression de bonheur, le fouillis des livres et les assiettes de nourritures de chiens et chats posés sur l'escalier ...
Tout ce que j'aime !!!

Écrit par : Pâques | 29/08/2016

Répondre à ce commentaire

@ Claude : Virginia admirait beaucoup sa sœur Vanessa, sa personnalité et sa vie ; elle l'exprime souvent dans son Journal.

@ Pâques : Le livre en vaut la peine, tu verras. Bonne lecture !

Écrit par : Tania | 30/08/2016

Je me souviens bien de ce livre (à sauts et gambades), la photo de la chambre est différente, en largeur, mais peut-être est-ce ma mémoire...

Écrit par : christw | 01/09/2016

Répondre à ce commentaire

Le livre montre en pleine page un détail de cette photo de la chambre prise par Caroline Arber (trouvée sur la Toile), sans la bibliothèque et la chaise à gauche de la cheminée.

Écrit par : Tania | 01/09/2016

Écrire un commentaire