Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2015

Le goût des chats

Quoi de mieux qu’un chat sur les genoux, entre le bureau et mes mains au clavier, pour vous parler de ce petit livre pour aficionados ? Le goût des chats, dans l’esprit de la collection du Petit mercure, réunit des textes choisis et présentés par Jacques Barozzi, un de ses auteurs réguliers. Une centaine de pages, une trentaine d’auteurs, de Louis Nucéra à J.-K. Huysmans. 

le goût des chats,essai,extraits,chats,littérature,culture
Mina

Dans l’introduction, Barozzi cite Théophile Gautier : « Les chats se plaisent dans le silence, l’ordre et la quiétude, et aucun endroit ne leur convient mieux que le cabinet du littérateur. » (Gautier aimait aussi les chiens, rappelez-vous Fanfreluche.) Et Mallarmé qui parle dans une lettre de Neige, « une adorable maîtresse toute blanche ». Il y aura bien d’autres jolis de noms de chats dans ce petit recueil comme Muezza, la chatte préférée de Mahomet ou Mysouff, le chat d’Alexandre Dumas, qui le conduisait tous les matins « jusqu’à la rue de Vaugirard » et tous les soirs l’y attendait.

 

Baudelaire est bien sûr à la place d’honneur : « C’est l’esprit familier du lieu ; / Il juge, il préside, il inspire / Toutes choses dans son empire ; / Peut-être est-il fée, est-il dieu ? » (Le chat, II) Je révise le sonnet des Chats, me souvenant d’un mémorable dîner d’anniversaire à Moscou, où, après que Sergueï, notre guide-interprète, nous avait fait la grâce de réciter des vers russes, pour nous faire entendre la poésie dans sa langue, je m’étais lancée : « Les amoureux fervents et les savants austères… »

 

Poésie, prose, conte, mémoires, le chat se faufile dans tous les genres. Frédéric Vitoux, à qui l’on doit l’excellent Dictionnaire amoureux des chats, rapporte ce mot de Léautaud à Céline : « Vous allez sans doute être liquidé à la Libération, et vous l’aurez bien cherché, je ne verserai pas une larme, mais vous pourrez mourir en paix, sachez que je suis prêt à recueillir Bébert qui seul m’importe. » Qui sait si ce gros matou de Bébert n’a pas inspiré à Marcel Aymé, ami fidèle de Céline, ses fameux Contes du chat perché ?

 

Le goût des chats ménage des rencontres entre Esope et La Fontaine, Buffon et Chateaubriand. On y fait la connaissance de Gouttière (Forlani) et de Beauty (Balzac), on y retrouve Le Chat Murr d’Hoffmann, un de ces textes dont je reporte je ne sais pourquoi la lecture – il en va de certains livres comme de certains voyages, qu’on entretient longtemps à l’état de rêve.

 

Yves Navarre a décidé de faire raconter sa vie de chat par son Tiffauges après sa mort –  Michel Tournier, « qui disait ne pas aimer les chats » lui avait offert ce chaton –, « Abel Tiffauges est le héros du Roi des Aulnes ». Anny Duperey est de la partie avec ses Chats de hasard. Paul Léautaud ne cache aucun détail de la mort de Souris, « la merveilleuse petite chatte angora gris-bleu de la rue Garancière », treize jours à peine après l’avoir recueillie chez lui.

 

Beaucoup plus d’écrivains que d’écrivaines dans Le goût des chats (en plus de Duperey, Mme Michelet, Colette, Doris Lessing). Mâle ou femelle, le chat en littérature serait d’essence féminine, selon Barozzi, tandis que le chien serait perçu comme masculin : je me garderai bien d’en débattre. Saviez-vous que Du Bellay avait écrit une Epitaphe de deux cents vers à la mémoire de Beleau, son petit chat gris ?

Commentaires

c'est un grand plaisir un chat à la maison, hélas les allergies de l'entourage interdisent parfois ce plaisir alors on se console en admirant les chats des autres

Écrit par : Dominique | 19/03/2015

Je compatis, Dominique, la santé passe avant tout.

Écrit par : Tania | 19/03/2015

J'en ai deux, très très différents, actuellement l'un arpente le jardin et l'autre est sous la couette pour la sieste d'après midi...

Écrit par : keisha | 19/03/2015

Chacun son caractère, c'est bien connu ;-) Mina fait aussi une longue sieste l'après-midi.

Écrit par : Tania | 19/03/2015

En voilà bien un qui ne se pose pas la question « Pourquoi suis-je ici ? » ;-)
Jolis reflets sur la tête de Mina!

Écrit par : Colo | 19/03/2015

ah! voilà un aspect deb Du Bellay qu'il me plaira de découvrir :-)

Écrit par : Adrienne | 19/03/2015

@ Colo : En effet ! Ni l''accenteur mouchet qui est en train de se régaler des lychnis au pied du ginkgo sur la terrasse non plus - tout le temps d'identifier ce tout petit oiseau, il est encore à l'œuvre ! Merci, Colo.

@ Adrienne : Bonne lecture, je ne connaissais pas ces vers non plus.

Écrit par : Tania | 19/03/2015

Un riche petit livre (comme beaucoup de cette collection) avec quelques raretés et toujours une petite introduction du texte choisi avec la plupart du temps sa référence bibliographique. On regrette bien sûr que ce soit si court et l'on aurait bien mis François-Augustin de Paradis de Moncrif et Hippolyte Taine à la place de Jean de La Fontaine et Georges-Louis Leclerc de Buffon. Là aussi, pas de débats...
Câlins à Mina.

Écrit par : Liousha Tiki | 19/03/2015

Je ne l'ai pas repéré celui-là. C'est une petite collection que j'aime bien et une invitation à cheminer plus avant avec certains auteurs.

Écrit par : Aifelle | 20/03/2015

@ Liousha Tiki : On n'en a jamais fini avec la compagnie féline. Mina remercie.

@ Aifelle : Oui, une collection apéritive aux sujets variés, tant mieux.

Écrit par : Tania | 20/03/2015

Mais voici donc un livre pour moi ! Merci de me le faire découvrir ! Je le lirai prochainement aux quatre chats qui m'hébergent.

Écrit par : Bonheur du Jour | 21/03/2015

que voilà un billet plein de douceur sur un livre très alléchant

Écrit par : niki | 21/03/2015

@ Bonheur du jour : Ah si j'avais une maison... Bonne lecture à tous !

@ Niki : Te laisseras-tu tenter ?

Écrit par : Tania | 21/03/2015

C'est noté. J'aimerai ces textes sur le thème du chat.
Parfois je rêve encore que j'ai un chat; mais je dois me rendre à l'évidence: je ne peux en avoir: trop de risques pour lui ici!

Écrit par : Maïté/Aliénor | 23/03/2015

Les commentaires sont fermés.