Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2016

Belgique CDEF...

A la lettre C de son Dictionnaire amoureux de la Belgique, Jean-Baptiste Baronian rend hommage à Maurice Carême dont les poèmes, « quoi qu’en pensent les cuistres », sont si populaires à travers le monde qu’« il existe quelque deux mille huit cent cinquante mises en musique de ses textes ! »

baronian,jean-baptiste,dictionnaire amoureux de la belgique,culture,essai,littérature française de belgique,écrivain belge,histoire,art
La bibliothèque du Château de Beloeil © ASBL Fonds Château de Beloeil

On compte à peu près le même nombre de châteaux dans notre pays, de toutes les sortes, et Baronian qui s’avoue attiré par la vie de château s’installerait volontiers à Beloeil pour lire les œuvres complètes du prince de Ligne. Il y aurait forcément du chicon à table, « cette excellente variété d’endive » nommée « witloof » (feuillage blanc) en flamand, et bien sûr du chocolat (on compte actuellement près de sept cents chocolatiers belges).

Après quelques écrivains – Hugo Claus pour son Chagrin des Belges, Gaston Clément pour Le conseiller culinaire (1947), Jacques Albin Simon Collin de Plancy (un Français) pour son Dictionnaire infernal et son Histoire de Manneken-Pis racontée par lui-même (XIXe) –, vient le tour du Concours reine Elisabeth que l’auteur a souvent critiqué (et aussi son public bon chic bon genre), mais qu’il reconnaît comme « le plus sérieux » des concours musicaux internationaux.

Pas d’entrée pour le Congo, mais bien pour Congo, une histoire, l’essai retentissant de David Van Reybrouck, « un grand hymne d’amour au peuple congolais ». Pour avancer, je ne vous parle ni de « Contrefaçons » (le mot est impropre ; selon Baronian, en réalité, c’étaient des « réimpressions belges » de textes français) ni d’Annie Cordy ni des « coulonneux » (comme on nomme les colombophiles en Wallonie) – salut tout de même à feu mon grand-père flamand grand lâcheur de pigeons dont il était fier.

La succession de notices le plus souvent sans lien avec ce qui précède et ce qui suit est un des charmes de la collection des Dictionnaires amoureux. Sauter les crevettes grises ? Impensable, vu leur place « au patrimoine culinaire national ». Baronian confie qu’il teste un restaurant à la qualité de ses croquettes de crevettes grises. Le pamplemousse aux crevettes grises n’y est pas mentionné, mais bien la fameuse « tomate aux crevettes ». L’article « Cuisine » offre l’occasion d’une petite passe d’armes sur la cuisine belge par rapport à ce qu’en disent certains guides français.

« Cyclisme » : que de bons souvenirs pour l’auteur et de héros belges de la petite reine ! Au D, le père Damien est premier, d’ailleurs canonisé en 2009. Le missionnaire dévoué aux lépreux a été calomnié de son vivant, raconte Baronian, et c’est une lettre de Robert Louis Stevenson dans le Times qui a rétabli son honneur.

Hommage au cinéma réaliste des frères Dardenne, « à condition de considérer, comme l’a écrit Bertolt Brecht, que le réalisme ne consiste pas à dire des choses vraies, mais à dire ce que sont vraiment les choses. » Et aux films d’André Delvaux, regroupé sous son patronyme avec Laurent (sculpteur), Charles (maroquinier), Paul (peintre) et les autres, sans aucun lien de parenté entre eux.

Baronian préfère Anna Teresa De Keersmaeker à Maurice Béjart et Camille De Taeye à Jules Destrée. Après avoir ressuscité les raquettes de tennis Donnay, il consacre un bel article à Christian Dotremont « un écrivain qui a peint ou un peintre qui a écrit ? » Clément Doucet récolte cinq pages du Dictionnaire amoureux de la Belgique, ce pianiste qui jouait « d’instinct » a formé un inoubliable duo avec Jean Wiéner.

Le D finit avec Christian de Duve, Prix Nobel de médecine (dont Doulidelle ne cesse de relayer l’appel). Et voici E comme L’Economie culinaire de Cauderlier, seul livre de cuisine des parents de Jean-Baptiste Baronian, E comme « Elskamp, Max », E comme « Ensor, James » : le peintre mais aussi l’écrivain et l’épistolier qui « a tordu le cou à l’académisme, le mal incurable des lettres de Belgique ».

E ou F ? Etrange ou Fantastique ? Bien sûr, le grand connaisseur du genre qu’est Baronian consacre un long article à l’« Ecole belge de l’étrange » (il cite une quinzaine d’écrivains qui en font partie et revendique en toute modestie la paternité de l’expression), saluant au passage les éditions Marabout qui ont joué un grand rôle dans la reconnaissance de cette littérature singulière.

L’histoire de la « Fête des chats » célébrée en mai à Ypres fera frémir tous les amis des chats, avec durant des siècles des « jets de chats vivants » même du haut du beffroi, entre autres mauvais traitements. Depuis 1938, les habitants se contentent « de lancer des chats en peluche » et de se déguiser en chat, « une orgie féline en somme ».

Je n’en ai pas fini de décliner l’alphabet du Dictionnaire amoureux de la Belgique. On s’y amuse de l’inattendu, de l’inconnu, du méconnu, que Baronian accommode à la sauce belge et agrémente d’anecdotes personnelles. Bien sûr, certaines entrées s’imposent, comme « De Coster, Charles », « Expo 58 », « Francorchamps » et « Frites ». Bon appétit, messieurs dames !

