Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/11/2015

Modernité

2050,une brève histoire de l'avenir,exposition,bruxelles,mrbab,attali,art contemporain,société,futur,culture« Ici, l’homme ne se bat pas avec Dieu, il ne veut pas monter jusqu’au ciel pour l’égaler, mais cherche à réduire la nature, arraisonnée par la technique, comme le dirait Heidegger. Des autoroutes, des rails, des immeubles accrochés à flanc de colline, une usine dominent les nuages. L’orgueil humain tient à la volonté de conquérir et de dominer la nature, ce que des auteurs comme Hannah Arendt tiennent pour l’essence même de la modernité. Mais l’infini que l’espèce humaine cherche à atteindre est moins vertical qu’horizontal. L’homme ne grimpe pas vers le ciel, mais il avance. Il ne construit pas une tour, mais il marche. Si la vidéo de Yang Yongliang prolonge Babel, elle offre une vision non monothéiste de ce mythe qui repose sur l’existence d’un ordre divin que les hommes contestent en érigeant une tour. La réponse divine, qui est presque celle d’un Dieu nihiliste, est alors de créer du désordre. Un désordre que l’on retrouve dans cette civilisation urbaine qui détruit, à coup de pelleteuses, le cadre naturel. On retrouve la dialectique de l’ordre et du désordre dans cette œuvre dont l’harmonie est absente, qui met en scène une folie, une fuite en avant. De sombres et gigantesques montagnes d’immeubles surplombent à l’infini des mégalopoles en proie à la démesure et à la déraison. L’artiste étant chinois, il faut toutefois se demander si sa critique porte sur la civilisation urbaine en général ou bien sur la manière dont la civilisation matérielle se développe dans le contexte spécifique de la Chine. »

Pierre Bouretz, Babel nous joue des tours
(Philosophie magazine, n° 60, juin 2012)  
  

Photo :  © Yang Yongliang, Infinite Landscape, Galerie Paris-Beijing (extrait de la vidéo) 
"2050 Une brève histoire de l'avenir", MRBAB, Bruxelles

Source du texte : http://folieetespoirblog.eklablog.com/orgueil-et-folie-c2...

 

Commentaires

On peut en effet se poser la question.
Toujours plus haut... Toujours plus fort... Sans fin...Tout cela me donne le vertige.

Écrit par : Maïté/Aliénor | 17/11/2015

Répondre à ce commentaire

La dernière phrase est intéressante, mais elle peut s'appliquer aussi à d'autres pays. Le problème était fortement mis en lumière dans ma lecture récente "Un devin m'a dit". http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2015/10/09/32748959.html

Écrit par : Aifelle | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

L'homme n'est pas très différent des autres animaux . Les termites aussi érigent des monticules qui, à leur échelle, sont certainement aussi hauts que nos tours "infernales".
Nous sommes de plus en plus nombreux sur cette planète et si nous voulions construire horizontalement il y a belle lurette qu'il n'y aurait plus de terre disponible pour l'agriculture.
Bien entendu il faut faire la distinction entre les tours faites pour que les gens y habitent et celles, de plus en plus hautes, symboles de puissance et de richesse, créées pour le prestige de quelques richissimes émirs ou multinationales.
Les églises, les cathédrales et autres monuments religieux étaient érigées également pour que nul ne puisse y échapper, d'ailleurs souvent ornées de parures, de dorures et autres créatures sorties tout droit de l'imagination de quelques "créateurs" .
Mais qui aujourd'hui voudrait raser une église? Ce sont même souvent les non croyants qui s'y opposent ( j'ai vu le cas dans une commune proche de chez moi).
Ces monuments gigantesques ressemblent-ils à des sentinelles qui veilleraient sur nous? Avons-nous toujours peur, comme les Gaulois, que le ciel ne nous tombe sur la tête et ces monuments seraient en quelques sorte des "étais"? Ou bien voudrions nous avoir toujours la tête dans les étoiles, être dans les nuages, ou encore tels des "Icare" nous rapprocher du soleil ?
Sans doute tout cela en même temps .
Bonne fin de semaine Tania

Écrit par : gerard | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

Bien intéressante réflexion; l'horizontalité ou la verticalité ont-elles une relation directe avec notre spiritualité?
Se sent-on plus proche "d'un ordre divin" en haut d'un HLM que dans une barque isolée en mer?
Restons en marche..
Bonne journée Tania.

Écrit par : Colo | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

@ Maïté/Aliénor : En Chine et ailleurs, sans doute. Quasi la moitié des Chinois habitent en ville aujourd'hui et l'artiste pose autrement la question du développement durable étudiée dans cet article : http://www.hec.fr/var/fre/storage/original/application/7eb3890218625cb9d3e6190938ce6aab.pdf

@ Aifelle : Merci de nous rappeler ce titre, ton billet évoque ces changements accélérés en Asie au détriment des cultures traditionnelles - modernité donc.

@ Gérard : Les églises seraient nos "montagnes spirituelles" ? Les tours résidentielles en Chine, c'est un comble, ne sont pas toujours à la hauteur (ascenseurs inutilisables). Plus près de chez nous, j'en ai parlé, on déverse encore les eaux usées de la Tour Up, la récente et plus haute tour résidentielle de Bruxelles, directement dans la Senne - modernité !

@ Colo : Des questions à creuser ;-) Gardons les pieds sur terre, oui, et avançons. Bonne journée, Colo.

Écrit par : Tania | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

Comme Airelle j'ai lu Un devin m'a dit et je partage son impression

Écrit par : Dominique | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

Babel, aspiration légitime de l’homme vers un plus haut, vers le « ciel ». … Aspiration née des premiers pas de l’intelligence, à la recherche d’une réponse au « pourquoi » suivi du « comment » …. La réponse de l’homme du vingt et unième siècle qui a la réponse au « pourquoi » et au « comment » sait que le « ciel » est sur la terre et pas ailleurs et que c’est à lui de « construire » le sien avec son énorme pouvoir matérialiste. …

Écrit par : doulidelle | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

@ Dominique : Le titre est doublement noté, merci. Cette expo "à message" me laisse finalement perplexe (Attali aussi).

@ Doulidelle : Tours d'orgueil, tours d'ivoire, à l'opposé de notre aspiration à l'harmonie entre les êtres humains.

Écrit par : Tania | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

tu devines de quoi on parles, avec mes classes, ces jours-ci... les élèves ne croient plus tellement au progrès, et ça c'est un phénomène de ces quelques dernières années...

Écrit par : Adrienne | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

Je me souviens de réactions violentes en classe après le 11/9, j'espère que les jeunes cette fois voient plus clair dans les objectifs de ces terroristes.

Écrit par : Tania | 18/11/2015

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup de tels commentaires sur une œuvre, ils ouvrent de nombreuses voies.
Les bâtiment en hauteur, jadis, voulaient aller vers le ciel, ils symbolisent aujourd'hui la puissance de l'homme (d'un homme parfois) non d'une divinité.
Je lis sur le blog "Les chemins de la pensée" : "Il est difficile de voir dans l’Histoire de l’humanité un progrès et nous pouvons même nous demander si la technique ne libère pas plutôt les passions irrationnelles et les fantasmes de l’humanité en leur donnant les moyens de se manifester."
Voir https://elisabethsergeyeva.wordpress.com/dissertations/le-progres-de-lhumanite-se-reduit-il-au-progres-technique/

"Philosophie magazine", je ne l'achète pas chaque mois ; sous des dehors "people" et tendance, il réserve parfois de petits bijoux agréablement présentés.

Écrit par : christw | 24/11/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour le lien vers le blog de cette philosophe.
Ambivalent, le progrès technique peut être utilisé à des fins redoutables - on le sait, on le craint. Et on ne se soucie pas assez des conséquences (la terrible coulée de boues et de déchets miniers au Brésil après rupture d'un barrage qu'on savait endommagé...)

Écrit par : Tania | 24/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire