Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/06/2014

Anachronique

le breton,marcher,éloge des chemins et de la lenteur,esssai,littérature française,marche,marcheurs,flâneurs,philosophie,culture« Anachronique dans le monde contemporain, qui privilégie la vitesse, l’utilité, le rendement, l’efficacité, la marche est un acte de résistance privilégiant la lenteur, la disponibilité, la conversation, le silence, la curiosité, l’amitié, l’inutile, autant de valeurs résolument opposées aux sensibilités néolibérales qui conditionnent désormais nos vies. Prendre son temps est une subversion du quotidien, de même la longue plongée dans une intériorité qui paraît un abîme pour nombre de contemporains dans une société du look, de l’image, de l’apparence, qui n’habitent plus que la surface d’eux-mêmes et en font leur seule profondeur. 

David Le Breton, Marcher. Eloge des chemins et de la lenteur

Commentaires

Le mot est dit, néolibéralisme. La croissance économique d'abord.

Écrit par : christw | 21/06/2014

Résistance aussi ce soir sur le trottoir devant le magasin de mon quartier menacé de fermeture...

Écrit par : Tania | 21/06/2014

Soyons résolument subversifs donc!

Écrit par : Colo | 21/06/2014

Comment ne pas être complètement d'accord devant ce texte ? Ce week-end je vais voir un documentaire "résistance naturelle" sur des vignerons italiens. Tout espoir n'est pas perdu.

Écrit par : Aifelle | 21/06/2014

La contemplation, l'émerveillement, l'intérêt pour tout ce qui vit ou tout ce qui a fait notre histoire, on est si loin en effet de l'agressivité à tout bout de champ, du "y'en a marre" permanent dont les auteurs seraient d'ailleurs souvent bien incapables de dire pourquoi. On est à l'opposé de ces modes où il faut forcément posséder toute la panoplie du parfait marcheur , maillot, bandeau, chaussures compensées de grandes marques pour aller plus vite , plus loin ,pour être le meilleur, le plus résistant , le plus "rentable" en quelque sorte.
Pas de place pour les handicapés, les éclopés, la marche est devenue une performance pour cadres dynamiques. Les "battants" et les "gagnants" à la mode Tapie ont voulu remplacer les marcheurs sans ambition, les flâneurs du dimanche, les promeneurs invétérés qui s'arrêtent au moindre vol de papillon.
J'aime décidément beaucoup cet auteur . Merci pour cette (re)découverte Tania .

Écrit par : gérard | 21/06/2014

J'aime beaucoup vos mots Gérard, j'ajouterais que souvent le corps médical (et assimilés-conseilleurs) en rajoutent en recommandant non seulement la marche, mais " plus d'une demi-heure à bon pas sinon elle ne servirait pas à grand chose"!!! Oh!!!
Marcher par devoir, et vite!!
Bonne soirée.

Écrit par : Colo | 22/06/2014

Les vacances approchent, je vais pouvoir ressortir mon compagnon de route, Bouvier.

Écrit par : la bacchante | 22/06/2014

@ Colo : Résolument ! Bon dimanche, amie.

@ Aifelle : Y parlera-t-on du vigneron bio condamné pour ne pas avoir traité ses vignes conformément aux ordres de l'administration ?

@ Gérard : "La contemplation, l'émerveillement, l'intérêt pour tout ce qui vit ou tout ce qui a fait notre histoire", quel beau programme de vie, Gérard, merci pour votre enthousiasme.

@ La bacchante : J'ai encore beaucoup à lire de lui, ses poèmes aussi :

""... kore nani... ?" (qu'est-ce que c'est ?)
fait une voix d'enfant dans la rue
un peu moins de bruit s'il vous plaît
c'est l'exact milieu de ma vie
c'est un peu de mon temps qui passe"

("Le Dehors et le Dedans")

Écrit par : Tania | 22/06/2014

Je ne crois pas Tania, c'est tourné en Italie.

Écrit par : Aifelle | 22/06/2014

Colo, Merci, mais c'est simplement parce que je plains cette société qui a peur de vieillir, qui a fait de son idée de la jeunesse une sorte de compétition permanente avec les autres bien sûr mais surtout avec soi-même et qui est complètement déconnectée de la vraie vie.

Avoir l'air "djeune" est devenu la règle. Peu importe si le coeur se dessèche pourvu qu'on ait mangé 5 fruits et légumes par jour, qu'on ait couru jusqu'à l'épuisement pour être plus performant au bureau ou à l'atelier. La sieste au boulot est même devenue une méthode de management! Les sempiternels "principes de sécurité" ont fini par nous donner la trouille permanente de respirer.

Les vieux sont devenus une charge, un boulet,on se moque pas mal de leur expérience, de leur sagesse, de leur avis, de ce qu'ils nous ont apporté, de leurs sacrifices bien souvent. D'abord s'ils sont vieux c'est qu'ils n'ont pas réussi à rester jeunes !

Dans notre monde occidental éclairé artificiellement par les néons multicolores et bourré de miroirs déformants il suffit d'avoir l'air pour être , C'est la société de la mise en scène permanente donc du mensonge et de l'hypocrisie. "Miroir mon beau miroir"....

Entre les crèmes amincissantes, les électrodes à muscler, les liftings et les boissons énergisantes sans oublier bien entendu le plus voyant c'est à dire la grosse bagnole, il n'y a plus de place pour la rêverie, nous sommes polarisés sur notre nombril ....qui vieillit quand même inexorablement !

Pire même, tant imbus de notre statut d'humains et tellement persuadés de notre supériorité sur tout ce qui vit sur cette planète tous les prétextes sont bons pour la détruire, pour accaparer ses ressources, pour tuer ou "exploiter" tout ce qui peut l'être sans état d'âme. Les "dégâts collatéraux" sont devenus les exceptions qui confirment la règle.

Plus isolés que jamais les un(e)s des autres c'est la course à l'échalote, à la consommation à outrance car il faut absolument se distinguer.
Faire "connu" comme métier est devenu le rêve de beaucoup d'enfants dont l'univers finit par se résumer à un écran de quelques centimètres.
Et gare à celui ou celle qui "ne vit pas avec son temps" , formule préférée des formateurs d'esprits en tous genres dont ceux que vous citez.

Mes mots sont peut-être un peu durs mais c'est ce que je ressens et ce que je vois tous les jours. Heureusement, je sais qu'il reste des ilots de résistance à ce raz-de-marée de "djeunisme" .

Prendre le temps, accepter d'avoir des courbatures, des cheveux blancs, écouter les oiseaux chanter, le vent dans les arbres, observer les étoiles, respecter la nature, essayer de comprendre...

Et surtout arrêter toute compétition, c'est vivre en harmonie avec ce et ceux qui nous entourent, c'est écouter "l'autre" au lieu de le combattre et de le voir comme un ennemi, c'est redonner un peu de vraie jeunesse à nos cerveaux rabougris au lieu de les laisser envahir par la rancoeur ou l'amertume..
La frustration comme mode de vie, ce sont les publicistes et les grosses sociétés-pieuvres qui l'ont inventée ( pardon pour les pieuvres qui sont des animaux très intelligents).

Excusez la longueur du commentaire, Tania , et encore j'ai résumé !! Je ne serai jamais doué pour écrire sur Twitter en 140 signes ce que j'ai sur le coeur .

Très bonne journée Colo ainsi qu'à vous Tania et toutes et tous celles et ceux qui prennent le temps de commenter sur vos blogs respectifs.

Écrit par : gérard | 23/06/2014

Votre description du jeunisme est impeccable, Gérard. On pourrait y ajouter "le poids" des pensions sur le budget des Etats (plus faciles à attaquer que les bonus et autres parachutes dorés).
Sur nos "îlots de résistance", ne plus faire la course est une valeur. Merci de vous être exprimé longuement, pour la bonne cause, de quoi donner du tonus pour toute la semaine. Bonne journée !

Écrit par : Tania | 23/06/2014

Les commentaires sont fermés.