Commentaires

Je suis un « fan » de mon pays et de la culture de ses habitants qui fut si longtemps ignorée et même méprisée. … Je bois du petit lait (belge), à la lecture de ce billet. … Car nous avons aussi le « bleu-blanc-belge » qui fournit un des meilleurs steaks du monde … et les moules de Zeelande que nous « chipons » aux hollandais qui ont longtemps ignorer le « saveur » d’un moule casserole de "chez Léon" qui a émigré à Paris (brasserie de 400 couverts). …

Écrit par : doulidelle | 21/01/2016

Répondre à ce commentaire

Ton enthousiasme fait plaisir ! Je vois que les notices culinaires de Baronian te font saliver ;-)

Écrit par : Tania | 21/01/2016

Hélas je doute que ce bouquin apparaisse dans ma bibli , mais ça m'a l'air bien plaisant (et De Keersmaeker, c'est parfois longuet)(même court)

Écrit par : keisha | 21/01/2016

Répondre à ce commentaire

c'est réjouissant et ça me rappelle des souvenirs "oubliés", comme ce Clément dont mon père avait (le très épais) livre de cuisine... (je me demande où il est passé, d'ailleurs)
merci Tania! et merci pour Maurice Carême!

Écrit par : Adrienne | 21/01/2016

Répondre à ce commentaire

Je vois que tu es accro au dictionnaire amoureux et c'est vrai que celui-ci semble très riche. Un bon moyen de connaître la Belgique! Si j'avais su, je l'aurais lu avant de venir à Bruxelles. Mais il n'est jamais trop tard!

Écrit par : claudialucia | 21/01/2016

Répondre à ce commentaire

Que de pistes intrigantes et tentantes ! Merci Tania !
J'ai eu récemment entre les mains le livre de cuisine de Cauderlier (ce chef a-t-il un prénom ?) et le ton supérieur qu'il emploie, l'approximation de ses recettes et ses conseils sur l'équipement dernier cri d'il y a un siècle ne manquent pas de saveur, certes.

Écrit par : Ariane | 21/01/2016

Répondre à ce commentaire

Je ne me sens pas trop perdue dans tous les noms que tu cites, finalement j'en connais un nombre non négligeable. Je n'ai aucun dictionnaire amoureux dans ma bibliothèque, pourtant il y en a de nombreux qui me tentent.

Écrit par : Aifelle | 22/01/2016

Répondre à ce commentaire

@ Keisha : Ta bibliothèque n'achète pas de livres de référence ? A suggérer, peut-être.

@ Adrienne : Ah ah, retrouveras-tu ce gros Clément dans un carton ? Interroger Madame Mère ?

@ Claudialucia : Avant ou après, peu importe, ce n'est pas un guide touristique. Baronian voyage au plaisir des noms, des faits, des mots...

@ Ariane : Avec plaisir, Ariane. Philippe Cauderlier (1812-1887) était traiteur et son ouvrage a remporté un succès national et international.

@ Aifelle : Bravo pour tes connaissances de la Belgique. Oui, c'est une collection très tentante. Je recommande celui de la Russie par Dominique Fernandez, que je compte relire un de ces jours, et celui des chats par Frédéric Vitoux (pour aficionados).

Écrit par : Tania | 22/01/2016

@ Ariane : P.-S. Je n'arrive pas à laisser un commentaire sur ton "nouveau" blog - à moins qu'il soit en attente, mais ce n'est pas signalé, et je n'ai pas trouvé non plus d'adresse de contact.

Écrit par : Tania | 22/01/2016

PS. Je ne sais pas si tu as vu le programme de France-Culture, il y a eu deux émissions sur Bruxelles. J'ai écouté la dernière avec intérêt ; j'écouterai la première aussi.
http://www.franceculture.fr/emission-villes-mondes-2

Écrit par : Aifelle | 22/01/2016

Répondre à ce commentaire

Oh merci pour le lien, je n'étais pas au courant. Bonne journée, Aifelle.

Écrit par : Tania | 22/01/2016

C'est ce que j'aime dans cette collection de dictionnaires c'est qu'on peut les compulser par n'importe quelle entrée et rêver ou relire ou découvrir

Écrit par : Dominique | 22/01/2016

Répondre à ce commentaire

Parfait pour piocher, en effet, on les ouvre et on les rouvre avec autant de plaisir.

Écrit par : Tania | 22/01/2016

Ton billet me rappelle la rencontre avec l'auteur, sa façon de passer d'un sujet à l'autre au fil de la discussion justement ; la forme du dictionnaire lui va très bien. Je ne connais pas toutes les personnes ou traditions que tu cites, peut-être aurais-je dû l'acquérir.

Écrit par : Mina | 22/01/2016

Répondre à ce commentaire

A côté des articles attendus, mais qu'on lit avec curiosité pour la manière dont l'auteur les aborde, il y a beaucoup d'inattendu, des domaines qu'on connaît moins.

Écrit par : Tania | 23/01/2016

Comme promis, j'ai mis un lien vers tes articles sur http://ecrivainsbelges.blogspot.com

Bonne semaine Tania!

Écrit par : Un petit Belge | 25/01/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire