Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2016

Poétique Fraudeur

Poétique : le mot s’impose à la lecture de Fraudeur (2015), de la prose magique d’Eugène Savitzkaya. Dans ce dernier roman de l’écrivain liégeois, les séquences dépassent rarement deux, trois pages. C’est l’été, un « fou », un « très jeune homme, quatorze ou quinze ans – qui peut le savoir ? – un peu trop long, de longs cheveux tombant sur les épaules, s’ennuie dans sa chambre. » Bientôt, il va « s’égayer dans les champs ».

savitzkaya,eugène,fraudeur,roman,littérature française,belgique,écrivain belge,prix rossel,culture

Août. Sans réveiller « la dormeuse » dans la chambre maternelle, le garçon va à la rencontre des lieux familiers, basse-cour, potager, verger. Avant de gagner les bois, il s’attarde à la cabane à lapins – « L’odeur l’y retient toujours un bon quart d’heure dans la douce compagnie. » La haie franchie, le voilà dans « la clarté d’août dans son voilage doux ».

Chemin, herbe, ciel, il y a tant à regarder, à reconnaître. Le pic se fait entendre dans le bois – « Pas si vite. Le temps coule et nous marchons par lentes foulées. » Souvenir de l’arrivée dans la maison, dix ans plus tôt, en automne. Images des chambres, du frère aîné.

« Et s’il était né, le fou, au bord d’un fleuve russe ? » Voici un bateau descendant la Volga, la mère du fou regardant le vol des mouettes. « Le grand-père de cette femme était fils de serfs affranchis devenus petits propriétaires terriens. Il était cultivateur dans un des innombrables replis de la grande plaine qui s’étend des Carpates à l’Oural. »

Puis on revient au verger où son frère et lui étaient « les gardiens attentifs et féroces des noisetiers pourpres », guettant la chute des noisettes dès le début du mois de septembre. « Les ennemis des noisetiers étaient toujours les mêmes. Par ordre décroissant de détestation : les soi-disant passants en pantalon de velours, les enfants nés au village, les forficules et les geais. »

Page après page, Savitzkaya se fait le conteur des lieux et des rites familiers de son adolescence, des émerveillements devant bêtes et arbres, lumières et parfums : botte de foin, brouillard, coulée d’un ruisseau, poires et pommes déposées dans la cave pour l’hiver... Pour taire le pire, en train de se faire, à peine dit – sa mère qui va mourir –, pour l’évoquer vivante, et lui, jeune. « Fraudeur doit se lire comme une autobiographie mentie » (Johan Faerber, « Ainsi parlait Savitzkaya », Médiapart).

« Mère dormant et père au charbon, le fou n’en est pas mort, ni ses frères non plus. » Le « frère cadet du fou » est le maître des oies, qu’il conduit entre les arbres fruitiers. Le jars se laisse parfois chevaucher par lui. Conversations du « fou » avec le fermier, heures blotties contre le tronc du bouleau « nommé la Sorcière », marches, envolées imaginaires en Russie, nourritures, souvenirs : un univers s’égrène, volé au temps qui passe. « Le fraudeur n’a foi en rien sauf en la forme des nuages dont il absorbe goulûment la vapeur. »

Eugène Savitzkaya : « L’enfance en soi ne m’intéresse pas tellement, mais c’est la ferveur propre à l’enfance qui a une importance capitale. » (Universalis) Un tel roman ne se résume pas, ne se lit pas non plus comme un roman. « Caméra sur l’épaule », comme dit justement Marine Landrot dans Télérama, l’écrivain nous offre des images de poète, des instants, des sensations. Dans cet « été dilaté » (extrait Marque-pages) éclate « la poésie du monde sensible » (Philippe Le Guillou, Libération). Prix Rossel 2015.

Commentaires

Difficile de résumer ce beau texte, oui. Un excellent souvenir, vraiment, le verger, les arbres fruitiers, le tas de fumier, le fou, ... je revois tout.
Merci pour le(s) lien(s).

Écrit par : christw | 19/05/2016

Répondre à ce commentaire

Un roman qui convoque tous les sens, heureuse que vous retrouviez ici vos impressions de lecture.

Écrit par : Tania | 19/05/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce partage, cette recommandation.
J'y cours de ce pas !

Écrit par : K | 19/05/2016

Répondre à ce commentaire

Un roman qui pourrait m'intéresser ; c'est curieux je ne me souviens pas l'avoir vu dans Télérama, pourtant il aurait dû attirer mon attention.

Écrit par : Aifelle | 20/05/2016

Répondre à ce commentaire

@ K : Prenez votre temps, un roman pour musarder.

@ Aifelle : On passe parfois au-dessus d'un titre parce qu'un autre nous sollicite, bonne rencontre avec Savitzkaya.

Écrit par : Tania | 20/05/2016

Répondre à ce commentaire

Je me suis documenté sur cet auteur, attiré par les commentaires intéressés de chacun. --- Abonné à l’encyclopédie Universalis, j’ai pu lire, une petite heure, beaucoup de ses poèmes et de ses textes. --- Je comprends l’enthousiasme des commentaires. ---Je n’ai pas toujours aimé ses poèmes, je n’’apprécie pas la nouvelle façon de couper les vers, mais j’ai lu avec plaisir ses textes qui sont originaux et plein de trouvailles comme ils le sont dans ses poèmes où, pour moi, la musicalité manque. ---

Écrit par : doulidelle | 20/05/2016

Répondre à ce commentaire

En lisant ton beau billet, j'ai souvent pensé au grand Meaulnes...

Écrit par : Margotte | 20/05/2016

Répondre à ce commentaire

@ Doulidelle : Heureuse que tu te sois autant intéressé à Eugène Savitzkaya.

@ Margotte : Je n'y pensais pas, le style est très différent, mais je vois en effet ce qui t'y a fait penser.

Écrit par : Tania | 20/05/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire