Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/09/2015

Concert et comédie

Nous étions au milieu de La prisonnière. Pour vérifier les dires d’Albertine au sujet de Mlle Vinteuil, le narrateur se rend à une soirée des Verdurin, curieux de découvrir par lui-même le fameux salon qui fut le foyer de l’amour de Swann pour Odette (Swann mort, désormais réduit à un nom.) Mais Brichot le détrompe, les Verdurin ont déménagé depuis et le « Quai Conti », leur nouvelle adresse, n’a plus à ses yeux le charme d’antan.  

proust,a la recherche du temps perdu,la prisonnière,roman,littérature française,relire la recherche,albertine,charlus,mme verdurin,jalousie,amour,homosexuels,musique,art,culture

Le baron de Charlus y a organisé un grand « tra la la musical » pour mettre Morel en avant, il cherche aussi à lui faire donner la Légion d’honneur. Très en verve, Palamède de Guermantes a perdu de sa prudence et plaisante en voyant le professeur de la Sorbonne arriver en compagnie du jeune homme. Il a lui-même choisi les invités pour cette soirée musicale. Mme Verdurin, fâchée de ses exclusives (en plus, M. de Charlus a persuadé Morel de refuser un concert à des amis de la Patronne), ne supportera pas de voir les relations du baron défiler pour le féliciter, lui, et l’ignorer, elle, l’amie des arts et des artistes.

Si les évocations fameuses de la sonate dans Un amour de Swann sont un enchantement, celles du septuor de Vinteuil dans La prisonnière – Proust décrit longuement le concert – comptent aussi parmi les plus belles qu’il ait écrites sur l’art musical : « je me demandais si la Musique n’était pas l’exemple unique de ce qu’aurait pu être – s’il n’y avait pas eu l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées – la communication des âmes. »

Le narrateur se reproche souvent sa paresse pour écrire, sa vie mondaine. En découvrant ce soir-là l’œuvre du compositeur (grâce à l’amie de sa fille qui a passé des années « à débrouiller le grimoire laissé par Vinteuil »), il entend un appel : « l’étrange appel que je ne cesserais plus jamais d’entendre comme la promesse qu’il existait autre chose, réalisable par l’art sans doute, que le néant que j’avais trouvé dans tous les plaisirs et dans l’amour même, et que si ma vie me semblait si vaine, du moins n’avait-elle pas tout accompli. »

En fin de soirée, Brichot, toujours curieux, retient le baron de Charlus, l’interroge sur les « invertis » du passé et du présent ; il sait que le sort du protecteur de Morel est scellé. Les Verdurin ont décidé de les séparer et on assiste à une scène cruelle où M. de Charlus, si combatif d’habitude, s’effondre, secouru par la seule reine de Naples revenue chercher son éventail oublié et qui l’emmène avec elle. Les mêmes Verdurin s’arrangeront par ailleurs pour verser secrètement une rente au vieux Saniette ruiné en bourse.

Les lumineuses rayures à la fenêtre d’Albertine dans la nuit – « un trésor en échange duquel j’avais aliéné ma liberté, la solitude, la pensée » – rallument l’incessant débat intérieur sur leur avenir : tantôt ils s’amusent à imaginer comment ils meubleraient leur yacht s’ils en avaient un, tantôt c’est l’interrogatoire masqué et les réponses qui échappent à la jeune femme, trahissant d’anciens mensonges. Alors il lui joue la comédie de la rupture nécessaire, veut qu’elle s’en aille dès le lendemain : « La vie que vous menez ici est ennuyeuse pour vous ».

« Quand j’étais rentré, ç’avait été avec le sentiment d’être un prisonnier, nullement de retrouver une prisonnière. » Elle proteste, se dit heureuse chez lui, ils finissent – comme il l’espérait – par se réconcilier. Il y voit la préparation d’une rupture véritable, inévitable, au moment qu’il choisira le plus propice pour éviter de trop en souffrir. « Toutes les heures d’Albertine m’appartenaient. Et en amour il est plus facile de renoncer à un sentiment qu’à une habitude. » Elle redevient son « ange musicien » au pianola, son « œuvre d’art la plus précieuse ». Jusqu’à ce qu’un matin, Françoise lui annonce qu’Albertine a fait ses malles, qu’elle est partie.

Lire La Prisonnière, c’est s’interroger constamment sur la vérité des sentiments. Le narrateur est si convaincu qu’il doit paraître détaché pour qu’Albertine lui reste attachée, plaider le faux pour récolter le vrai, et la jeune femme si encline à lui jouer la comédie qu’on a vraiment du mal à comprendre leur relation. Proust décrit l’équilibre instable d’un amour « réduit à la souffrance, à l’incertitude, et parfois même, paradoxalement, à l’indifférence dans l’assurance de la possessivité. Ambivalent, il est une source intarissable de frayeurs et de questionnement. » (La Parafe, 2009)

 

  Relire La Recherche (10)

Relire La Recherche (9)
Relire La Recherche (8)
Relire La Recherche (7)
Relire La Recherche (6)
Relire La Recherche (5)
Relire La Recherche (4)
 Relire La Recherche (3) 
Relire La Recherche (2)
 Relire La Recherche (1) 

 

 

 

Commentaires

Suivant ma documentation, « La prisonnière » prépare le chapitre majeur de Proust « Albertine disparue ». …

L’excellent travail de Tania, si on ne se perd pas dans les arcanes des Baron de Charlus, Palmède de Guermantes, Mme Verdurin et autres Morel, permet de trouver une citation de Proust reprise parmi les plus belles qu’il ait écrites, en parlant de la musique, qui est la plus belle expression de l’homme, sans « l’invention du langage, la formation des mots, l’analyse des idées, la communication des âmes ».

Il a tout dit sur cette subtile évolution du cri et du chant, vers le langage. …

Quant à la fausseté des sentiments « plaider le faux pour récolter le vrai », dans sa conclusion, Tania confirme que « la vérité des sentiments » est souvent entachée de la duplicité humaine. …

Écrit par : Doulidelle | 10/09/2015

La suite viendra dans deux semaines, après nos vacances. Merci beaucoup pour ton appréciation. Plus j'avance, plus ma tentative de rendre compte de cette lecture me paraît une gageure à soutenir. Il y a tellement plus dans le texte proustien que ce que j'en livre ici. Bonne fin de semaine, cher Doulidelle.

Écrit par : Tania | 10/09/2015

j'ai l'impression que ces téléfilms de Nina Companeez étaient tout de même bien faits (surtout dans le sens 'fidèles au texte') parce que je 'revois' tout ce que tu décris ici...

Écrit par : Adrienne | 10/09/2015

L'intrigue est fidèle au récit, c'est juste, mais il manque à ce téléfilm les états d'âme, le questionnement intérieur, les images à l'appui des sensations, mille digressions qui donnent au texte ses couleurs. Et le personnage du narrateur y est joué d'une manière insupportable, si mièvre !

Écrit par : Tania | 10/09/2015

ça oui, au début, chaque fois qu'il marchait, on aurait dit qu'il avait des "bonbecs" dans sa couche-culotte, si tu vois ce que je veux dire ;-)

Écrit par : Adrienne | 12/09/2015

Je vois très bien... Mieux vaut en rire !

Écrit par : Tania | 12/09/2015

Cette phrase : "l’étrange appel que je ne cesserais plus jamais d’entendre comme la promesse qu’il existait autre chose, réalisable par l’art sans doute...". Elle apporte espoir et son contraire si on n'arrive pas à fixer l'appel. Intranquillité nécessaire à la création.

Bonne soirée Tania, un beso.

Écrit par : Colo | 10/09/2015

Merci de revenir sur cette phrase magnifique, annonciatrice de ce qu'il développera dans "Le Temps retrouvé". Bonne soirée, un baiser pour toi aussi.

Écrit par : Tania | 10/09/2015

Je constate avec intérêt que les commentaires sont devenus un dialogue avec Tania sur certains passage de son étude de l’œuvre de Proust. ... Ils permettent de mieux approfondir la lecture attentive et profonde de son texte.

Écrit par : Doulidelle | 11/09/2015

Nul doute qu'il faut le lire pour en saisir toutes les subtilités et les nuances, mais les résumés que tu nous donnes sont extrêmement précieux, ne serait-ce que pour nous pousser nous-mêmes à passer à l'acte ! Je te rejoins sur l'interprétation du narrateur chez Nina Companeez, à dégoûter de le lire ...

Écrit par : Aifelle | 11/09/2015

@ Doulidelle : Les échanges par commentaire sont précieux, des liens se créent continuellement dans la blogosphère.

@ Aifelle : Merci de m'encourager ainsi, Aifelle. Au départ, j'imaginais autre chose que des résumés, mais la matière est tellement vaste que j'ai changé de perspective en cours de lecture. Relire Proust me donnant encore plus envie de relire, j'y reviendrai sans doute plus tard sous une autre forme, il y aurait tant de pistes à suivre : les couleurs, l'art, le temps qu'il fait, les arbres et les fleurs, les comparaisons, etc. etc. Pas étonnant qu'on publie tant d'études !

Écrit par : Tania | 11/09/2015

Les commentaires sont fermés.