Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2014

Surtout pas

« Mais n’allez pas contre votre époque. Surtout pas. A moins d’être un Sammler et de penser que la place d’honneur se situe en dehors. Quoi qu’il en soit, ce que permettent la distance, l’état de vestige, une lucidité de passage qui se trouve résider dans une chambre du West Side ne donne pas droit aux honneurs. De plus, le monde actuel est si vaste et englobe tant de monde que, habitant du côté des 90e rues Ouest, quand on est réellement là, on est américain. Et le charme, le prestige effréné, l’agitation presque insupportable résultant du fait de pouvoir se définir comme un Américain du XXe siècle sont à la portée de tous. bellow,saul,la planète de mr. sammler,roman,littérature américaine,new york,shoah,juif,cultureDu moins de tous ceux qui ont des yeux pour lire les journaux ou regarder la télévision, de tous ceux qui partagent les extases collectives que sont les informations, les crises, le pouvoir. A chacun selon son excitabilité. Peut-être s’agit-il aussi de quelque chose de plus profond. L’homme s’observe et se décrit en fonction du cours de son propre destin. A la fois sujet, existant ou se noyant dans la nuit, et objet, qu’on voit vivre et succomber, sentant en lui les poussées de l’énergie et les faiblesses de la paralysie – la passion de l’homme qui est dans le même temps le grand spectacle de l’homme, une étrange et profonde manière de s’engager, à tous les niveaux, depuis le mélodrame et le simple bruit jusqu’aux replis les plus inaccessibles de l’âme et les silences les plus rares, là où se loge la connaissance inexplorée. » 

Saul Bellow, La planète de Mr. Sammler

Commentaires

"A chacun selon son excitabilité" ! j'aime beaucoup la formule.

Écrit par : Aifelle | 12/02/2014

Répondre à ce commentaire

L'ironie de Saul Bellow - et sa "passion de l'homme".

Écrit par : Tania | 12/02/2014

Merci pour les fameux extraits.
De le grande littérature, et le regret me taraude de ne pas avoir saisi plus avant Bellow, avec Sammler ou Herzog par exemple. J'avais le choix entre Bellow ou Faulkner et j'ai acheté il y peu quelques poches de celui-ci. L'autre ne perd rien pour attendre.

Content de trouver chez vous ces billets incitants.

Écrit par : christw | 12/02/2014

Répondre à ce commentaire

N'ayez pas de regrets, Faulkner vaut le voyage, il fait partie des écrivains que je compte relire. Bonne après-midi.

Écrit par : Tania | 12/02/2014

Écrire un commentaire