Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/03/2016

Belgique de P à Z

Dictionnaire amoureux de la Belgique de Jean-Baptiste Baronian, dernière. Je pensais le faire durer plus longtemps, mais la curiosité a été la plus forte. Plus on avance dans ce dictionnaire, plus on y décèle certaines préférences de l’auteur : la musique, la petite histoire dégotée dans les livres anciens, l’excentricité, les façons de dire, le goût de surprendre…

baronian,jean-baptiste,dictionnaire amoureux de la belgique,culture,essai,littérature française de belgique,écrivain belge,histoire,art
Pierre-Joseph Redouté (1759 –1840), Rosa centifolia foliacea

Commençons par le prix Nobel : si les amateurs de littérature savent que Maeterlinck est le seul écrivain belge à avoir été couronné par le Nobel de littérature (1911), qui pourrait citer un Belge lauréat du prix Nobel de la Paix ? Il y en a pourtant eu trois entre 1904 et 1913. Un autre Nobel figure à la lettre P, Ilya Prigogine (chimie, 1977), qu’on découvre également passionné de culture, récemment décédé.

A la même lettre, aux « drôles de machines » de Panaramenko succède la « pataphonie », « discipline musicale (ou paramusicale) des plus bizarroïdes ». Il faudra mieux regarder la prochaine fois qu’on passe au carrefour à l’entrée du Bois de la Cambre : une petite fontaine « surmontée d’une colonnette » y est dédiée au poète Odilon-Jean Périer qui n’a vécu que 27 ans. Et visiter un jour à Anvers l’imprimerie Plantin-Moretus, « l’Olympe », écrit Baronian, pour les amoureux du livre.

« Quick et Flupke » suivent la « Question royale », puis nous voilà au R : tiens, voici Axelle Red, « le feu qui chante ». Redouté, né à Saint-Hubert, et ses roses « si bien peintes à l’aquarelle, si bien exécutées, qu’elles apparaissent plus vraies que nature ». Django Reinhardt, natif de Liberchies, que Baronian présente via une rencontre à Turin (où il allait participer à un colloque sur Simenon) avec un passionné !

baronian,jean-baptiste,dictionnaire amoureux de la belgique,culture,essai,littérature française de belgique,écrivain belge,histoire,art
http://www.fine-arts-museum.be/fr/expositions/de-floris-a-rubens

Rops, forcément, « homme double » : le peintre de Pornokratès et le dessinateur qui se vante d’être « le mieux payé à Paris », achète des demeures fastueuses, plante « deux mille rosiers dans sa propriété d’Essonnes, La Demi-Lune ». Evidemment Rubens, « le peintre belge archétypique ».

Dire que dans nos Musées Royaux des Beaux-Arts bruxellois, la pluie s’est infiltrée près des Rubens – une toiture que la Régie des Bâtiments tarde à réparer ! Quel saint, quelle sainte implorer ? Ce sera ma transition vers l’entrée la plus inattendue du Dictionnaire amoureux de la Belgique : « Saints et saintes ». Jean-Emile Andreux qui nous a tant charmés avec ses « toponymies » en aurait fait son miel. Baronian distingue ici deux catégories de saints : ceux aux prénoms « des plus communs » et ceux qui portent des prénoms rares ou insolites, souvent « attachés à des lieux bien précis ».

Pas de saint Peyo, mais un « coup de génie » : non seulement il a inventé les Schtroumpfs, mais aussi une nouvelle langue schtroumpfement typique du pays de Grevisse ! On reste dans l’invention avec François Schuiten, « le Piranèse de la bande dessinée » et un artiste aux réalisations en tous genres. Louis Scutenaire, maître des aphorismes, habitait lui aussi Schaerbeek.

baronian,jean-baptiste,dictionnaire amoureux de la belgique,culture,essai,littérature française de belgique,écrivain belge,histoire,art

Cinq pages pour Simenon : il n’en fallait pas moins pour l’écrivain liégeois et universel, « le génie du roman dans tous ses états » sur qui Baronian a beaucoup écrit. Vous aimez Spilliaert ? Vous aimerez l’émotion de l’auteur chez sa fille naturelle à Uccle. Vous aimez Stromae ? Vous n’aimerez peut-être pas la manière ambivalente de son portrait.

Parmi les rares livres qui ont une entrée directe dans ce Dictionnaire amoureux de la Belgique, voici Tempo di Roma d’Alexis Curvers et, plus loin, Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem (tous deux parus en 1967). Seul poème cité intégralement : Toi qui pâlis au nom de Vancouver de Marcel Thiry. Seul critique salué, Pol Vandromme (1927-2009), « le plus grand critique littéraire belge de langue française ». Plus de pages pour les séjours de Verlaine en Belgique que pour Emile Verhaeren.

Après la cristallerie du Val-Saint-Lambert, les « Van » se bousculent : Van Dam et Van Damme à ne pas confondre, Van de Velde et Van Dyck, Van Looy, Van Rompuy et Van Rysselberghe (entre autres). Dernières entrées inattendues à la lettre V : « Violence » et « Voyages ». Baronian raffole des « relations de voyages », surtout les anciennes qui révèlent la Belgique d’antan, par exemple sous la plume de Théophile Gautier, Gérard de Nerval ou Alexandre Dumas.

baronian,jean-baptiste,dictionnaire amoureux de la belgique,culture,essai,littérature française de belgique,écrivain belge,histoire,art

A la fin de l’alphabet baronianesque, quelques W mais pas de X, deux Y, un Z – mystères que vous éluciderez si vous réservez une place chez vous à ce Dictionnaire amoureux de la Belgique ou si vous l’empruntez à la bibliothèque : ce nouvel ouvrage de référence vous emmènera, comme le dit joliment la quatrième de couverture, « d’un peintre à un paysage, d’un écrivain à une ville, d’une salle de concert à une épopée sportive, d’une étape gastronomique à un musée, d’une loufoquerie à un émerveillement. »

Commentaires

Tu as été trop gourmande ! mais tu pourras le reprendre par petites tranches lorsque l'envie t'en prendra. Il est foisonnant ce dictionnaire, que de créateurs connus en France et dont on oublie qu'ils sont Belges.

Écrit par : Aifelle | 10/03/2016

Répondre à ce commentaire

C’est assez curieux que les plus grands noms de Belges célèbres ait un nom classé alphabétiquement dans les derniers de la liste. … On reste impressionné et fier de la qualité et du nombre de grands personnages de notre si petit pays. … Il est regrettable que le différent linguistique ait tari la source flamande de noms prestigieux de la littérature française. …

Écrit par : doulidelle | 10/03/2016

Répondre à ce commentaire

Une mine de pépites! J'ignorais, pour Peyo et Quick et Pflucke

Écrit par : keisha | 10/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : Certainement ! Et je suis loin d'avoir cité tout le monde ;-)

@ Doulidelle : En revanche, les bonnes plumes belges néerlandophones sont plus vite traduites en français à notre époque, il me semble - j'en évoquerai une bientôt ici.

@ Keisha : Peyo est né dans ma commune, à Schaerbeek, et les gamins de Bruxelles (les ketjes bruxellois Quick et Flupke) sont nés peu après Tintin !

Écrit par : Tania | 10/03/2016

Répondre à ce commentaire

j'essaie de le déguster à petites doses (et pour le moment ça marche, je n'ai pas le temps de lire :-))

Écrit par : Adrienne | 10/03/2016

Répondre à ce commentaire

Je te souhaite et une bonne dégustation et de retrouver du temps à toi bientôt - les vacances de Pâques ne sont plus si éloignées.

Écrit par : Tania | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

A Tania ... La traduction, aussi fidèle soi-elle, ne vaudra jamais un texte écrit par un flamand qui a une culture française. ... Le génie flamand qui est le propre des flamands cultivés a produit des écrivains en langue française exceptionnels dont je ne citerai pas les noms tant la liste est longue. Il ne faut pas oublier qu'une certaine classe bourgeoise flamande pratiquait notre langue. ...

Écrit par : doulidelle | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

La couverture de La libre Match date de 2003, si mon grossissement d'écran va bien. La photo dit tout l'art de la mise en scène de l'Écrivain Simenon. Le gaillard, génie de la fiction, aurait quand même utilisé 40 pseudos...

Écrit par : christwc | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

je lis ton billet à la recherche des noms que je connais...erreur, ce sont les autres qu'il faut découvrir!
Mais Quick et Flupke ont fait le bonheur de mon enfance!!!

Écrit par : Colo | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Doulidelle : Bien sûr. Oui, la liste est longue, Verhaeren, Maeterlinck, Elskamp, Marie Gevers et son fils Paul Willems, entre autres, écrivains d'Anvers, de Bruges, de Gand...

@ Christw : "Est-ce qu'on est un homme comme un autre quand, pour la célébration du centenaire de sa naissance, en 2003, on suscite tant d'hommages et tant d'intérêts ?
Non, en intitulant "Un homme comme un autre" la première de ses vingt-deux dictées, Simenon a, de toute évidence, cherché à bluffer ses lecteurs. Ou alors, agacé d'entendre et de lire des tombereaux de sottises sur lui, mécontent d'être sans cesse tenu pour une bête curieuse, il s'est permis une formidable boutade." (Baronian)

Écrit par : Tania | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Colo : En fait, les deux cas sont intéressants - noms connus (qu'en dit-il ?) et inconnus (qui sont-ils ?) Tu sais que tu peux retrouver Quick et Flupke en vidéo ? Bonne après-midi, Colo.
http://www.dailymotion.com/video/xaecoi_quick-et-flupke-coup-de-bluff-02_people

Écrit par : Tania | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

très joliment illustré, merci tania

Écrit par : niki | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

Merci, Niki, contente que ça te plaise.

Écrit par : Tania | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

Ben ... zut alors ... J'avais laissé un com ce matin : j'l'avais pô validé ? Cornegidouille ! Malheureusement, mes mots sont sortis de ma mémoire, gone in time's wind ... désolée ... j'y parlais du plaisir des dictionnaires ...

Écrit par : Nikole | 11/03/2016

Répondre à ce commentaire

On est d'autant moins un homme comme un autre qu'on bichonne son image médiatique et cultive les relations mondaines. Simenon en était déjà conscient lors du bal anthropométrique de 1931.

Écrit par : christw | 12/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Nikole : Désolée que ton commentaire se soit perdu.

@ Christw : Médiatique avant même que le mot n'existe !

Écrit par : Tania | 12/03/2016

Répondre à ce commentaire

J'aime bien Rops et Simenon... belle manière de découvrir la Belgique, ce dictionnaire !

Écrit par : maggie | 12/03/2016

Répondre à ce commentaire

@ Maggie : Je ne vais pas te contredire. Bon dimanche, Maggie.

Écrit par : Tania | 13/03/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire