Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/03/2014

Main

cather,willa,la maison du professeur,roman,littérature anglaise,etats-unis,enseignement,famille,jeunesse,main,culture

 

« Tenez-les encore une seconde, sans bouger », dit le professeur, abaissant son regard non sur les turquoises mais sur la main qui les tenait : la paume, musculeuse, striée d’innombrables lignes, les doigts longs et puissants aux douces extrémités, le pouce flexible, d’une forme magnifique, qui s’écartait du reste de la main comme s’il était son propre maître. Quelle main ! Il la voyait encore, avec les pierres bleues posées dessus. » 

Willa Cather, La maison du professeur

 

Deux jours d'escapade,
au plaisir de lire vos commentaires à mon retour.

Tania

Commentaires

Un bien beau passage, Tania. C'est vrai que certaines mains sont admirables. Merci !

Écrit par : Danièle | 18/03/2014

Ce regard sur les mains plutôt que sur les objets désignés est une marque, une attitude d'écrivain.
Il fait mentir la sentence qui veut que l'idiot regarde la main et non la lune qu'elle désigne... ;)

Écrit par : christw | 19/03/2014

@ Danièle : Heureuse que tu l'apprécies. Bonne journée, Danièle.

@ Christw : L'art d'écrire, un art du regard - de l'image ?

Écrit par : Tania | 19/03/2014

Quelle belle description pour quelqu'un qui aime dessiner. La main comme un personnage à elle toute seule emplit toute la page ...
Belle escapade !

Écrit par : saravati | 19/03/2014

@ Saravati : N'est-ce pas ? Merci. Le temps doux était de la partie, contente d'en avoir profité avant le retour de la pluie.

Écrit par : Tania | 21/03/2014

Les commentaires sont fermés.