Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/05/2016

La vie réelle

brontë,charlotte,le professeur,roman,littérature anglaise,apprentissage,société,enseignement,amour,bruxelles,culture« Si les romanciers observaient consciencieusement la vie réelle, les peintures qu’ils nous donnent offriraient moins de ces effets de lumière et d’ombre qui produisent dans leurs tableaux des contrastes saisissants. Les personnages qu’ils nous présentent n’atteindraient presque jamais les hauteurs de l’extase et tomberaient moins souvent encore dans l’abîme sans fond du désespoir, car il est rare de goûter la joie dans toute sa plénitude, plus rare peut-être de goûter l’âcre amertume d’une angoisse complètement désespérée ; à moins que l’homme ne se soit plongé, comme la bête, dans les excès d’une sensualité brutale, qu’il n’y ait usé ses forces et détruit les facultés qu’il avait reçues pour être heureux. »

Charlotte Brontë, Le professeur

* * *

Avis aux amateurs : les concerts gratuits du vendredi midi (12h30) ont repris dans le jardin de la Maison des Arts.
Tout le programme de la Guinguette 2016 sur Schaerbeek.be

Commentaires

Mais si les écrivains "collaient" plus à la vie réelle, nous captiveraient-ils toujours autant ? Je réalise que les romans qui sont très crus justement sur la vie comme elle est ne m'emballent pas tellement.

Écrit par : Aifelle | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

Passage intéressant que je "détourne" et fais pencher non pas du côté du roman mais qui renvoie à la vie, pas si tranchée, rarement unicolore, et qui interroge finalement la condition d'humain heureux,à la fois sensible et doué de raison...

Écrit par : K | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : Bonne question. Les romans ont besoin de style pour rendre au réel ses couleurs, comme un paysage se ranime sous le soleil.

@ K : Ni dans un roman ni dans la vie, nous n'aimons les jours ternes - dont la définition varie sans doute d'une personne à l'autre. Mais les mots ont l'incroyable pouvoir d'éveiller, de réveiller, voire d'illuminer.

Écrit par : Tania | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

Le bonheur est un sentiment qu'on crée en magnifiant les événements de la "vie réelle" avec la complicité de l'imaginaire. ---

Écrit par : doulidelle | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

Pourquoi voudrait-on que le roman, qui est fiction, ressemble à la vie réelle? Même s'il puise généralement ses sujets chez les humains, dans les couleurs et la nature.

Moi aussi je me pose des questions quant à cette "faculté à être heureux" qui semble ici innée mais me semble plus littéraire que réelle; tout comme l'amour parfait etc...
Nous en revenons à la fiction.

Écrit par : Colo | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

Vaste question... et belle écriture ;-)

Écrit par : Margotte | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

Pourtant, je vois beaucoup de ces "contrastes saisissants" dans la vie réelle des gens que je côtoie (et pas seulement dans la vie-rollercoaster des adolescents ;-))

Écrit par : adrienne | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

@ Doulidelle : Merci pour cette définition personnelle.

@ Colo : Bonne remarque, Colo. Introduire de la fiction dans la vie réelle et vice-versa, pourquoi s'en priver ?

@ Margotte : N'est-ce pas ? Bonsoir, Margotte.

@ Adrienne : L'adolescence y serait plus propice ?

Écrit par : Tania | 18/05/2016

Répondre à ce commentaire

Les romans gris, qui palpent l'ordinaire, ont un charme qui tient dans la manière de le donner à voir .

Écrit par : christw | 19/05/2016

Répondre à ce commentaire

Vous l'exprimez si bien qu'il n'y a rien à ajouter.

Écrit par : Tania | 19/05/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire