Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/02/2014

Gevers à Missembourg

Il y a longtemps que je rêvais de voir Missembourg. A Edegem près d’Anvers, ce domaine de sept hectares a vu naître deux écrivains belges : Marie Gevers (1883-1975) et Paul Willems, son second fils (1912-1997). Vie et mort d’un étang (1961) est un livre de Marie Gevers tout entier consacré à Missembourg, où la maison blanche aux trois pignons, sur la plus grande île du huit formé par l’étang, donnait directement sur l’eau au nord-est. 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,culture
Le pont et la grille vers le château de Missembourg

Une amie, il y a quinze ans, y a rendu visite à un neveu de Marie Gevers, le pianiste Frédéric Gevers. J’ai encore deux noisettes qu’elle m’avait ramenées de là-bas et ses photos qui ont glissé hors du livre retiré de la bibliothèque. J’ai eu la chance, l’été dernier, par la grâce d’une autre amie, de pénétrer à Missembourg, domaine privé (partagé après le décès de la mère de Marie Gevers), dans une des maisons basses construites sur la propriété autour du « château », comme on appelait la demeure de Marie Gevers. 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,saisons,pluie,culture

C’est emplie de ces souvenirs que j’ai relu Vie et mort d’un étang. « L’étang », d’abord, où Marie Gevers évoque son enfance auprès de l’eau. Une « pierre gris bleu comme la mer » indiquait quatre mètres au-dessus du niveau de la mer au coin d’un pré. Tout au long de l’année, chacun s’inquiétait du niveau de l’étang et se réjouissait quand la pluie compensait les baisses dues à un été sec. Un trop-plein renvoyait le surplus par un ruisseau de décharge, la Gaute, et « de fossé en fossé » vers l’Escaut.  

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,saisons,pluie,culture
La façade arrière du château de Missembourg (Wikimedia commons)

Marie Gevers n’est jamais allée à l’école. Sa mère lui a appris le français et un instituteur lui donnait des leçons de calcul à domicile. Elevée en français, comme beaucoup d’enfants de la bourgeoisie flamande à cette époque, elle restera toujours attachée à la part flamande de sa vie et de son village. Verhaeren lencourage dans la voie littéraire. Tous les thèmes chers à Marie Gevers, romancière et poète, apparaissent dans ce beau texte attentif aux merveilles de la nature qui ont inspiré, entre autres, Plaisir des météores. 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,saisons,pluie,culture

Son éloge de la Pluie Tranquille y est un leitmotiv, cette bienfaisante « ondée toujours pareille et toujours renouvelée » : « S’endormir par la pluie tranquille un soir où naît le printemps, c’est déjà une bien belle fête. Mais que, pendant toute l’enfance, la fenêtre, au large ouverte, donne sur une eau paisible, qu’il y ait des arbres proches et que nul réverbère ne trouble l’alliance nocturne de la pluie et du monde végétal, ce sera là un grand privilège, dont la sensibilité, pour toujours, restera imprégnée. » 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,culture

L’éveil à la beauté du monde, arbres et plantes, oiseaux et poissons, étoiles, est partout dans ce récit. Et aussi les tours en bateau sur l’étang, les fêtes et les drames, les habitudes familiales, les gens qui travaillent sur le domaine, les visites, les expressions transmises de mère en fille, le passage des saisons et des années sans que rien ne laisse présager la mort de l’étang, due à l’installation d’une ligne de chemin de fer à proximité. 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,saisons,pluie,culture

Dans la préface de Vie et mort d’un étang dans la collection Passé Présent (rediffusée par Espace Nord), Georges Sion rappelle que Marie Gevers trouvait ce texte paru dans La petite Illustration trop court pour faire un livre (environ 80 pages). Elle n’a envisagé de le publier qu’avec un complément : ce sera « La Cave », son journal tenu du 5 décembre 1944 au 10 avril 1945 dans une cave de Missembourg où ils se tenaient et dormaient pour échapper aux bombardements. Une période très sombre, de guerre et de deuil. 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,culture

Alors elle écrit pour retrouver « des points d’appui », contre la peur des bombes, contre le chagrin, et toujours dans la proximité du jardin, des éléments, dans la résurgence des souvenirs. Au plus aigu de la douleur, Marie Gevers garde en elle cette faculté d’émerveillement devant la vie, les choses et les gens – petite fille, elle collectionnait les morceaux de verre pour s’amuser à regarder les changements du monde à travers leurs couleurs. 

gevers,marie,récit,littérature française,belgique,étang,missembourg,enfance,guerre,nature,saisons,pluie,culture

Dans le dernier texte du recueil, « La chambre retrouvée », quelques pages écrites à 75 ans (en 1959), Marie Gevers écrit ceci : « Il faut se sentir fort pour braver une recherche parmi les feuilles mortes du passé, et pour se remémorer les points lumineux. » La lumière de Missembourg, c’est ce qui domine dans Vie et mort d’un étang, de ses livres celui qui m’est le plus précieux.

Commentaires

je n'ai pas lu Marie Gevers mais je viens de noter quelques titres, mais son fils Paul Willems fait partie des lectures qui m'ont comblées
Ce domaine à l'air magnifique

Écrit par : Dominique | 13/02/2014

Répondre à ce commentaire

Oui, Missembourg est un havre de verdure, comme tu peux le voir sur mes photos qui n'en montrent qu'une partie. Tu auras compris quel titre je te recommande pour entrer dans l'univers de Marie Gevers.

Écrit par : Tania | 13/02/2014

Tout me parle dans ton billet, c'est un écrivain que je ne connaissais pas. Tes photos évoquent un havre de paix où l'on doit se sentir bien.

Écrit par : Aifelle | 13/02/2014

Répondre à ce commentaire

je suis très heureuse que tu nous fasses profiter de cette visite! merci Tania

Écrit par : Adrienne | 13/02/2014

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : Je suis heureuse de te faire découvrir ce lieu mythique pour la littérature française de Belgique. Et j'espère que tu liras un jour Marie Gevers, dont l'oeuvre est très riche.

@ Adrienne : Partager une visite, c'est revisiter, quel plaisir ! Bonne soirée, Adrienne.

Écrit par : Tania | 13/02/2014

Répondre à ce commentaire

Je suis éblouie par ce que je viens de lire ici. Un grand merci. Je vais lire les livres de cet auteur... Moi aussi, j'aime la pluie.

Écrit par : Bonheur du jour | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

"Mon père consultait chaque soir son baromètre :
- Rien à faire. Beau fixe.
Et l'on soupirait." (Marie Gevers, Vie et mort d'un étang)

Écrit par : Tania | 14/02/2014

Vivre dans un tel lieu suscite des émerveillements propices à l'écriture d'un livre. Le visiter est un cadeau qui vous permis de vous en imprégner mieux: je vous envie un peu de ce privilège alors que tant d'endroits, plus proches, sont rarement accessibles ou restent définitivement fermés aux visiteurs.

Écrit par : christw | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Je ne me suis pas approchée du château (j'ignore qui l'habite à présent), j'ai emprunté quelques allées aux alentours, respiré l'ambiance de ce havre de verdure, regardé les arbres et le jardin d'un vieux monsieur qui passait son dernier été dans une maisonnette du domaine. Une journée pleine d'émotion, riche en souvenirs.

Écrit par : Tania | 14/02/2014

Je ne connaissais pas cette auteure, cet article donne envie de la découvrir. Vie et mort d'un étang serait une bonne première lecture ?
Le domaine semble être un très bel endroit, très apaisant.

Écrit par : Mina | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Absolument, Mina. Je lis ce récit dans le même enchantement chaque fois que je le reprends.

Écrit par : Tania | 14/02/2014

Merci pour ce très bel article, Tania. Je ne connaissais ni ce lieu, ni cette auteure, mais tous ce qui est dit d'eux nous pousse à vouloir les découvrir !

Écrit par : Annie | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Marie Gevers était très attachée à sa région natale, c'est le décor de tous ses romans, et elle montre la vie simplement, en poète, ce qui la fait toucher, il me semble, à l'universel.

Écrit par : Tania | 14/02/2014

Je reviens dans la blogosphère et quel plaisir de me promener à vos côtés. C'est une chance une enfance dans de telles lieux. je ne connaissais pas cet écrivain, vous me donnez envie de lui rendre visite. Merci

Écrit par : Zoë Lucider | 14/02/2014

Répondre à ce commentaire

Un étang, ça peut mourir? Je croyais que ça s'étendait indéfiniment.

Écrit par : la bacchante | 15/02/2014

Répondre à ce commentaire

@ Zoë : Bonsoir, Zoë, heureuse de vous retrouver ici et d'éveiller votre intérêt pour cette grande dame des lettres belges.

@ La bacchante : Les Gevers le croyaient aussi, confiants dans le renouvellement des saisons, mais l'assèchement du sous-sol en vue de la construction d'un viaduc pour le chemin de fer a entraîné la mort lente de l'étang.

Écrit par : Tania | 15/02/2014

Répondre à ce commentaire

Merci de nous faire découvrir cet endroit peu connu. Je connais Marie Gevers de nom, mais je ne l'ai jamais lue. Bon dimanche Tania.

Écrit par : Un petit Belge | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

Espérons que Missembourg soit préservé encore longtemps - une maison-musée peut-être un jour ? Bonne soirée à toi.

Écrit par : Tania | 16/02/2014

cela a l'air d'un lieu magique!
bonne soirée!

Écrit par : Eimelle | 16/02/2014

Répondre à ce commentaire

Il l'est, et encore davantage à travers les récits de Marie Gevers.

Écrit par : Tania | 17/02/2014

On diait que mon premier commentaire n'est pas passé. Juste pour vous(te) dire que je découvre ici un beau blog au style très personnel et que je vais continuer à m'y promener !

Écrit par : Anne | 03/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci, Anne, et bon succès à votre mois sur les écrivains belges.

Écrit par : Tania | 03/03/2014

Écrire un commentaire