Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/08/2016

Quartier des Cerisiers

Cette fois, les Estivales 2016 nous emmènent à la limite de Schaerbeek et de Woluwe-Saint-Lambert (WSL) pour découvrir le quartier des Cerisiers (autour de l’avenue éponyme), du XIXe siècle au modernisme. Yves Jacqmin, qui nous guide ce dimanche-là, rappelle que sur ce plateau qui surplombe aujourd’hui l’échangeur d’autoroute, on voyait auparavant des champs, des prairies, des moutons. Frontière orohydrographique, à proximité de Reyers et de Meiser, le plateau de Linthout « constitue la ligne de partage des eaux entre les bassins versants du Maelbeek et de la Woluwe. »

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture
Vierge à l'enfant (Chapelle de l'église du Divin Sauveur) - Qui en connaîtrait l'auteur ?

L’avenue de Roodebeek, percée au XIXe afin de relier le hameau de Roodebeek au Quartier Léopold, comportait alors un péage au profit de WSL qui a financé les travaux. C’était la campagne, on y construisait de belles résidences dotées de parcs privés. « Roode » désigne une zone essartée (défrichée, déboisée), « beek » un ruisseau. Il y a deux Roodebeek, l’affluent du Maelbeek qui traverse Schaerbeek et le Roodebeek à WSL.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Au 199, des bâtiments ruraux subsistent dans l’alignement du XIXe, avec leur façade typique (ci-dessus) : le cimenteur recouvrait les briques d’un enduit qui imite la pierre, à peindre éventuellement, un procédé économique, solide et durable, comme on le voit cent ans plus tard. Plus loin, on a mis à nu des briques trop fragiles pour rester à l’air libre. Après nous avoir signalé une ancienne usine de papier gommé en intérieur d’îlot, Yves Jacqmin s’arrête devant une grille en fer forgé devant un terrain arboré : c’était l’entrée d’une grande propriété d’avant 1870, démantelée par l’urbanisation – nous verrons plus tard la demeure qui subsiste dans une autre rue.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

L’église du Divin Sauveur est la première étape du parcours sur les traces du modernisme architectural. Cette église art déco d’inspiration néo-romane jouxte une école homonyme de style contemporain – bois et baies vitrées. Construite entre l’avenue de Roodebeek et la rue Aimé Smekens durant l’entre-deux-guerres, selon les plans de Léonard Homez (qui dessinera ceux de l’église Sainte-Alix, à Woluwe-Saint-Pierre), l’église comporte sur sa façade nord en triangle un bel ensemble de vitraux intitulé L’arbre de Jessé (Pierre Majerus, 1985). Devant, de vénérables robiniers faux acacias ; le plus vieux est à l’inventaire des arbres remarquables. Le guide nous fait remarquer la maison de Paul Ramon à côté (un des architectes de la RTBF), dont les briques et les arcs en plein cintre s’harmonisent avec le style de l’église.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Erigée en 1935 grâce à un don privé, l’église comporte de nombreux vitraux abstraits, aussi aux façades latérales – l’occasion de rappeler qu’à Schaerbeek, commune d’artisans, ont habité de nombreux maîtres verriers. Nous entrons sur le côté dans la nouvelle extension conçue vingt ans après (Jean Dehasse) par une large porte dont les bords (ainsi que deux fenêtres latérales) sont éclairés par du verre enchâssé dans le béton (Louis Stroobant) – le bénitier bleu en céramique s’harmonise avec ces éclats de bleu, de jaune et de blanc.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Mais le plus spectaculaire dans cette belle chapelle post Vatican II, ce sont les hauts vitraux traversés par le soleil, en face de l’autel, au sud, dans l’esprit des théories du chanoine Lemaître sur le Big Bang et de Teilhard de Chardin (Mauritz Nevens et Hermann Mortier).

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture
« Le Point Oméga » d’après Teilhard de Chardin, dessin de Maurits Nevens et réalisation d’Hermann Mortier, 1979

Nous gagnons ensuite la rue Aimé Smekens où l’église présente une façade triangulaire minimaliste, toute en pierre bleue autour des vitraux. Dans cette rue, la diversité architecturale est frappante. Au 33, voici la grande demeure classique dont le parc aboutissait sur l’avenue de Roodebeek, dans un état impeccable. Elle appartenait à la famille de Meeûs* qui a fait construire d’autres maisons à proximité, dans un style tantôt traditionnel (au 30, avec cette étonnante arche de verdure héritée de l’ancien parc), tantôt moderniste (au 32, années 1950).

Rectificatif : Marcel Gilon, auteur de deux ouvrages sur l’église du Divin Sauveur (voir la bibliographie à l’IPA) a eu la gentillesse de me signaler que la belle maison classique de la rue Smekens, qui date de 1853, appartenait en réalité au comte de Lunden. En 1929, elle est à l’abandon et son acquéreur l’appelle « Château Linthout ». Cette famille a quitté la maison en 2001 et c’est son propriétaire actuel qui l’a magnifiquement restaurée. *La propriété Lunden s'étendait jusqu’à l’avenue de Roodebeek et c’est cette partie (de l’autre côté de la rue Smekens qui venait d’être ouverte) qui fut achetée par le comte de Meeus ; celui-ci a transformé la maison des concierges en une maison de style néo-gothique. (22/8/2016)

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Sobriété, lignes horizontales, style bateau entre autres pour les rambardes, angles aux fenêtres ou arrondis, toitures plates, nous reconnaissons plusieurs façades modernistes entre des maisons plus conventionnelles. Pour pallier l’absence d’ornement, l’architecte opte pour un dessin de lignes, laisse le joint creux entre les briques pour faire jouer la lumière. 

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Rares sont les maisons art déco des années vingt où tout a été conservé. En voici une au 53 (ci-dessous), avec ses vitraux et châssis d’origine, à côté d’une autre qu’un architecte a rehaussée en agrandissant les baies vitrées, aujourd’hui envahie par la verdure.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

On construisait ici pour une bourgeoisie aisée (comme au quartier des Fleurs), pas toujours favorable à l’innovation. Ainsi, au 31, il a fallu batailler pour obtenir le permis de construire une villa trois façades résolument moderniste (ci-dessous) à côté de « La Pergola ». Hélas, l’urbanisme a autorisé plus tard l’érection d’un immeuble à appartements qui cache largement cette architecture originale.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Nous empruntons l’avenue Herbert Hoover jusqu’à l’angle du square Vergote pour admirer une maison unifamiliale de 1928 (ci-dessous) qui, heureusement, se laisse admirer de toutes parts : en briques jaunes (comme la villa Cavrois), elle présente des façades très bien dessinées, des rambardes accrochées avec soin, un soubassement en pierre bleue. Avec sa loggia au plafond ouvragé, ses grilles simples qui soulignent l’arrondi, elle est signée par l’architecte Albert Nyst, qui avait dessiné une maison art déco en 1922 de l’autre côté du square Vergote.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Avant d’y aller, nous nous arrêtons devant quelques hôtels de maître sur ce beau square arboré, souvent de style « beaux-arts », puis, le long du boulevard, nous regardons le Monument aux morts du Génie (aérostiers, pontonniers, télégraphistes cyclistes…), dû au sculpteur Charles Samuel.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Un passage souterrain (tags et graffitis à gogo) mène de l’autre côté du square coupé en deux par le boulevard (Luc Schuiten en réunit les deux côtés dans sa Cité végétale) – ce sera la fin de notre parcours.

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

A l’angle de la rue Frédéric Pelletier, le guide nous montre une des dernières constructions primées au concours de façades de Schaerbeek, en 1930, de style traditionnel mais originale par la variété des volumes (ci-dessus).

quartier des cerisiers,schaerbeek,estivales,2016,promenade guidée,roodebeek,architecture,modernisme,église du divin sauveur,vitraux,urbanisme,art déco,culture

Au 45 du square enfin, entre des maisons plus pompeuses, voici l’autre maison dessinée par Nyst (1922) : une façade très graphique en briques rouges « rehaussées de pierre bleue et de carreaux de céramique noirs et or » (IPA) dont le dessin se prolonge sous la corniche. Avec sobriété, la pierre bleue souligne l’entrée, l’avant-corps, et se prolonge dans un bac à fleurs intégré sur le côté. Toutes ces choses qu’on ne découvre en ville qu’en allant à pied !

Commentaires

Une fois de plus, je suis admirative de toutes ces beautés architecturales et comme d'habitude j'aimerais jeter un œil à l'intérieur, curieuse que je suis ...

Écrit par : Aifelle | 18/08/2016

Répondre à ce commentaire

Moi aussi : je retournerai certainement voir de l'intérieur les vitraux de la partie principale de cette église moderne, souvent fermée, et pour les maisons, l'occasion s'offre parfois d'en visiter, lors des journées du patrimoine ou de la biennale art nouveau art déco, en automne.

Écrit par : Tania | 18/08/2016

une bien belle visite grâce à toi tania - je note les lieux, au cas où j'aurais envie d'une balade dans bruxelles

Écrit par : niki | 19/08/2016

Répondre à ce commentaire

Merci Niki. Un quartier très accessible avec les transports en commun :
http://www.stib.be/irj/go/km/docs/STIB-MIVB/INTERNET/attachments/Plan_quartier/Diamant.pdf

Écrit par : Tania | 19/08/2016

Je me demandais si, en allant à pied de chez toi on pourrait aller voir les maisons de l'avenue de Roodebeek, les maisons de ton lien me plaisent beaucoup: couleurs variées, allégresse.
Encore une belle promenade, si documentée. Merci!

Écrit par : Colo | 19/08/2016

Répondre à ce commentaire

C'est un peu loin de chez moi à pied, en plus la circulation est incessante sur les boulevards, mais on peut y aller avec le tram 7. On le fera à ton prochain séjour ?

Écrit par : Tania | 19/08/2016

magnifique, tout ça! j'aime vraiment beaucoup ce genre de balades!

Écrit par : Adrienne | 19/08/2016

Répondre à ce commentaire

Peut-être y participeras-tu un jour ? Bonne après-midi, Adrienne, et ne manque pas de faire signe si tu passes à Bruxelles.

Écrit par : Tania | 19/08/2016

La Vierge et L'Enfant - les couleurs sont magnifiques.

Écrit par : Jane | 20/08/2016

Répondre à ce commentaire

Je me suis renseignée à son propos du côté de la paroisse, mais sans pouvoir identifier l'artiste (la céramique de la Vierge à l'enfant a été donnée à un ancien vicaire néerlandophone décédé).

Écrit par : Tania | 20/08/2016

Écrire un commentaire