Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/05/2015

Cevdet Bey & co

Le premier roman d’Orhan Pamuk, Cevdet Bey et ses fils (1982, enfin traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy, 2014), raconte le destin d’un commerçant d’Istanbul et l’histoire de sa famille sur trois générations, de 1905 à 1970. Ce récit plein de questions sur le sens de la vie et sur l’évolution de la Turquie compte quelque 750 pages. 

pamuk,cevdet bey et ses fils,roman,littérature turque,istanbul,saga,famille,sens de la vie,société,culture

Le prologue montre le jeune Cevdet Bey au réveil – dans son cauchemar, une fois de plus, il se sentait différent et seul –, le jour de la troisième rencontre prévue avec sa fiancée, fille de pacha, au konak de son père. Le jeune homme s’est habillé avec soin, a loué une voiture, mais dans son magasin, une quincaillerie spécialisée dans l’éclairage, on lui apporte une lettre l’appelant au chevet de son frère.

A son arrivée, Nusret, médecin militaire devenu « Jeune-Turc » à Paris, tuberculeux comme l’était leur mère, est furieux qu’on l’ait appelé, mais il va très mal. Cevdet Bey lui cherche un médecin, puis ramène son neveu Ziya confié à des parents qui habitent encore le quartier pauvre d’Haseki. La tension entre les deux frères est palpable. Nusret méprise le métier de Cevdet Bey, quant à lui fier d’être le seul commerçant musulman dans sa rue, au milieu des Juifs, Grecs et Arméniens.

 

Trois jours après un attentat à la bombe contre le sultan, c’est le principal sujet de conversation au club où il déjeune avec son ami Fuat Bey, commerçant de Salonique, un juif converti à l’islam. Celui-ci l’a introduit dans ce Cercle d’Orient où on apprend beaucoup grâce aux discussions et aux ragots aussi. Fuat Bey l’interroge sur le père de sa fiancée et lui conseille de s’intéresser davantage à la politique :

 

« Pourquoi vivons-nous, en fin de compte ? Uniquement pour faire du commerce et gagner de l’argent ? Non ! Pour fonder une famille, avoir une maison, des enfants ? Oui, bien sûr, mais tant qu’il n’y a pas de liberté, tout cela reste très limité. Quel mal y aurait-il à ce que tout soit aussi libre que là-bas, en Europe ? Nos femmes vivent comme des esclaves, celui qui ne fait pas le jeûne du ramadan finit au tribunal… »

 

Ces questions parcourent tout le roman, le désir de révolution ou du moins de réformes, l’aspiration à une société plus moderne. Son futur beau-père interroge aussi Cevdet Bey sur l’attentat avant de lui parler de ses enfants, de ses ennuis d’argent. Il est si bavard que le fiancé peut à peine entrevoir l’épouse du pacha qui sort avec ses filles, sans avoir pu parler à Nigân, sa future femme.

 

En chemin, Cevdet Bey revisite une maison en vente dans le quartier bourgeois de Nisantasi, regarde les tilleuls, les marronniers, le jardin bien entretenu – « C’est ici que je vivrai. » Chez son frère qui tient des discours exaltés mais se sait condamné, il ressent le prix de la vie et décide d’en profiter davantage, d’être joyeux, de rire, de boire et de manger, même si c’est souvent difficile à concilier avec le magasin.

 

Trente ans plus tard, le jour de la fête du Sacrifice, toute la famille est réunie chez Cevdet Bey et Nigân Hanim : Osman, leur fils aîné, et son frère Refik sont mariés ; leur fille Ayse, seize ans, chipote à table. Après le repas, Cevdet Bey somnole à l’écart des conversations, jusqu’à l’arrivée de son ami Fuat Bey avec sa femme et leur fils Remzi.

 

Le soir, les trois amis de l’école d’ingénieurs, Refik, Ömer et Muhittin qui place la poésie avant toute chose, se retrouvent chez Refik pour boire et discuter de leurs projets. Ömer le conquérant – « Il faut faire quelque chose dans cette vie » – déplore la routine bourgeoise de Refik, qui travaille avec son frère dans le commerce de famille. Lui nourrit de grandes ambitions, veut devenir riche, admiré. Cevdet Bey se joint à eux un moment et leur répète son credo : « Il faut travailler, aimer, manger, boire et rire ! »

 

Ömer a convaincu sa tante de vendre des biens de famille afin d’investir dans la construction d’un tunnel pour la ligne de chemin de fer. C’est là qu’il va travailler dans l’équipe d’un ingénieur allemand, de là qu’il écrit sa demande en mariage à Nazli, fille d’un riche pacha, une nouvelle qui déçoit Muhittin, nostalgique de leurs idéaux d’étudiants hostiles à la vie ordinaire. Comment vivre ? Que faut-il faire ? Lui n’a pas encore trouvé de réponse claire, mais s’est donné un ultimatum : être un bon poète à trente ans ou se suicider.

 

Orhan Pamuk décrit la vie et les états d’âme de ce petit monde que vient troubler la mort de Cevdet Bey, après « un demi-siècle de commerce ». Osman assure la relève, tandis que Refik, peu motivé au travail, se sent de plus en plus perdu même si sa femme a donné naissance à une fille. Devant Muhittin, dont le premier recueil publié n’a guère de succès, Refik avoue que sa vie déraille, que seule l’intéresse à présent la lecture des philosophes français, et surtout des Confessions de Rousseau.

 

Une mauvaise grippe le plonge dans une quasi dépression. Au bout de quarante jours, il accepte de retourner au bureau et de se couper la barbe. Mais un « sentiment de catastrophe » le rattrape bientôt : après une dispute avec sa femme, Refik fait sa valise pour rejoindre Ömer sur son chantier et voir du pays. L’Europe entre alors dans une période sombre. Après dix ans en Turquie, l’ingénieur allemand avec qui ils jouent aux échecs le soir dans leur baraquement n’envisage plus de rentrer au pays – Hitler a annexé l’Autriche.

 

Comment ces jeunes hommes vont-ils faire leur chemin ? Que deviendra Ayse, éprise d’un jeune violoniste qui n’est pas de leur milieu ? Les enfants de Cevdet Bey ne se satisfont pas du mode de vie traditionnel de leurs parents. Le désir d’une Turquie qui se développe à l’européenne se heurte aux réalités sociales, à l’essor du nationalisme turc et à l’individualisme.

 

Cevdet Bey et ses fils raconte comment la famille, les amis font face aux changements. C’est long, répétitif – la lenteur orientale ? Orhan Pamuk, trente ans quand il l’écrit, force le lecteur à s’imprégner des doutes existentiels qui obsèdent les personnages. Le roman trouve son épilogue en 1970, quand le fils de Refik, peintre, cherche à son tour une voie dans l’existence, au dernier étage de l’immeuble familial qui a fini par remplacer la maison de ses grands-parents.

Commentaires

750 pages longues et répétitives ? ou s'inscrivent-elles dans un rythme qui est propre à l'histoire et aux personnages ? Il me semble t'avoir connue plus enthousiaste sur d'autres titres.

Écrit par : Aifelle | 04/05/2015

Répondre à ce commentaire

Tu as raison, ce roman m'a surtout intéressée en tant que "premier roman" d'un écrivain que j'apprécie beaucoup et il sert d'une certaine manière de matrice à ceux qui suivront. J'ai lu par ailleurs qu'Orhan Pamuk n'aimait pas trop revenir sur cette œuvre. Il y a des longueurs, on voudrait que ça avance plus vite, et des répétitions dans l'expression des états d'âme, mais cela aussi participe à la thématique du "huzun" turc dont parle bien l'article de Mylène Griess (en lien sur "comment vivre").

Écrit par : Tania | 04/05/2015

je vais lire tous les livres de Pamuk qui se déroulent à Istanbul et aller visiter cette ville :-)
mais je ne sais pas encore quand ;-)

Écrit par : Adrienne | 04/05/2015

Répondre à ce commentaire

J'ai déjà beaucoup lu Pamuk, mais pas encore visité Istanbul. Un jour viendra ?

Écrit par : Tania | 04/05/2015

Bonsoir Tania. L'histoire de cette famille m'intéresserait mais 750 pages ça me fait peur. Surtout si c'est un peu long...

Écrit par : écureuil bleu | 04/05/2015

Répondre à ce commentaire

j'aime l'auteur mais tous ses romans ne m'ont pas emballé certains sont un peu lent effectivement
je le préfère quand il parle de sa famille, de sa ville

Écrit par : Dominique | 05/05/2015

Répondre à ce commentaire

@ Ecureuil bleu : Bienvenue. Oui, c'est un roman pour lecteurs patients, vous en trouverez d'autres en cliquant sur Pamuk dans la liste des auteurs.

@ Dominique : Son "Istanbul" est magnifique, et parmi ses romans, tous assez longs, celui que j'ai le plus envie de relire, d'autant plus que je l'ai lu avant d'ouvrir ce blog, c'est "Mon nom est rouge", passionnant pour qui s'intéresse à l'histoire de la peinture.

Écrit par : Tania | 05/05/2015

Je suis très tenté de me lancer avec Pahmuk, vos billets d'abord, l'intérêt pour une histoire turque (mais aussi un pays) que je connais peu. Les deux titres que vous citez en commentaires (Istanbul, Mon nom est rouge,...) me paraissent plus adaptés à mes goûts, mais, vu la taille des volumes, il faudra choisir une plage de temps dégagée et vaincre ma tendance à éviter les briques.

Écrit par : christw | 06/05/2015

Répondre à ce commentaire

J'avais entre autre beaucoup apprécié son discours de réception du prix Nobel. Un texte étincelant d'humanité.

Écrit par : K | 06/05/2015

Répondre à ce commentaire

@ Christw : Pamuk raconte au long cours, mais laissez-vous embarquer pour "Istanbul", photos comprises, en autant d'étapes que vous voudrez.

@ K : Oui, Orhan Pamuk est un humaniste, c'est un très beau texte à propos de son père et surtout du travail de l'écrivain.

Écrit par : Tania | 07/05/2015

Écrire un commentaire