Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/12/2013

Trop jeune

ford,richard,canada,roman,littérature américaine,etats-unis,frontière,apprentissage,criminalité,solitude,jeunesse,culture

« Je n’avais que quinze ans, j’étais plus porté à croire ce que les gens me disaient que les avertissements de mon cœur. Si j’avais été plus âgé, si j’avais eu ne serait-ce que dix-sept ans et le supplément d’expérience à l’avenant, si j’avais eu des idées sur le monde moins larvaires, j’aurais compris que ce que je vivais – mon attirance pour Remlinger, la façon dont j’avais refoulé mes sentiments à l’égard de mes parents – présageait que les ennuis qui le guettaient me guettaient aussi. Mais j’étais trop jeune et trop loin des étroites frontières de ce que je connaissais. »

Richard Ford, Canada

Commentaires

Être trop loin des limites de ce qu'on connaît: ne pas savoir qu'on ne sait pas grand chose. La jeunesse.
À tous les âges aussi: pour paraphraser la chanson, on ne sait jamais mais on sait au moins cela, à un moment donné.

Écrit par : christw | 11/12/2013

Voilà qui me rappelle bien sûr la voix de Jean Gabin :

"Quand j'étais gosse, haut comme trois pommes,
J'parlais bien fort pour être un homme
J'disais, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS

C'était l'début, c'était l'printemps
Mais quand j'ai eu mes 18 ans
J'ai dit, JE SAIS, ça y est, cette fois JE SAIS

Et aujourd'hui, les jours où je m'retourne
J'regarde la terre où j'ai quand même fait les 100 pas
Et je n'sais toujours pas comment elle tourne ! ..."

Bonne journée, Christw, à nouveau un matin lumineux.

Écrit par : Tania | 11/12/2013

Les commentaires sont fermés.