Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/01/2014

Mélancolie

Domenico Fetti-La mélancolie vers 1618-1623.jpg

Parmi les attributs des sciences et des arts qui entourent une femme à genoux, un chien blanc attaché près delle, – une « Madeleine pénitente » ? –, un livre aux pages froissées reste ouvert sur le sol ; un autre, fermé, supporte la tête de mort qu’elle tient de la main droite, la gauche soutenant le front.

Que de signes à lire dans La mélancolie peinte par Domenico Fetti vers 1618. Jaime que le peintre y ait posé cette belle lumière sur un livre au cœur de la méditation. 

Domenico Fetti, La mélancolie (vers 1618) (exposée au Louvre Lens)

LIvre peinture.jpg

 

 

Commentaires

Un tableau étrange, truffé de symboles .. beau détail sur le livre en effet.

Écrit par : Aifelle | 18/01/2014

Répondre à ce commentaire

N'est-ce pas ? J'ai aussi regardé ce jour-là un autre livre, sculpté, sur un sarcophage étrusque dont je parlerai prochainement (je me suis souvenue d'avoir lu un commentaire à son sujet, mais je ne sais plus où). Bon week-end, Aifelle.

Écrit par : Tania | 18/01/2014

Bonjour Tania, je découvre votre blog via celui de Dominique, et cette promenade sur vos pages me ravit !

Écrit par : Marilyne | 18/01/2014

Répondre à ce commentaire

Bienvenue, Marilyne & merci. A bientôt sur votre blog qui vient de mettre la littérature russe à l'honneur, ce qui m'intéresse fort.

Écrit par : Tania | 18/01/2014

en effet, il y a du travail de décryptage, dans ce tableau!
(c'est plus que de la "lecture d'images" ;-))

Écrit par : Adrienne | 18/01/2014

Répondre à ce commentaire

Je te recommande l'étude approfondie d'Anne Larue (premier lien). Bonne soirée !

Écrit par : Tania | 18/01/2014

..et sous le livre, ce chiffon blanc liant quelques branches.
Un noeud. Je le trouve émouvant, comme ceux qu'on faisait dans les mouchoirs pour ne pas oublier...

Écrit par : Colo | 18/01/2014

Répondre à ce commentaire

Ce sont des pinceaux, il me semble. Merci d'attirer l'attention sur ce chiffon noué, effiloché, qui témoigne aussi de la vanité des choses et termine ce parcours du blanc lumineux qui naît dans les nuages, suit les fronces de la manche, se pose sur le livre et puis sur lui. Bonne soirée, Colo.

Écrit par : Tania | 18/01/2014

Le livre froissé est un livre sans écriture, un livre incompris par la pénitente ? Trop éclatant ?

Digression:je lis la brillante réflexion (que je n'ai pas encore terminée) de Black-Lady Marmoth sur la vanité de la peinture: au lieu de le dénoncer elles célèbre l'objet peint. Il en va ainsi de certains livres de guerre, dont le beau style célèbre l'horreur.

Écrit par : christw | 19/01/2014

Répondre à ce commentaire

Livre vide, comme le vase à parfum, ouvert à l'interprétation.
Le peintre célèbre et dénonce, l'allégorie est aussi geste créateur, la question du beau s'y mêle à celle du bien.
Pour ce qui est de la guerre, trouver le ton juste semble une gageure.

Écrit par : Tania | 19/01/2014

Écrire un commentaire