Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/03/2016

Michaux Face à face

Henri Michaux (1899-1984), de son vivant, refusait toute représentation personnelle : déjà en 1927, quand la NRF édite Qui je fus, « avec un portrait de l’auteur gravé sur bois par G. Aubert », il refuse l’illustration, la barre d’une croix et signe par-dessous un « Non » péremptoire. C’est l’affiche de l’exposition qui vient de s’ouvrir à la Bibliotheca Wittockiana : « Henri Michaux Face à Face ».

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture

Jacques Carion et Jean-Luc Outers sont allés chercher « ailleurs, entre écriture et peinture », le « vrai visage » de l’écrivain et du peintre, et c’est passionnant. L’exposition offre une porte d’entrée originale dans l’univers de Michaux, qu’on connaisse ou non son œuvre. L’auteur d’Un certain Plume (né à Namur) détestait sa « belgitude », il a obtenu la nationalité française en 1955.

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture

Le parcours donne à voir et à lire. D’abord « quelques renseignements sur cinquante-neuf années d’existence », une notice rédigée par Michaux lui-même en 1957. Puis, en première partie : « Henri Michaux face à ce qu’il crée (des mots pour se dire, des images pour se trouver) ». Près de deux petites gouaches bleues (de 1925, alors que sa première exposition date de 1937), une huile sur bois de 1982 (Michaux ne voulait pas de titre pour ses peintures) – et des extraits en regard : « Ce sont trois hommes sans doute ; le corps de chacun, le corps entier est embarrassé de visages ; ces visages s’épaulent et des épaules maladives tendent à la vie cérébrale et sensible. » (La nuit remue)

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture
Henri Michaux Gouache sur papier ca. 1925 Coll. privée © SABAM Belgium 2016

L’obsession des têtes, du visage (brouillé, caché) apparaît comme un leitmotiv aussi bien dans la peinture de Michaux que dans ses écrits. Citations et extraits nombreux dévoilent un palimpseste où l’écrivain qui ne voulait ni se montrer ni parler en public interroge sans cesse le sens ou non-sens de l’apparence. « J’ai cessé depuis vingt ans de me tenir sous mes traits. Je n’habite plus ces lieux. » (Passages)

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture
Emergences-Résurgences, Genève, Skira, 1972

Bien sûr, au Musée du Livre et de la reliure, les ouvrages de Michaux sont particulièrement mis à l’honneur : livres d’art, plaquettes, illustrations... « Henri Michaux face à d’autres œuvres, évocations, invocations », la deuxième partie, est consacrée à ses écrits sur d’autres peintres : Klee, Sima, Matta… 
En rêvant à partir de peintures énigmatiques (1972) évoque des toiles de Magritte sans les nommer, comme In memoriam Mack Sennett, une huile prêtée pour l’occasion par La Louvière.

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture
Henri Michaux Huile sur bois ca. 1982 Coll. particulière © SABAM Belgium 2016

Michaux a beaucoup voyagé, en vrai et en rêve. Dans Arbres des tropiques (1942), entre autres dessins végétaux, voici un arbre à silhouette humaine, à moins que ce soit l’inverse – « Comme les arbres sont proches des hommes ! » « Lecture de huit lithographies de Zao Wou-ki » (1950), « En Occident le jardin d’une femme indienne » (1986), « Jeux d’encre. Trajet Zao Wou-ki » (1993) : autant de collaborations entre le poète et le grand peintre chinois (devenu Français, comme lui) publiées par de petites maisons d’édition.

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture
Lecture par Henri Michaux de huit lithographies de Zao Wou-ki,
Paris, Godet, 1950 Coll. particulière

En appel de visages d’Yves Peyré a été une source d’inspiration pour ce « Henri Michaux Face à Face ». On découvre que Michaux aimait regarder des dessins d’enfants, d’handicapés mentaux, avant même qu’on parle d’art brut. En plus des huiles, aquarelles, encres, gouaches, « crayocolors », la plupart issus de collections privées, on peut voir aussi des dessins mescaliniens comme celui prêté par Alechinsky où aucune forme ne se distingue au premier regard mais où apparaissent, si on veut bien s’y plonger, des visages esquissés, encore et encore.

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture
Henri Michaux Aquarelle sur papier 1981Coll. particulière © SABAM Belgium 2016

Enfin, « Henri Michaux face aux autres et à lui-même : portraits » réunit des dédicaces et des correspondances. L’écrivain a multiplié les refus par rapport à toute sollicitation – entretien, émission, spectacle, colloque, prix littéraire, et même publication dans La Pléiade ! D’une indépendance farouche, il protégeait son intimité, sa liberté, lui qui était pourtant si curieux des autres.

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture

A côté de dédicaces signées Michel Leiris, Jean Dubuffet, René Char… et de dédicaces de Michaux dans une petite écriture serrée pas toujours lisible, on montre quelques lettres – Michaux les brûlait et demandait qu’on les brûlât – « en tout cas ne les publiez pas » écrit-il à son ami Franz Hellens à qui il refuse « CATEGORIQUEMENT » (sic) de republier quoi que ce soit de lui paru au Disque vert – « cet haïssable passé ».

