Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/06/2015

Contes de printemps

C’est en 1909 que Sôseki écrit les Petits contes de printemps (traduits du japonais par Elisabeth Suetsugu), de janvier à mars, en feuilleton pour un journal. A quarante-trois ans, il a déjà publié Je suis un chat et aussi Botchan, entre autres. Ce recueil de vingt-cinq textes courts (le plus long compte sept pages) livre comme des « fragments de journal intime » : « la tonalité de chacun est différente, tantôt intime et familière, tantôt d’une drôlerie délicate, étrange, ou encore empreinte de nostalgie » (quatrième de couverture). 

sôseki,natsume,petits contes de printemps,littérature japonaise,conte,culture
En couverture, un détail d’une peinture de Heihachiro Fukuda (1892-1974)

« Jour de l’an » raconte la visite que lui font quelques jeunes gens vêtus comme d’habitude sauf un, venu en redingote, puis de Kyoshi (poète et ami) en tenue de cérémonie : « haori noir et kimono noir aux armes de sa famille, on n’en attendait pas moins de lui ». Comme celui-ci pratique le , il propose à Sôseki de chanter. L’écrivain réalise que sa voix devient incertaine, ce que confirment ses hôtes : « La redingote notamment déclara que j’avais une voix chevrotante. » Il faut lire comment se poursuit cette séance de chant, l’encens pour l’un, les quolibets pour l’autre, jusqu’à cette conclusion : « Pour ma part, tant la nuance des manches de Kyoshi que leurs ondulations pendant qu’il jouait, m’ont laissé totalement froid. »

 

Une étrange rencontre – un serpent, une voix – lors d’une sortie de pêche avec son oncle sous la pluie, un vol de ceintures brodées, la ruse d’une petite-fille nommée Kii-chan pour se venger de la méchanceté d’un petit voisin, les sujets sont les plus divers. Sôseki anime des scénettes de la vie quotidienne, campe rapidement le décor, et nous, lecteurs, nous regardons, nous écoutons, comme si nous y étions.

 

Un jour de neige et de grand froid, son fils de deux ans pleure quasi sans discontinuer.  Avec les pleurs de l’enfant, le froid, Sôseki se sent incapable de travailler – « je n’ai le cœur à rien, et je n’arrive pas à éloigner mes mains du brasero » – et en plus, sa femme ou un visiteur imprévu ne cessent de le déranger. Il lui faudra attendre le soir pour retrouver le silence et la paix. (Le brasero)

 

L’écrivain raconte aussi des souvenirs, notamment d’un séjour  à Londres en 1900 : « La pension », « L’odeur du passé », « Impressions », « Brouillard »... Ou de son enfance, quand un élève a osé se lever pour corriger au tableau le caractère « ki » écrit par le maître au début d’un mot – c’est lui, bien sûr. (Le 11 février)

 

L’art du conteur se révèle dès la première phrase : « Depuis notre installation à Waseda, le chat s’est mis à dépérir à vue d’œil. » (La tombe du chat) ; « O-Saku avait-elle été trop matinale, toujours est-il qu’elle s’agitait en tout sens en répétant : « La coiffeuse n’est pas encore arrivée ? Elle n’est toujours pas là ? » » (L’être humain) ; « Hors d’haleine, je me suis arrêté et j’ai levé la tête : déjà, des étincelles passaient au-dessus de moi. » (L’incendie)

 

Dans ses Petits contes de printemps, l’écrivain japonais glisse ses préoccupations de tous ordres, y compris ses maux d’estomac, et surtout une fine observation des êtres humains. L’humour, l’inquiétude, toutes les émotions sont rendues avec justesse et pudeur. Et aussi avec poésie, comme lorsqu’il regarde un oiseau dans l’air printanier – un moment d’émerveillement. (Les replis du cœur)

Commentaires

un auteur que j'ai lu surtout à travers ses Haïkus et surtout de son livre "choses dont je me souviens" que j'aime particulièrement
je vais ajouter ces petits contes à ma liste des livres à trouver

Écrit par : Dominique | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas encore lu ces "Choses", mais c'est prévu.

Écrit par : Tania | 15/06/2015

ça donne envie :-)

Écrit par : Adrienne | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

Sôseki montre, raconte, c'est d'une belle simplicité (qui est tout un art).

Écrit par : Tania | 15/06/2015

C'est une belle analyse que vous faites de ce livre dont je ne connais de l'auteur que le nom,mais je sens que l'envie de le découvrir se rapproche!

Écrit par : Alezandro | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

C'est une belle analyse que vous faites de ce livre dont je ne connais de l'auteur que le nom,mais je sens que l'envie de le découvrir se rapproche!

Écrit par : Alezandro | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

C'est une belle analyse que vous faites de ce livre dont je ne connais de l'auteur que le nom,mais je sens que l'envie de le découvrir se rapproche!

Écrit par : Alezandro | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

C'est une belle analyse que vous faites de ce livre dont je ne connais de l'auteur que le nom,mais je sens que l'envie de le découvrir se rapproche!

Écrit par : Alezandro | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

Tu donnes envie de découvrir et d'élargir mon champ de connaissances qui s'arrêtait jusque -là aux haïkus.
Merci.

Écrit par : Maïté/Aliénor | 15/06/2015

Répondre à ce commentaire

Et moi, après ceux de Bashô, il faut que je me procure les haïkus de Sôseki.

Écrit par : Tania | 16/06/2015

Tu nous présentes ces contes d'une si belle façon qu'ils en deviennent indispensables...même sans maux d'estomac ;-))

Bonne journée, merci!

Écrit par : Colo | 16/06/2015

Répondre à ce commentaire

@ Alezandro : Sôseki a vécu moins d'un demi-siècle, mais a laissé une oeuvre, poésie et prose, d'une portée universelle. (Désolée pour les doublons, la mise en ligne des commentaires est parfois lente.)

@ Colo : Je lis peu de nouvelles, en général, mais ce petit recueil m'a séduite.
Bonne après-midi, Colo. (Le blog est à nouveau accessible depuis ce midi, ouf.)

Écrit par : Tania | 16/06/2015

Une bien belle idée que de nous présenter cet ouvrage de Sôseki. Encore merci, Tania !

Écrit par : Danièle | 17/06/2015

Répondre à ce commentaire

J'aime sa prose, et je vais me procurer une édition de ses haïkus, un jour ou l'autre.

Écrit par : Tania | 18/06/2015

très tentant ces contes d'un auteur que je ne connais pas (un de plus !)

Écrit par : niki | 18/06/2015

Répondre à ce commentaire

Sôseki est un excellent conteur.

Écrit par : Tania | 18/06/2015

Seulement lu - et commencé par - le court "La tombe du chat", le "gosier était traversé par d'énormes vagues"... Heureusement que Soseki écrit le haiku en hommage au chat. J'ai remis à plus tard la lecture des autres petits contes.

Écrit par : Liousha Tiki | 22/06/2015

Répondre à ce commentaire

Triste histoire dans ce petit récit émouvant. Au cas où vous ne l'auriez pas lu, je vous recommande "Je suis un chat", bien sûr.

Écrit par : Tania | 23/06/2015

Oh oui, glop ce "je suis un chat" ! On a fait un petit billet "prétexte" à "textes" dessus et un autre billet avec trois haïkus de Sôseki. #Sôseki http://liousha.blogspot.fr/search/label/Sôseki

Écrit par : Liousha Tiki | 23/06/2015

Merci pour le lien, j'ai relu avec grand plaisir ces haïkus et les larges extraits. Bonne journée à toute la compagnie, Mina vous envoie ses compliments.

Écrit par : Tania | 24/06/2015

Écrire un commentaire