Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/07/2014

Paysagistes russes

Une bonne surprise nous attendait à Lausanne cet été : « Magie du paysage russe » au Musée cantonal des Beaux-Arts, une septantaine d’œuvres de la Galerie nationale Tretiakov (Moscou). Le Palais de Rumine qui abrite le musée (place Riponne, avec parking souterrain et Museum Café à proximité) a été construit grâce à un don de Catherine et Gabriel de Rumine, « mécènes russes qui demeuraient à Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle » (toutes citations extraites du catalogue). 

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Ilia Repine, Dans un champ, V. Repina et ses enfants,, 1879 Galerie Tretiakov, Moscou

J’ignorais tout des liens entre les peintres suisses et russes au XIXe siècle, développés dans la seconde partie du catalogue par Catherine Lepdor, « De l’Oural au Léman. La peinture de paysage à l’Exposition universelle de 1878 ». Tatiana Karpova, commissaire de l’exposition, situe les paysages russes présentés (de 1820 à la Révolution d’octobre) « entre l’universel et le national ». Sous l’impulsion du courant réaliste, les paysagistes russes rompent avec le classicisme et peignent leur pays tel qu’ils le voient, tel qu’ils l’habitent. J’ai aimé la présentation thématique, annoncée simplement d’un mot à l’entrée de chaque salle, en français et en russe : forêt, mer, montagne, ciel, chemin, ville, nocturnes, et la succession des saisons. 

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Isaak Levitan, Le bois de bouleaux, 1889, Galerie Tretiakov, Moscou

Dans la forêt, les personnages semblent petits à l’échelle de la nature, à l’exception de la Petite fille dans l’herbe d’Olga Lagoda-Chichkina, avec son fichu rouge au milieu des ombellifères, près d’un enfant blond caché par la végétation, et de la jeune femme qui ramène un fagot sur le dos dans De retour de la forêt, signé Nikolaï Pimonenko. Mais dans cette première salle, c’est devant Le bois de bouleaux d’Isaak Lévitan que je m’attarde, subjuguée : un sous-bois où joue la lumière, rythmé par les troncs clairs, une toile horizontale où le regard plonge et capte le génie du lieu. 

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Ivan Aïvazovski, Mer agitée, 1868, Galerie Tretiakov, Moscou

« La Russie est un pays de forêts et de steppes, qui a longtemps rêvé de la mer. » La réputation des marines d’Ivan Aïvazoski a dépassé les frontières de la Russie, il a souvent peint la mer dans ses accès sauvages, comme dans Mer agitée où d’un voilier secoué par la houle, une chaloupe s’éloigne à grands coups de rames, sous un ciel de tempête où une trouée laisse voir au loin des sommets enneigés.  

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Nikolaï Kouznetsov, Jour de fête, 1879, Galerie Tretiakov, Moscou

Pour les paysages de montagne, les peintres choisissent souvent un format vertical, mais ce n’est pas le cas de Kisséliov dans une toile magistrale, L’ancien col de Sourami, où des nuages s’effilochent entre les roches et se mêlent à la fumée d’un petit train à vapeur. Nuages, c’est le titre d’une œuvre de Fiodor Vassiliev qui a mis la ligne d’horizon au plus bas de sa toile, nous livrant tout entier à la contemplation du ciel, comme cette jeune femme en tenue traditionnelle couchée dans l’herbe parmi les fleurs, dans Jour de fête (Kouznetsov). 

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Fiodor Vassiliev, Nuages, 1869-1871, Galerie Tretiakov, Moscou

La salle des « chemins » illustre très bien l’immensité du paysage russe – Chemin dans un champ de seigle, de Grigori Miassoïédov – et montre aussi la vie difficile des campagnards livrés à la boue du dégel, des rouliers menant leurs bœufs dans la gadoue, des paysans revenant d’un enterrement en hiver. Si vous avez visité Saint-Pétersbourg et Moscou, vous les retrouverez dans de belles vues de ville où l’on reconnaît le monastère Smolny, les colonnes rostrales ou le Kremlin avec ses cathédrales. 

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Alekseï Bogolioubov, Vue du monastère Smolny depuis la Bolchaïa Okhta, 1875, Galerie Tretiakov, Moscou

Je pourrais vous parler encore des magnifiques paysages d’hiver glacé (Le givre, de Vassili Bakchéïev), de printemps – Dans un champ, V. Répina et ses enfants d’Ilia Répine, la toile impressionniste choisie pour l’affiche de l’exposition –, d’été à l’ombre des arbres, mais je préfère terminer sur deux coups de cœur : L’or de l’automne de Lévitan, l’ami de Tchekhov, le génie des atmosphères silencieuses, et le luxuriant Joukovski, Un lac dans la forêt (début des années 1910). Pas d'illustration disponible pour ces deux-ci, à mon grand regret.

magie du paysage russe,exposition,peinture,lausanne,musée cantonal des beaux-arts,réalisme,nature,saisons,culture
Vassili Bakcheïev, Le givre, 1900, Galerie Tretiakov, Moscou

« Magie du paysage russe » : quarante-deux peintres sont représentés à Lausanne, dont les célèbres Chichkine et Kouïndji, et ceux qu’on appelait les « Ambulants », artistes membres d’une « Société des expositions artistiques ambulantes » créée en 1870 qui a dominé la vie artistique russe pendant une trentaine d’années. L’exposition dure jusqu’au 5 octobre.

Commentaires

Tu as fait un petit tour d'Europe des musées, cet été? :-)
(très jolis, d'ailleurs, ces paysages, et dépaysants ;-))

Écrit par : Adrienne | 31/07/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai eu la chance de visiter deux fois la galerie Tretiakov, il a bien fallu ça pour que ces peintres russes m'apprivoisent...

Écrit par : keisha | 31/07/2014

Répondre à ce commentaire

@ Adrienne : Ah, ce sont des étapes qui complètent parfaitement la marche en montagne ! Bonne soirée, Adrienne.

@ Keisha : Oh, vraiment ? J'aimerais y retourner. En une seule visite, je n'en ai eu qu'un aperçu - et cela m'a fait plaisir, à Lausanne, de regarder ces toiles que je ne me souvenais pas d'avoir vues.

Écrit par : Tania | 31/07/2014

Répondre à ce commentaire

Je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de les voir en vrai ces tableaux, mais on sent l'immensité et la prépondérance de la nature. Les peintres russes ont beaucoup voyagé à cette époque là, on dirait (vu quelques dessins dimanche dernier à Veules les Roses ou quelques uns s'étaient installés).

Écrit par : Aifelle | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

À lire ton billet et contempler les tableaux, je me rends compte de l'étendue de mon ignorance de la peinture russe, madre mía.
Un tout grand merci, j'ai un faible pour "Le givre".
Bonne journée Tania.

Écrit par : Colo | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : Ce village a un très joli nom, j'espère que tu y as pris des photos.

@ Colo : Ah, moi aussi, cette toile m'a éblouie. A part Levitan, je ne connaissais guère les peintres russes du XIXe avant de voyager en Russie - au XXe, les Chagall, Kandinsky, Malevitch seront plus connus.

Écrit par : Tania | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

Ceci m'enchante! j'ai toujours aimé les films russes, que l'on accusait d'être "trop lents", de ne rien raconter et pourtant... tout s'y trouvait. Je ne connais pas les peintres russes, mais que ceci est beau!

Écrit par : Edmée De Xhavée | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai déjà fait un billet sur le village, mais en automne. La lumière n'était pas très bonne dimanche, une brume ne s'est pas levée.
http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2013/11/29/28540434.html

Écrit par : Aifelle | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

@ Edmée De Xhavée : Heureuse de votre enthousiasme, Edmée.

@ Aifelle : Je m'en souviens, je crois, je vais aller vérifier - merci pour le lien.

Écrit par : Tania | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Tania pour cette découverte, je ne connaissais pas ces peintres et leurs oeuvres m'ont éblouies.
Ce ciel de nuages est saisissant! Et cette lumière dans les bouleaux! Le paysage enneigé est de toute beauté.
Elisa

Écrit par : Slow down | 01/08/2014

Répondre à ce commentaire

@ Slow down : En regardant de près ces "Nuages", Elisa, on distingue dans la toile les plis d'un encadrement ancien qui avait davantage encore réduit la bande de terre - et caché une partie du ciel.

Écrit par : Tania | 02/08/2014

Répondre à ce commentaire

Quelle chance de faire concorder les deux : Martigny et Lausanne
C'est bon à savoir pour moi qui doit pouvoir de la même façon enchainer les deux !!
J'aime énormément la peinture russe pour moi ça va de paire avec la littérature mais je découvre ici un ou deux noms inconnus chic chic

Écrit par : Dominique | 02/08/2014

Répondre à ce commentaire

Quelle merveille ce billet avec tous ces tableaux à contempler ! Cela devait être vraiment bien cette visite :-) Les couleurs du paysage de mer agitée sont fascinantes.

Écrit par : Margotte | 02/08/2014

Répondre à ce commentaire

@ Dominique : Je te souhaite un beau périple en Suisse, Dominique. J'ignorais les contacts entre artistes suisses et russes au XIXe, en particulier autour d'Alexandre Calame, qui a influencé bien des paysagistes.

@ Margotte : Oui, vraiment bien ! A l'entrée, les toiles semblaient un peu perdues dans les grandes salles aux hauts plafonds du Palais de Rumine, mais je me suis vite trouvée sous le charme.

Écrit par : Tania | 03/08/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire