Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/09/2014

La couleur de l'Inde

Indigo, le dernier roman de Catherine Cusset, commence à Roissy où Charlotte Greene, en transit entre New York et Delhi, risque de rater son avion à cause d’une alerte à la bombe, le 5 décembre 2009. Elle a laissé ses filles et son mari aux Etats-Unis pour se rendre à Trivandrum, dans le Kerala, à l’invitation de l’Alliance française – l’occasion de voir l’Inde, le pays de Debarati, son amie Deb, qui s’est suicidée six mois plus tôt. 

cusset,catherine,indigo,roman,littérature française,inde,culture
Hôtel Vivanda Taj Trivandrum

Dans l’avion, elle reconnaît Roland Weinberg qui va retrouver l’Inde après dix-sept ans, « un passé mort et enterré », pense-t-il, et pourtant ce qui l’intéresse en premier dans ce voyage, c’est de revoir Srikala, un amour d’antan, ce qu’ignore Renata, sa jeune compagne qui vient le rejoindre. A l’aéroport de Delhi où il l’attend, il observe les femmes à son aise, et c’est un choc quand sa « Reine » débarque, les cheveux ras, sans sa belle chevelure noire.

Géraldine Legac, responsable de l’Alliance française à Trivandrum, doit accueillir l’écrivain Roland Weinberg et Charlotte Greene, cinéaste et professeur de littérature, mais c’est surtout l’autre écrivain qu’elle attend personnellement – elle a été folle amoureuse en secret de Raphaël Eleuthère quand elle était adolescente, un Breton comme elle – la reconnaîtra-t-il ? De quoi perdre le sommeil, pendant que dorment son mari indien et leur fils.

Raphaël accepte de se promener au hasard avec Charlotte dans le vieux Delhi, mais après s’être fait agresser par des gamins voleurs (un vieil homme les chasse in extremis), il n’a plus qu’une envie : fuir le bruit, la poussière et la pollution, se reposer à l’hôtel. Charlotte arrête un rickshaw pour lui et continue seule, se laisse aborder par un jeune homme, et finit par tomber dans le piège – seul son argent l’intéresse et pas « une bonne femme de quarante-sept ans ».

Avec Jagdish Kapoor, le jeune Indien chargé d’accompagner les invités du festival culturel dans leurs déplacements, ce sont les personnages principaux du roman. Catherine Cusset passe de l’un à l’autre pour raconter leur séjour d’une dizaine de jours en Inde et ses péripéties, les conférences, les problèmes personnels, les incidents, les imprévus. La menace d’attentats terroristes et la chaleur pèsent, mais « une surprise attend chacun d’eux et bouleverse leur vie » (quatrième de couverture).

La romancière a repris sur son site les critiques généralement élogieuses de son dixième roman, une « comédie humaine ». Comme Nicole Volle (Enfin livre !) ou Etienne Dumont (Tribune de Genève), je ne suis pas totalement convaincue. Pourquoi ? Peut-être à cause du morcellement du récit, de l’égocentrisme des personnages, de leur approche « touristique » de l’Inde, si différente de la quête de Meaghan Delahunt dans Le livre rouge, par exemple. Comme le dit la narratrice à propos de Charlotte Greene, « elle avait beau convoquer l’émotion de toutes ses forces, celle-ci restait absente. »

Commentaires

en ne lisant que le titre, j'imaginais tout autre chose -
mais je trouve le sujet fort beau

Écrit par : niki | 29/09/2014

J'étais peu tentée par ce roman et puis j'ai assisté à une rencontre avec l'auteur, qui m'a donné nettement plus envie de le lire. Mais quelque chose me retient, j'ai lu un grand nombre d'avis aussi réservés que le tien.

Écrit par : Aifelle | 30/09/2014

Je n'ai lu que ce roman de Catherine Cusset (tout le monde ou presque) semble avoir beaucoup apprécié Un brillant avenir), et je l'ai bien aimé. Mais il me faut avouer que mes souvenirs en sont un peu vagues...

Écrit par : Anne | 11/10/2014

@ Niki : Oui, le titre et le sujet sont attirants, j'en attendais peut-être trop, que mes réserves ne t'en détournent pas, surtout.

@ Aifelle : Si tu te décides, je serai heureuse de lire tes impressions.

@ Anne : Merci pour ce commentaire encourageant. Le souvenir d'un autre roman vient parfois s'interposer, consciemment ou non.

Écrit par : Tania | 13/10/2014

Les commentaires sont fermés.