Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/11/2015

Le Temps retrouvé

Le temps retrouvé ramène le narrateur à Combray. Il a rejoint Gilberte à Tansonville, et ses impressions ne sont plus celles de l’enfance : les faits, les choses prennent un sens nouveau, il avait mal interprété alors le regard de Gilberte derrière la haie qu’il croyait méprisant, alors qu’elle avait envie de le connaître. Saint-Loup ne rend que de brèves visites à son épouse, élancé, rapide, « d’une vivacité fébrile » – une « allure de coup de vent ». 

proust,a la recherche du temps perdu,le temps retrouvé,roman,littérature française,relire la recherche,charlus,mme verdurin,amitié,amour,art,écriture,vocation littéraire,culture

Robert de Saint-Loup refuse de parler des invertis avec son ami, se prétend « un soldat qui n’y connaît rien » ; en fait, il cache son amour pour Morel derrière des maîtresses. En parlant de lui et d’Albertine avec Gilberte, le narrateur se convainc davantage encore qu’ « aimer est un mauvais sort comme ceux qu’il y a dans les contes, contre quoi on ne peut rien jusqu’à ce que l’enchantement ait cessé. »

 

En lisant là le Journal des Goncourt (Proust en cite des extraits, un pastiche !), il prend conscience de sa manière à lui d’observer les gens, très différente : « Goncourt savait écouter, comme il savait voir ; je ne le savais pas. » Quoique la vérité en art ne soit pas celle d’un document, il regrette de n’être pas assez doué pour la littérature. Il y renonce.

 

A sa sortie d’une maison de santé, en 1916, le narrateur découvre les toilettes à la mode de guerre, la manière nouvelle dont on parle de certaines choses comme l’affaire Dreyfus, les changements mondains. Mme Verdurin, qui a déménagé, invite à présent les « ennuyeux » qui la sollicitent. Le couvre-feu donne l’impression, le soir, de se promener dans le noir à la campagne.

 

Gilberte lui écrit : elle a été obligée d’héberger des Allemands, Méséglise a été détruit. Saint-Loup montre sa « vraie noblesse » dans la guerre. En permission, il se montre aussi discoureur que Charlus, « aussi affable et charmant de caractère que l’autre était soupçonneux et jaloux ». Rencontré sur les boulevards, celui-ci est de plus en plus isolé et sa brouille avec Mme Verdurin perdure, elle l’accuse même d’être un espion, à cause de sa germanophilie. On meurt à la guerre et ailleurs (le Dr Cottard, M. Verdurin). Le baron de Charlus se moque des discours militaristes, des lieux communs sur la guerre, des expressions de M. de Norpois et se montre odieux d’autosatisfaction. Mais il a laissé s’installer dans son hôtel un hôpital militaire.

 

L’église de Combray est détruite. A Paris, les raids de gothas, les aéroplanes, les projecteurs font lever les yeux la nuit vers le ciel. Pour étancher sa soif, un soir, le narrateur entre dans le seul hôtel ouvert sur son chemin, d’où il croit voir sortir Saint-Loup, et se retrouve dans une maison de passe. Jupien procure là au baron, qui se fait enchaîner, des plaisirs sado-masochistes – un véritable pandémonium où le narrateur observe les jeux aberrants et la « folie » de Charlus.

 

Peu après avoir cherché en vain sa croix de guerre (égarée chez Jupien), Saint-Loup meurt au front, en cherchant à protéger ses hommes. Le narrateur écrit à Gilberte, sa veuve, mais pas à la duchesse de Guermantes qu’il croyait indifférente à son neveu, alors qu’elle en tombe malade de chagrin. Malgré tout, se rappelant sa mauvaise volonté envers Robert, il pense « au peu de chose que c’est qu’une grande amitié dans le monde. »

 

Les péripéties de la guerre font place, lorsque le narrateur est invité à une matinée chez le prince de Guermantes, aux plus belles pages de Proust sur la vocation littéraire. Alors qu’il n’y croyait plus, une sensation « d’une extrême douceur » ressentie en traversant les rues en voiture pour s’y rendre ressuscite un « passé glissant, triste et doux », suivie d’un véritable choc en découvrant Charlus devenu tout blanc comme le roi Lear et s’exprimant avec difficulté.

 

En butant contre des pavés dans la cour des Guermantes, lui qui se pensait voué aux plaisirs frivoles retrouve ces « joies de l’esprit » déjà ressenties (arbres, clochers, madeleine, sonate) et se rappelle ces dalles inégales à Venise où il avait buté de même. Tous ces signes qui se multiplient, ponts entre présent et passé, entre lieux lointains et actuels, lui rendent « foi dans les lettres », confiance en son instinct : l’impression sera son « critérium de vérité ».

 

Retrouvant dans la bibliothèque du prince de Guermantes (où il attend la fin du concert pour entrer au salon) François le Champi que lui lisait sa mère à voix haute, il oppose le « pouvoir de résurrection » à l’art réaliste. L’écrivain est un traducteur du réel – « Une heure n’est pas qu’une heure, c’est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats. »

 

« La grandeur de l’art véritable… », cette page fameuse et sublime (reprise dans Lagarde & Michard) exprime la conception proustienne du travail de l’artiste : le narrateur sait maintenant que « l’œuvre d’art était le seul moyen de retrouver le Temps perdu » et que tout ce qu’il n’a su « ni écouter ni voir » est enregistré à une profondeur où il peut retrouver la matière de son livre. Tout ce qu’il a vécu, ses chagrins amoureux, ses échecs, prend une signification nouvelle.

 

Comme pour ces figures vieillies reconnues avec peine chez le prince de Guermantes, le temps a passé sur lui. En voyant quelqu’un chercher son nom sur son visage, il s’interroge sur « l’apparence d’arbousier ou de kangourou que l’âge (lui) avait sans doute donnée ». Bloch est devenu quelqu’un, Mme Verdurin est à présent princesse de Guermantes par son troisième mariage, le Faubourg Saint-Germain ressemble à une « douairière gâteuse ». Gilberte a grossi.

 

La vie finit par tout feutrer « de ce beau velours inimitable des années ». Résolu à vivre désormais dans la solitude pour ce « rendez-vous urgent, capital » avec lui-même, pour écrire son livre, le narrateur voit à présent comment la société s’est transformée, « comme toutes choses changent en ce monde. » A lui de retisser les « fils mystérieux » entre les êtres, les événements, de construire son livre « comme une église », s’il en a la force – « Il était grand temps. »

 

 Relire La Recherche (12)

 Relire La Recherche (11)

 Relire La Recherche (10)
Relire La Recherche (9)
Relire La Recherche (8)
Relire La Recherche (7)
Relire La Recherche (6)
Relire La Recherche (5)
Relire La Recherche (4)
 Relire La Recherche (3) 
Relire La Recherche (2)
 Relire La Recherche (1)  

Commentaires

Merci à Tania de revenir sur Proust. … J’ai consulté, sur ma tablette, la fin de cet important « labeur » de 7 chapitres se terminant par le « temps retrouvé » … Quelle belle construction sur un temps qui nous « vieilli » tous, subi avec mélancolie mais surtout enrichi du passé « retrouvé » dont on ne garde que les instants de bonheur. …

« Picorer » dans Proust est aussi agréable que le lire. … C’est comme un ciel étoilé que le regard perd dans son ensemble, mais qu’on découvre par petits morceaux sur lesquels on ne cesse de rêver. …

Écrit par : doulidelle | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

Ma dernière lecture de ce temps retrouvé fut un éblouissement, je ne me souvenais plus de cette histoire de pavé inégal (et toute la suite!) et ai retrouvé ces personnages si changés. Je te félicite pour être arrivée au bout (et sais que tu vas recommencer un jour ^_^)
L'irruption des événements de la guerre, ça aussi je ne m'en souvenais plus. En fait combray du roman ne se situe pas à Illiers combray?

Écrit par : keisha | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

c'est la fin du voyage et je suis comme Keisha c'est vraiment magnifique ce volume là
Dans un livre de Patrick Leigh Fermor il dit être un jour arrivé dans un château où le propriétaire tournait les dernières pages de la Recherche et lui avait dit avoir passé tout l'hiver avec les personnages et avoir bien du mal à les quitter !

Écrit par : Dominique | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

Magnifique résumé! Merci Tania!

Écrit par : Adrienne | 05/11/2015

Répondre à ce commentaire

Je retiens la remarque de Doulidelle disant que c'est aussi agréable de picorer dans la Recherche que de la lire .. Tu es allée bon train dans cette lecture.

Écrit par : Aifelle | 06/11/2015

Répondre à ce commentaire

@ Doulidelle : "Un ciel étoilé", quelle belle image pour cette œuvre immense, porteuse de lumière. Merci, Doulidelle.

@ Keisha : Oui, c'est une rareté, je crois : Illiers est devenu Illiers-Combray en 1971, en hommage à l'œuvre de Proust (je n'y suis jamais allée qu'à travers son œuvre).
J'ai relu ton billet sur "Le temps retrouvé" et j'indique ici le lien, tu y offres de beaux extraits. Un feu d'artifice, c'est vrai.
http://enlisantenvoyageant.blogspot.fr/2011/10/le-temps-retrouve.html

@ Dominique : Je n'avais pas non plus envie d'en finir, mais le texte m'a emportée de lui-même.

@ Adrienne : Merci, Adrienne.

@ Aifelle : Il a raison, on peut ouvrir La Recherche au hasard et savourer le texte, si beau, si fort. Mais la lecture intégrale lui donne toute sa dimension, c'est un véritable voyage.

Écrit par : Tania | 06/11/2015

Répondre à ce commentaire

Merveilleuse fin, magnifique billet. Pour ne rien répéter de ce qui a été écrit, je retiens cette phrase:
« Une heure n’est pas qu’une heure, c’est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats. »
Merci beaucoup!

Écrit par : Colo | 06/11/2015

Répondre à ce commentaire

Quel plaisir de vous lire relire Proust. Merci.

Écrit par : Bonheur du Jour | 07/11/2015

Répondre à ce commentaire

"Si du moins il m’était laissé assez de temps pour accomplir mon œuvre, je ne manquerais pas de la marquer au sceau de ce Temps dont l’idée s’imposait à moi avec tant de force aujourd’hui..." : au moment où Proust termine en commençant l'œuvre, j'imagine que pour vous il sera difficile de la laisser. Vous y retournerez souvent, je parie, ne fût-ce que par le souvenir.
Pour a part j'ai relu avec bonheur les dix dernières pages du temps retrouvé et vous en suis gré.

Écrit par : christw | 07/11/2015

Répondre à ce commentaire

@ Colo : Le bonheur partagé est doublé, merci à toi.

@ Bonheur du jour : Même réponse !

@ Christw : Heureuse de vous avoir incité à les relire, bon week-end.

Écrit par : Tania | 07/11/2015

Répondre à ce commentaire

J'ai hâte d'y arriver et j'aime toujours lire des billets sur cette recherche.

Écrit par : Valérie | 11/11/2015

Répondre à ce commentaire

@ Valérie : Je comprends, bonne lecture et hâtez-vous lentement ;-)

Écrit par : Tania | 12/11/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire