Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/03/2016

Révélateur

Stevenson Caillebotte.jpg« Le parapluie, comme le visage, est en quelque sorte révélateur de celui qui le porte ; il est même beaucoup plus susceptible de trahir sa confiance. Car, tandis qu’un visage nous est, à ce jour, donné tout fait et que notre seule façon d’agir sur lui est de froncer les sourcils, de grimacer et de rire pendant les quatre premières décennies de notre vie, le parapluie est choisi parmi des centaines d’autres dans une boutique spécialisée, comme convenant le mieux au caractère de l’acquéreur. Le Philosophe du Parapluie possède là un pouvoir de diagnostic indéniable. »

Robert Louis Stevenson, La philosophie du parapluie (L’Esprit d’aventure)

Gustave Caillebotte, Rue de Paris, temps de pluie, 1877 (Art Institute of Chicago)

Commentaires

Des parapluies, je n'en ai jamais. Est-ce révélateur? oui je pense, révélateur de celui qui les oublies dans les trains, les gares ou autres lieux publics!

Écrit par : Alezandro | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Si faciles à oublier, les parapluies ! Quant au choix révélateur, ce n'est sans doute plus aussi parlant qu'en Angleterre à cette époque.

Écrit par : Tania | 19/03/2016

Moi non plus, je n'en ai jamais ... ça isole et ça ne laisse pas les mains libres ... et puis, j'aime la pluie ... Sinon, j'ai toujours adoré la lumière de Caillebotte et spécialement ce tableau-là. Et je crois bien qu'aujourd'hui nombre de gens achètent des parapluies le moins cher possible, sans mettre derrière quoi que ce soit d'un choix mûrement réfléchi ! :-)
Et juste pour sourire :http://loeildukrop.eklablog.com/afflac-96-avec-les-oreilles-36-a117793078

Écrit par : Nikole | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

J'adore ce tableau de Caillebotte

Écrit par : maggie | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Stevenson ne connaissait pas les parapluies pliants, qui s'oublient partout et que l'on remplace sans y penser .. Les vrais parapluies sont trop encombrants, pourtant en Normandie il vaut mieux en avoir un.

Écrit par : Aifelle | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

La philosophie du parapluie! Original! J'adore le Caillebotte qui illustre la citation.

Écrit par : claudialucia | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Avant tout un révélateur
...
qu'il pleut !

Écrit par : K | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Nikole : Plutôt chapeau alors ?

@ Maggie : J'espère que tu as ouvert le lien sur son titre.

@ Aifelle : A Bruxelles aussi. (J'ai un faible pour les parapluies cannes faciles à accrocher au bras.)

@ Claudialucia : Merci pour ton passage, pas de pluie aujourd'hui.

@ K : Quel esprit d'à-propos !

Écrit par : Tania | 19/03/2016

... ou manteau à capuche ! :-

Écrit par : Nikole | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

Être à deux sous un parapluie, le pied! Soit on s'enlace tendrement, soit on se fait, pour rire, de petites vacheries...

Écrit par : Colo | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Nikole : Le plus pratique, en effet ;-)

@ Colo : Bras dessus, bras dessous, et aujourd'hui sans jupe à relever !

Écrit par : Tania | 19/03/2016

Eh bien voilà, moi non plus pas de parapluie sauf toujours plié dans mon sac, prêt à y rester... Les rafales, l'ennui de le porter, de l'avoir gouttant partout s'il a servi... ça suffit à en faire un objet presque inutile mais j'en ai trois :)

Écrit par : Edmée De Xhavée | 19/03/2016

Répondre à ce commentaire

J'en ai trois aussi, un rouge, un noir, un à carreaux, j'en laisse un dans la voiture - en cas de grosse pluie, c'est utile tout de même.

Écrit par : Tania | 20/03/2016

Stevenson j'approuve en totalité et aussi l'illustration un de mes souvenirs forts d'exposition

Écrit par : Dominique | 20/03/2016

Répondre à ce commentaire

Tu as cheminé avec Stevenson plus d'une fois. L'illustration, c'est Ariane (Giverny News) qui me l'a soufflée.

Écrit par : Tania | 21/03/2016

les parapluies, des objets que j'ai semé aux quatre coins de la ville, parce que je les oublie toujours :)

Écrit par : niki | 21/03/2016

Répondre à ce commentaire

Tu te souviens sûrement de la scène du parapluie au début de "Howards End", toi qui es cinéphile.

Écrit par : Tania | 21/03/2016

Écrire un commentaire