Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/03/2015

Première question

« Pourquoi suis-je ici ? » demandait-elle
chaque fois, quatre-vingt-dix ans, les yeux

 

cernés de rouge depuis que les larmes
n’y venaient plus. « Pourquoi suis-je ici ? »
A peine capable de se mettre debout,

 

l’appétit déclinant. « Pourquoi suis-je ici ? »
J’avais beau lui expliquer patiemment
trois fois, quatre fois, que cela faisait déjà

des années qu’elle ne pouvait plus vivre seule,

 

ne tenait plus sur ses jambes, elle savait encore

parfaitement l’année de ma naissance, mais pas

celle où nous étions, que « bleu outremer » était

la couleur de la porte d’entrée chez ses

grands-parents, mais pas le nom de l’infirmière

 

qui venait la laver et l’habiller tous les jours.

« Pourquoi suis-je ici ? » Puis avec un choc

je compris : et si ce n’était pas une question

d’aujourd’hui mais d’autrefois et là-bas, la première

 

du catéchisme, celle avec la promesse

d’un ciel, et je lui répondis : « Pour servir
Dieu et être heureuse en ce monde

et dans l’au-delà. » Elle ne me jeta même pas
un regard : « Tu y crois encore, à ces bêtises ? »

 

Huub Beurskens

 

(Hôtel Eden, 2013, traduit du néerlandais par Hans Hoebeke) 

beurskens,huub,poésie,belgique,littérature néerlandaise,septentrion,culture

Eerste vraag
 

« Waartoe ben ik eigenlijk hier ? » vroeg ze
telkens weer, in haar negentigste, rood
 

Omrande oogjes vanwege het gebrek aan
traanvocht. « Waartoe ben ik eigenlijk hier ? »
Amper nog in staat overeind te komen,
 

weinig eetlust meer. « Waartoe ben ik eigenlijk
hier ? » Hoe ik ook geduldig probeerde het
haar uit te leggen, drie, vier keer, dat ze al
jaar geleden niet meer zelfstandig wonen 
 

kon, niet goed ter been, mijn geboortejaar
wist ze feilloos, maar niet dat waarin we
heden leefden, dat “diepblauw” de kleur
van de deur van haar grootouderlijk huis

was geweest, maar niet hoe de verpleegster
 

heette die haar dagelijks waste en kleedde.
« Waartoe ben ik eigenlijk hier ? » Tot ik met
een schok dacht : wie weet is het geen vraag
van nu, maar een van toen en daar, de eerste
 

uit haar catechismus, die met de belofte
van een hemel, en antwoordde: “Om God
te dienen en daardoor hier en hiernamaals
 

gelukkig te zijn.” Ze keek me er niet eens
bij aan : “Dat jij nog gelooft in dat gezemel.”

 

Huub Beurskens

 

In Septentrion, n° 1, mars 2014,
Le dernier cru : poèmes choisis par Jozef Deleu

 

 

 


 

Commentaires

Bouleversant.

Écrit par : Bonheur du Jour | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

Poignant. Et si simplement dit, la détresse de la vieillesse.

Écrit par : Aifelle | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les larmes qui ne viennent plus...et cette éternelle question, bouleversant oui.
J'ai beaucoup aimé le lire en néerlandais aussi. Merci.

Écrit par : Colo | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Bonheur du jour : Oui. Avec cette trouée dans la brume où le dialogue fuse.

@ Aifelle : Et la bonne patience.

@ Colo : Waartoe zijn we eigenlijk hier ? Si vrai. Douce journée, Colo.

Écrit par : Tania | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

oui, waartoe est la question du but, pas de la cause, la réponse n'est pas "parce que" mais "pour"
très touchant, je reconnais tout à fait

Écrit par : Adrienne | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Adrienne : Merci de préciser la distinction entre "waarom" et "waartoe", moins audible en français ("pourquoi" et "pour quoi"). Bonne soirée, Adrienne.

Écrit par : Tania | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

Le fin est révélatrice d'une âme encore vive et subtile ...

Écrit par : Pâques | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

Mourir, la belle affaire, mais vieillir, ah vieillir (J. Brel)

Écrit par : Zoë Lucider | 18/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Pâques : Un éclair de lucidité.

@ Zoë Lucider : Nous n'avons pas fini de chanter.

Écrit par : Tania | 19/03/2015

Répondre à ce commentaire

Touché par la simplicité et la puissance suggestive des poèmes de Miriam Van Hee proposé dans l'autre billet, je le suis plus encore par celui-ci où le questionnement demeure au plus loin du chemin.

Beau détour par Septentrion tout à fait inconnue de moi.

Écrit par : christw | 22/03/2015

Répondre à ce commentaire

@ Christw : Merci, Christw. Le premier recueil de ce poète néerlandais date d'il y a quarante ans : http://www.huubbeurskens.nl/poezie.htm
Je vous recommande la revue Septentrion, vous devriez la trouver en bibliothèque.

Écrit par : Tania | 22/03/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire