Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/06/2015

Deux soeurs au piano

Dominique Bona m’avait enchantée avec Berthe Morisot, Le secret de la femme en noir. Deux sœurs (2012) raconte la vie des « muses de l’impressionnisme » qui ont servi de modèles au célèbre Renoir, Yvonne et Christine Lerolle au piano (1897), aujourd’hui au musée de l’Orangerie. Berthe Morisot avait rencontré leur père en Normandie, ils y ont même peint ensemble. Et elle avait choisi Renoir et Mallarmé pour veiller après sa mort (en 1895) sur sa fille Julie Manet, qui sera une amie très proche des deux sœurs. 

bona,dominique,deus soeurs,yvonne et christine rouart,les muses de l'impressionnisme,essai,littérature française,renoir,piano,collectionneurs,artistes,lerolle,chausson,rouart,peinture,musique,bourgeoisie,art,culture
Auguste Renoir, Yvonne et Christine Lerolle au piano, 1897 / Photo © La Parisienne du Nord

C’est leur vie, et celle de deux familles : les Lerolle et les Rouart – elles ont épousé deux frères. Yvonne et Christine ont grandi dans un milieu ouvert à l’art : leur père, Henry Lerolle, « héritier d’une entreprise prospère de bronziers d’art », est lui-même peintre, avec modestie, et collectionneur d’art, par amour de la peinture et des artistes qu’il reçoit chez lui. « Tous les gens qu’elles fréquentaient étaient peintres, poètes ou musiciens : elles ont vécu, avec un parfait naturel et sans aucun snobisme, dans un bouillon artistique où les génies se bousculaient. »

 

Qui étaient les sœurs Lerolle ? La question que Dominique Bona s’est posée au départ – « Renoir ne livrait le nom de famille de ses modèles que lorsqu’il s’agissait de personnalités ayant pignon sur rue » – l’a conduite vers un « condensé d’artistes autour des deux sœurs, comme une ronde enchantée, dans les dernières années du XIXe siècle. » Derrière la vision heureuse sur la toile, elle a découvert « des ombres et des drames », et plus qu’il n’en faut pour tenir les lecteurs en haleine.

 

Bona rapporte bien sûr l’histoire du tableau, des circonstances dans lesquelles il a été peint jusqu’à son arrivée dans la collection Paul Guillaume-Jean Walter. Mais du vivant d’Auguste Renoir, la toile qu’on aurait imaginée à la place d’honneur chez les Lerolle n’a en fait jamais quitté le peintre, qui l’a toujours gardée près de lui. 

bona,dominique,deus soeurs,yvonne et christine rouart,les muses de l'impressionnisme,essai,littérature française,renoir,piano,collectionneurs,artistes,lerolle,chausson,rouart,peinture,musique,bourgeoisie,art,culture
Auguste Renoir, Yvonne et Christine Lerolle au piano, 1897, Musée de l'Orangerie, Paris

Quand Renoir les peint, Yvonne et Christine Lerolle ont vingt et dix-huit ans. L’aînée (en blanc) est la plus musicienne, la cadette (en rouge) la plus enjouée. Leur mère, Madeleine Escudier, « grande et belle femme », belle voix, chante et récite des poèmes, elle règne avec charme. Leur père peint des paysages, des scènes religieuses ou symboliques, commandes d’Etat ou d’Eglise. Dans leur hôtel particulier à Paris, la vie est facile pour les deux sœurs et leurs deux jeunes frères : « On ne manque de rien. On reçoit beaucoup, rien que des amis. »

 

Debussy vient souvent chez Henry Lerolle, peintre « enivré de musique », loin de la bohème, mais artiste authentique. Il expose au Salon, déteste l’académisme, et doute tellement de son art qu’il finira par renoncer « à ses pinceaux officiels » pour ne montrer ce qu’il dessine ou peint qu’à ses intimes. Son tableau le plus connu est au Metropolitan, A l’orgue, une toile dans la gamme des bruns et des gris qu’il chérissait, à l’opposé d’un coloriste comme Renoir.

 

Lerolle collectionne les œuvres d’artistes qu’il admire, à une époque où les impressionnistes sont encore mal considérés : Corot, Fantin-Latour, Eugène Carrière, Puvis de Chavannes, Morisot, Monet, Maurice Denis, Degas (en nombre), Gauguin, Camille Claudel… Son beau-frère, le compositeur Ernest Chausson, est pour Henry Lerolle plus qu’un ami, un frère. Lui aussi collectionne dessins et peintures, ils rivalisent même dans la « course aux Degas ». 

bona,dominique,deus soeurs,yvonne et christine rouart,les muses de l'impressionnisme,essai,littérature française,renoir,piano,collectionneurs,artistes,lerolle,chausson,rouart,peinture,musique,bourgeoisie,art,culture
Henry Lerolle, La répétition à l'orgue, 1885, Metropolitan Museum of Art, New York

Le troisième homme, le plus sérieux au milieu de ces doux rêveurs, c’est Arthur Fontaine, qui a épousé la plus jeune sœur Escudier, Marie, la cadette de Madeleine Lerolle et de Jeanne Chausson (c’est elle qui tient une partition et chante sur le tableau A l’orgue). Œuvrant pour le progrès social, ce haut fonctionnaire est un « bourreau de travail ». Au contact des Lerolle et des Chausson, il développe son goût pour les arts et devient lui aussi un grand collectionneur.

A cette époque, chaque famille bourgeoise possède un piano. Jeunes filles au piano est le premier Renoir acheté par l’Etat, une date dans sa carrière. Pour Yvonne et Christine Lerolle au piano, il change de format, peint en largeur, ce qui donne plus de place au piano (elles sont de vraies musiciennes) et laisse entrevoir le décor : deux chefs-d’œuvre de Degas sur le mur du salon, Danseuses et Avant la course.

 

C’est Degas, « célibataire endurci », qui a « l’idée de marier deux fils d’Henri Rouart aux deux filles d’Henry Lerolle » et ensuite Ernest Rouart à Julie Manet. Il ignore qu’Eugène Rouart, grand ami de Gide, est tourmenté par ses penchants sexuels. Yvonne est d’abord rassurée par cette amitié, elle-même est amie de Madeleine Rondeaux que Gide vient d’épouser. Louis, le benjamin des quatre frères Rouart, brille en société, se passionne pour l’art et la littérature, c’est aussi un provocateur impétueux, ce qui semble convenir à Christine, qui aime rire et se moquer.

 

Et pourtant ces deux mariages vont mettre les deux sœurs à l’épreuve, sans jamais nuire à leur attachement. L’aînée se retrouve éloignée des siens, de Paris, par son mari qui se lance dans l’agriculture, la fait passer d’une ferme d’Autun à un château à Bagnols-de-Grenade, du côté de Toulouse. La cadette garde son environnement familier et ses relations parisiennes, mais elle subit les crises d’humeur de Louis, homme « orageux ». Dominique Bona raconte les « deux versions du malheur conjugal ».

 

Affaire Dreyfus, première guerre mondiale, créations, décès, héritages, collections dispersées, Deux sœurs est le récit d’une époque, d’un milieu, avec une incroyable « galerie de personnages », membres des deux clans et amis artistes. Deux sœurs nous introduit dans leur intimité et fait rêver devant cette formidable proximité entre collectionneurs et artistes au tournant d’un siècle, pour l’amour de l’art.

Commentaires

intéressant, ce genre de biographie qui fait en même temps connaître tout un milieu et un époque!
et belle toile, cette répétition à l'orgue!

Écrit par : Adrienne | 04/06/2015

Répondre à ce commentaire

Oui, en plus de l'histoire des deux sœurs, Dominique Bona montre bien les liens entre collectionneurs, familles, artistes, et les mentalités. Bonne soirée, Adrienne.

Écrit par : Tania | 04/06/2015

C'est une époque et un milieu assez fascinants ; je ne m'étais pas aperçue qu'il était sorti en poche.

Écrit par : Aifelle | 05/06/2015

Répondre à ce commentaire

Comme toi, je suis fascinée par cette période, l'histoire de l'art se mêlant ici aux relations personnelles.
Oui, "Deux sœurs" est disponible en Livre de Poche, je vais compléter la bibliographie.

Écrit par : Tania | 05/06/2015

Que c'est intéressant de connaître la vie des modèles de peintres!

Il est étrange, et triste aussi, de penser que ces deux soeurs, ayant eu une famille et un environnement affectif et culturel si positifs et motivants, n'aient pas eu une vie plus heureuse...

Écrit par : Colo | 05/06/2015

Répondre à ce commentaire

D'accord avec toi, c'est triste. Comme l'écrit Dominique Bona, Renoir les a "immortalisées heureuses" dans leur jeunesse éclatante.

Écrit par : Tania | 06/06/2015

Quelle bonne surprise ! Lors d'une exposition où était exposée une autre version du tableau, une visiteuse m'avait parlé de ce livre mais en quittant le musée, j'avais déjà oublié le titre du livre, le nom de l'auteur et celui des deux soeurs. Merci pour ce coup de pouce inattendu et pour la qualité de vos articles.

Écrit par : Sophie | 07/06/2015

Répondre à ce commentaire

Avec plaisir, Sophie, merci. Je viens de faire un tour sur votre blog et j'y ai retrouvé Pastoureau, une piste à suivre. (Laissé un commentaire avec difficulté, problème d'adresse url ?)

Écrit par : Tania | 07/06/2015

une des bio de D Bona que je n'ai pas encore lu mais ça viendra, elle réussit parfaitement dans cet exercice

Écrit par : Dominique | 07/06/2015

Répondre à ce commentaire

Jean-Christophe Rufin, quand Dominique Bona a été reçue à l'Académie l'an dernier, en a fait l'éloge : "Ce courant biographique dans votre œuvre va prendre le pas petit à petit sur le roman. Mais doit-on les opposer ? N’est-il pas très évident lorsqu’on vous lit, que vous écrivez des biographies de romancier ?"
http://academie-francaise.fr/reponse-au-discours-de-reception-de-dominique-bona

Écrit par : Tania | 07/06/2015

Écrire un commentaire