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture
Henri Michaux 1953 © Photo Paul Facchetti

Le parcours se termine sur un portrait peint par Jean Dubuffet et des photos de Michaux par Gisèle Freund, par Paul Facchetti, où paradoxalement l’homme qui s’effaçait prend la pose. Etonnantes, ses deux dernières peintures inspirées par la mer du Nord donnent une note joyeuse à cette fin de parcours. Dans une salle annexe, Michaux encore, sous de belles reliures très diverses. A l’étage sont exposés des dessins inspirés par ses textes (Serge Chamchinov, Roland Breucker).

michaux,henri,face à face,exposition,bruxelles,bibliotheca wittockiana,peinture,écrits,livres,illustrations,visage,tête,photographie,art,littérature française,culture

Vous pourrez découvrir « Henri Michaux Face à face » jusqu’au 12 juin à la Bibliotheca Wittockiana (et l’an prochain au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris.) A la fin du catalogue, un beau texte de Jean-Luc Outers évoque la mort et l’incinération de Michaux au Père-Lachaise : « L’homme sans visage ».

Commentaires

Perplexe... Je ne suis pas attirée par sa peinture, de prime abord. Mais une photo ne donne qu'un indice, c'est vrai...

Écrit par : Edmée De Xhavée | 07/03/2016

Répondre à ce commentaire

Je peux très bien comprendre ce refus de la plus petite intrusion dans la sphère privée (et y inclure le refus de publication d'une photo de soi) mais ça devient tout à fait paradoxal dans le cheminement d'un artiste du 20e siècle... et même paradoxal dans son propre cheminement!

Écrit par : Adrienne | 07/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Edmée De Xhavée : En proposant un thème conducteur, l'exposition ouvre un accès vers cette peinture très singulière et aussi grâce au dialogue entre les textes et les oeuvres présentées, ce qui facilite l'approche.

@ Adrienne : Rares sont les artistes et les écrivains qui s'écartent à ce point des médias : Michaux considérait que tout se trouvait dans son oeuvre, pas ailleurs. Ce refus radical intrigue, c'est vrai, et on s'interroge sur la relation qu'il avait avec son image, son physique.

Écrit par : Tania | 07/03/2016

Répondre à ce commentaire

Finalement c'est un artiste que je connais assez peu, même si j'ai lu un certain nombre d'écrits. J'ai l'impression qu'il a fréquenté tout ce que son époque comptait de grands artistes, tous ces noms donnent un peu le vertige. Il serait encore moins à l'aise aujourd'hui, où l'image compte plus que l'individu lui-même.

Écrit par : Aifelle | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

un homme qui effectivement a caché sa vie sous sa poésie, mais quel poète !

Écrit par : Dominique | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : Je me suis souvent fait cette dernière remarque à l'exposition, tout cela m'a donné finalement envie de le lire plus avant.

@ Dominique : Un grand poète, j'ai à portée de main deux recueils achetés à l'exposition et d'autres que je voudrais relire aussi.

Écrit par : Tania | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

Un grand poète effectivement, j'ai passé une bonne partie de la journée à retrouver ce que j'avais découvert, révolutionnaire de vingt ans. ... j'ai retrouvé sur la toile un poème déconcertant ... Je me permettrai de reproduire quelques vers demain ...

Écrit par : doulidelle | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Doulidelle : Au début de son recueil "Emergences-Résurgences", Michaux écrit : "Né, élevé, instruit dans un milieu et une culture uniquement du "verbal" (en note : et avant l''époque de l'invasion des images) / je peins pour "me déconditionner"."
Au plaisir de lire ces vers retrouvés.

Écrit par : Tania | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

C'est un poète que je connais peu. peut-être sera-t-il à l'honneur dans le numéro spécial de Télérama que j'achèterai bientôt. En tous cas j'aime ces ponts entre artistes, ces correspondances écrites, peintes. Cette exposition doit être un vrai plaisir. Merci Tania.

Écrit par : Maïté/Aliénor | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Maïté/Aliénor : Des ponts entre artistes, entre langage et peinture, oui, j'ai découvert tout cela avec plaisir. Bonne soirée à toi.

Écrit par : Tania | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

Je connais pas du tout le peintre, un peu l'écrivain et j'admire la volonté qui est la tienne de nous tenir en éveil et en curiosité pour des textes et auteurs pas toujours très faciles!

Écrit par : alezandro | 08/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Alezandro : Merci, Alezandro. C'est le mérite de cette exposition, il me semble, de faciliter l'accès à l'univers de cet écrivain-peintre si distant parfois.

Écrit par : Tania | 09/03/2016

Répondre à ce commentaire

Je ne savais pas qu'il peignait! Cette exposition a l'air très intéressante. J'imagine Henri Michaux face à notre société selfie!

Écrit par : claudialucia | 14/03/2016

Répondre à ce commentaire

Si cela t'intéresse, je te recommande le catalogue qui reprend intégralement le contenu de l'exposition - textes et illustrations. Voici le lien : http://www.tropismes.com/livres/henri-michaux-face-a-face
(Les selfies l'auraient révulsé, c'est sûr, et sans doute aussi une telle exposition à rebours de son constant refus de se montrer.)

Écrit par : Tania | 14/03/2016

Répondre à ce commentaire

Combien j'aurais aimé voir cette exposition.
Aussi, je suis revenue lire ton billet.

Écrit par : Maïté/Aliénor | 12/04/2016

Répondre à ce commentaire

Merci, Maïté. Si le catalogue peut te consoler, voir le lien ci-dessus.

Écrit par : Tania | 18/04/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire