Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/03/2015

Une grande liseuse

Mona Ozouf a rassemblé dans La cause des livres (2011) des articles écrits pour Le Nouvel Observateur sur près de quarante ans. Depuis longtemps, je prends plaisir à ses allées et venues entre littérature et histoire, par penchant pour la première, sans doute, et aussi pour le ton, le rythme de ces promenades critiques, pour cette belle langue déjà admirée dans Les mots des femmes.  

ozouf,mona,la cause des livres,essai,littérature française,lecture,correspondances,histoire,révolution,culture
Willy Van Riet (1882 - 1927)

Sa préface annonce un rangement thématique (chaque article est daté) : littérature (surtout française) et correspondances, portraits féminins, dialogue de la France et des Frances, Révolution, livres d’historiens. Pour Mona Ozouf, la littérature « illustre la profusion d’un univers que nous ne percevons bien qu’à travers des livres capables de démultiplier nos vies étroites », selon la formule « du grand liseur qu’était Jaurès ». 

La potion de Montaigne ouvre la première partie où se succèdent des titres propres à éveiller la curiosité : Madame de La Fayette, nous voilà !, Tout contre Sainte-Beuve, Les écrits frappeurs, Le guide Michelet… A propos de sa Correspondance générale, elle voit en Mirbeau un « peintre manqué », le justicier des artistes, pourfendeur de l’académisme, « célébrant la gloire de Monet et de Rodin, découvrant Cézanne avant tout le monde, écrivant le premier grand article posthume sur Van Gogh, proclamant le génie de Camille Claudel. » (Un tendre imprécateur)

 

La phrase d’entrée est souvent une porte qui s’ouvre : « Il n’a rien, vraiment rien pour nous plaire, cet homme. » (Un contemporain paradoxal) « A Brest, la mer est au bout des rues, et le vent partout. » (Victor Segalen : l’équipée intérieure) « Qui était-elle, au juste ? » (La Sévigné de la bourgeoisie) « Rien, mais vraiment rien, ne pouvait annoncer entre ces deux-là le coup de foudre de l’amitié. » (L’ermite, la bonne dame et le facteur) Derrière ces « rien », Mona Ozouf a quelque chose à dire qui n’est jamais banal ou convenu.

 

Le livre, l’auteur, elle les fait vivre en trois, quatre pages qui suffisent à donner le goût d’une visite plus approfondie, si affinités. On passe d’un siècle à l’autre, le nôtre en prend souvent pour son grade : « Notre époque professe mollement que tous les goûts sont dans la nature, que les œuvres se valent toutes, que l’élève est égal au maître. Et les différences, dont les vagabonds font leur miel, elle les dissout dans le grand flot tiède de la conformité. » (Le rôdeur des lisières)

 

Mona Ozouf commente des classiques et des contemporains. Heureuse surprise de découvrir dans La cuisine des tortues sa fréquentation des héroïnes d’Anita Brookner, dans Professeur Nabokov un hommage à ses fameux cours universitaires (Littératures) et à son « don de voir et de faire voir ». Henry James, à qui elle a consacré son essai La muse démocratique, est bien sûr en bonne place.

 

Au milieu du recueil, le curseur se met à pencher davantage vers l’histoire, la culture françaises : Appelez-moi Marianne, Galanterie française, et autres tableaux d’un pays « où l’on revient toujours ». « Lumières, Révolution, République » s’attarde sur cette période que Mona Ozouf cherche sans cesse à mieux comprendre et restituer (c’est le sujet de son dernier essai publié dans la collection Quarto : De Révolution en République. Les chemins de la France).

 

Sur le rêve d’une société parfaite, il y a toujours matière à réflexion. Benjamin Constant : « Prions l’autorité de rester dans ses justes limites. Qu’elle se borne à être juste, nous nous chargerons d’être heureux. » Mona Ozouf : « L’idée neuve apportée par la Révolution, ce n’est pas le bonheur, mais la liberté. » Avec plus loin ce corrélat : « Plus désirable est devenu le bonheur, et plus lourd le fardeau de la responsabilité individuelle. » (La fabrique du bonheur)

 

« Les anciens communistes, il y en a plus de variétés que d’asters ou de dahlias. » (Que reste-t-il de nos amours ?) Dans les derniers textes de La cause des livres, dont un éloge de Pierre Nora (Le sourcier de l’identité française) et un inédit consacré à François Furet pour Le Passé d’une illusion, Mona Ozouf s’implique davantage : membre elle-même du parti communiste de 1952 à 1956, elle dit ses appartenances, ses erreurs, son amitié pour sa « tribu » et fait sien ce questionnement : « comment vivre quand nous ne pouvons plus imaginer une société autre alors que nous ne cessons d’en parler ».

Commentaires

Ce livre est magnifique, je l'ai acheté lors de sa parution mais signe comme dirait Calvino, que c'est un très bon livre, j'y suis revenu plusieurs fois pour relire un article ou tout simplement pour picorer ici et là

Écrit par : Dominique | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

Encore une femme que j'écoute avec énormément d'intérêt lorsqu'elle passe à la radio, mais que je n'ai pas encore lue. Je vois que son essai est en poche, le mieux est que je l'achète, je l'aurai à ma disposition.

Écrit par : Aifelle | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Dominique : J'y retournerai aussi, la qualité des articles est telle qu'ils ne vieilliront pas.

@ Aifelle : Il n'y manque qu'un index pour retrouver ce qu'on voudrait relire. C'est un magnifique hommage à la littérature contre l'uniformité : "Jamais prévisible, la littérature marque toujours de quelque façon la revanche de la singularité. Elle assure ce qu'il faut de disparate au genre humain pour qu'il reste intéressant." (Mona Ozouf, "Le sourcier de l’identité française")

Écrit par : Tania | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

Comme Aifelle, je l'écoute de toutes mes oreilles, mais je n'ai jamais rien lu d'elle.
Une "compilation" à picorer, et "repicorer", sans aucun doute...élargir nos horizons étriqués, aucune hésitation!
Merci Tania.

Écrit par : Colo | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Colo : Quel que soit le sujet, elle s'en empare avec vivacité et parvient à nous y intéresser. Bonne soirée, Colo, le soleil fait son apparition - il vient de chez toi ?

Écrit par : Tania | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

ah je ne connais pas, ça a l'air très intéressant!

Écrit par : Adrienne | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Adrienne : Une belle voix, une belle plume !

Écrit par : Tania | 30/03/2015

Répondre à ce commentaire

J'hésitais jusqu'à maintenant. Tu m'as convaincu, dès le rhube soigné, direction la librairie.

Écrit par : Liousha Tiki | 31/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Liousha Tiki : J'espère que tu en feras ton miel - avec un jus de citron ou une tisane de thym ? Bon rétablissement.

Écrit par : Tania | 31/03/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire