Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/01/2015

Peintres de Sienne

Prolongée jusqu’au 25 janvier, l’exposition « Peinture de Sienne. Ars narrandi dans l’Europe gothique », plus discrète que celle consacrée à Rubens et ses héritiers, continue à accueillir de nombreux visiteurs au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar).  

peinture de sienne,ars narrandi dans l'europe gothique,exposition,bruxelles,palais des beaux-arts,bozar,moyen âge,peinture religieuse,art italien,sienne,culture
Dietisalvi di Speme, La Vierge à L'Enfant en majesté entourée de deux anges, 1262, 142 x 100 cm, Siena, Pinacoteca Nazionale

Marie, Jésus, les saints, le sujet de ces peintures du XIIIe au XVe siècle est bien sûr religieux, mais aujourd’hui, elles nous offrent surtout une belle occasion de découvrir un art de la représentation et de la narration raffiné, délicat, qui évolue peu à peu de la raideur des icônes vers une approche plus humaine et du récit biblique vers le portrait et même le paysage.

A l’entrée, les deux Vierges dites « Hodegetria » (dans la tradition byzantine, Vierge qui désigne l’enfant Jésus bénissant) comptent parmi les plus anciens panneaux conservés à la Pinacoteca Nazionale de Sienne. La Vierge de Dietisalvi di Speme (1262, ci-dessus) nous regarde mais le mouvement de sa main aux très longs doigts attire l’attention vers Jésus.  

peinture de sienne,ars narrandi dans l'europe gothique,exposition,bruxelles,palais des beaux-arts,bozar,moyen âge,peinture religieuse,art italien,sienne,culture
Famille Memmi, Vierge à l’Enfant en majesté avec un donateur, 1310-1320

Marie était la sainte patronne de Sienne. On est frappé par la richesse de ces peintures siennoises, pas seulement à cause de l’or dont se servent en abondance les peintres, mais par la finesse des détails, les plis des vêtements, le soin du décor. Et les couleurs ! La Vierge à l’Enfant en majesté avec un donateur (Famille Memmi, 1310-1320) porte sur sa robe rouge un long manteau d’un bleu remarquable, quant au donateur, il se niche en bas, tout petit. 

En observant les peintures racontant la vie de la Vierge, on découvre aussi Sienne, les intérieurs, l’architecture. D’une salle à l’autre – les œuvres sont présentées chacune dans un écrin de lumière qui accentue leur caractère précieux, en contraste avec la pénombre où passent les visiteurs – on remarque que les visages sont de plus en plus individualisés, humanisés, même si les postures correspondent aux codes de la représentation religieuse. Après les peintures mariales viennent des scènes de la vie de Jésus, de sa naissance à la Passion.  

peinture de sienne,ars narrandi dans l'europe gothique,exposition,bruxelles,palais des beaux-arts,bozar,moyen âge,peinture religieuse,art italien,sienne,culture
Sano di Pietro, L'annonce aux bergers, 1450

L’Adoration des bergers et l’Adoration des mages de Taddeo di Barto, côte à côte, montrent en gros plan la crèche dans une grotte, avec ses personnages traditionnels, sans oublier le bœuf et l’âne, l’étoile, en toute simplicité, tandis que Sano di Pietro montre L’Annonce aux bergers (1450, ci-dessus) dans un paysage de collines. Près de l’enclos où se pressent des moutons blancs et noirs, à l’écart d’un village, deux bergers et leur chien lèvent les yeux vers l’ange rouge aux ailes roses qui descend du ciel un rameau à la main.

Une seule sculpture dans l’exposition : un Enfant Jésus bénissant de Francesco di Valdambrino. Ce genre de sculpture était placé sur l’autel pendant les célébrations de Noël. L’Institution de l’eucharistie, une peinture de Stefano di Giovanni, présente la Cène dans une salle voûtée (trois arcs, deux piliers). En haut des murs, des fenêtres en demi-lune laissent voir de fins feuillages au dehors.

La Crucifixion a inspiré bien des peintres. Ugolino di Nerio en offre une très belle représentation sur fond rouge or : la Vierge et Saint Jean se tiennent de part et d’autre de la croix, Saint François d’Assise baise les pieds ensanglantés du Christ. De grandes fresques illustrent la Résurrection – fascinant Christ pâle debout, vêtu de blanc, à la sortie du tombeau (Pietro Lorenzetti) – et aussi le Jugement dernier. 

peinture de sienne,ars narrandi dans l'europe gothique,exposition,bruxelles,palais des beaux-arts,bozar,moyen âge,peinture religieuse,art italien,sienne,culture
Giovanni di Paolo di Grazia, Le Jugement dernier, Le Paradis, L'Enfer (détail), 1460-1465, 42 x 253 cm, Siena, Pinacoteca Nazionale

Giovanni di Paolo a peint au centre un Christ glorieux auréolé d’or, au-dessus des tombes d’où sortent les ressuscités pour aller vers la gauche dans un paradis verdoyant où tout le monde s’embrasse et où des petits lapins gambadent entre les fleurs, ou vers la droite en enfer, là où dragons et démons s’emparent des condamnés.

La dernière partie de l’exposition montre des saints et saintes vénérés à Sienne. Ici Saint Michel en armure terrassant le dragon, là des portraits plus sobres. Catherine de Sienne, qui vers 1450 a remplacé Catherine d’Alexandrie dans le cœur des Siennois, est représentée avec ses attributs : le livre, symbole de sa sagesse et de ses écrits, et le lys, symbole de pureté. J’ai admiré aussi cette Sainte Agathe.

peinture de sienne,ars narrandi dans l'europe gothique,exposition,bruxelles,palais des beaux-arts,bozar,moyen âge,peinture religieuse,art italien,sienne,culture
Pietro Lorenzetti, Sainte Agathe, 1320-1329, Musée de Tessé, Le Mans

Le Guide du visiteur vous en dira davantage. Je suis heureuse d’avoir vu cette exposition qui m’avait été recommandée par un connaisseur. Pour qui se tourne plus aisément vers la peinture moderne, il y a là de la beauté et de l’art auxquels on ne peut rester insensible. J’ai peu parlé des couleurs, pourtant ce sont elles qui m’ont portée d’une œuvre à l’autre – vous verrez si vous avez l’occasion de vous rendre à Bozar, il vous reste quinze jours.

Commentaires

Je crois que c'est cette même exposition qui est prévue à Rouen à partir de mars 2015 et je m'en réjouis : http://www.exponaute.com/expositions/10466-tresors-de-sienne/

Écrit par : Aifelle | 15/01/2015

On a effectivement beaucoup parlé de l'expo Rubens (gros succès 2014 du palais des Beaux-Arts), mais elle a éclipsé celle-ci dont je n'avais pas entendu parler. Heureusement, tu es là! Merci Tania pour ces découvertes culturelles.

Écrit par : Un petit Belge | 15/01/2015

@ Aifelle : Exactement, j'ai repéré le logo de Rouen dans mon petit guide du visiteur.

@ Un petit Belge : Avec plaisir. Cette exposition-ci est plus intime, le Palais des Beaux-Arts nous gâte ces temps-ci.

Écrit par : Tania | 16/01/2015

beau billet, tania - avec de belles illustrations

Écrit par : niki | 16/01/2015

@ Niki : Merci, Niki. Les curieux pourront découvrir d'autres œuvres illustrées chez toi en cliquant sur "Catherine de Sienne".

Écrit par : Tania | 16/01/2015

merci beaucoup tania, pour le lien :)

Écrit par : niki | 16/01/2015

J'aime beaucoup cet art, cette iconographie délicate, souvent naïve, toujours élégante et emplie de tendresse.Les femmes y sont toujours jeunes et très belles.Une superbe exposition, en effet.
Je profite de ce commentaire pour vous présenter mes voeux pour une riche et culturelle année 2015, sans trop d'ombre sur la face trop souvent endeuillée du monde. Et bonne continuation à votre blog d'une constante et enrichissante diversité.
Je viens de passer INTERLIGNE sur la nouvelle plateforme d'Overblog et je vois que des liens avec des blogs amis ont disparu. Est-ce provisoire ? De toute façon je conserve précieusement vos coordonnées et mes visites seront inchangées.

Écrit par : Armelle B. | 17/01/2015

@ Armelle B. : J'espère que vous aurez l'occasion de voir cette exposition à Rouen au printemps prochain. Merci pour vos vœux, je vous souhaite aussi une belle année plus paisible que son début. A bientôt sur Interligne nouvelle mouture, sans trop d'ennuis techniques & merci pour votre fidélité, Armelle.

Écrit par : Tania | 17/01/2015

superbe comme d'habitude, j'ai un gros volume d'histoire de la peinture à Sienne et c'est un bonheur de le feuilleter régulièrement

Écrit par : Dominique | 19/01/2015

@ Dominique : Quelle richesse dans ta bibliothèque ! Il est vrai que les livres d'art sont de ceux qu'on ouvre le plus souvent. Bonne semaine, Dominique. Il neige aussi à Lyon ?

Écrit par : Tania | 19/01/2015

Dans un musée, lorsque c'est possible, je me tourne souvent vers les œuvres plus anciennes qui, c'est un avis personnel et vraiment non spécialisé, m'en apprennent plus et me donnent un peu le vertige des siècles.
Visite agréablement colorée, merci.

Écrit par : christw | 19/01/2015

@ Christw : C'est un beau point de vue que vous exprimez là, "le vertige des siècles". Pour moi, l'art ancien est un peu intimidant, il me semble souvent manquer de clés pour l'aborder, bien que je le goûte aussi.

Écrit par : Tania | 19/01/2015

Les commentaires sont fermés.