Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/09/2013

A la Villa Noailles

Combien de fois, en passant par Hyères, avons-nous projeté de visiter la Villa Noailles ? Cette fois, nous avions l’adresse et la confirmation de l’ouverture l’après-midi, jusqu’à la fin de septembre. Sans en savoir grand-chose, sinon que son architecte, Rob. Mallet-Stevens, était belge, nous avons emprunté la Montée Noailles en haut de laquelle, première surprise, se dressent les murs d’enceinte d’un monastère disparu. C’est à l’emplacement du clos Saint-Bernard, un terrain sur les hauteurs offert par sa mère au comte Charles de Noailles pour son mariage avec Marie-Laure Bischoffsheim, en février 1923, que le jeune couple décide de faire construire « une petite maison intéressante à habiter ». 

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Passé l’enceinte, deux possibilités : à gauche, l’entrée du parc Saint-Bernard (les jardins en restanques, comme la maison, sont à présent domaine public et de libre accès) ; à droite, une rampe vers la Villa, dont on découvre d’abord le jardin en pointe, comme la proue d’un vaisseau, où les carrés plantés d’aloès alternent avec des rectangles d’émaux de couleurs. Il y manque « La joie de vivre », une sculpture de Lipchitz, qui tournait sur son socle.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Le chemin d’entrée longe la façade du « château cubiste », comme on l’a appelé, et le regard est capté d’abord par le jardin qui lui fait face sur la gauche, pourvu de sièges baroques et colorés et de transats. Les larges baies dans le mur blanc qui le clôture s’ouvrent sur un paysage splendide, plein sud : la végétation, la vieille ville, au loin la mer et les îles d’Or.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

La villa initiale se voulait fonctionnelle avant tout. Le couple d’aristocrates amateurs d’art et de nouveauté s’est tourné vers un architecte d’intérieur décorateur aux conceptions d’avant-garde : « organiser une installation pratique, hygiénique, commode, où règne à profusion l’air et la lumière », tel est pour Mallet-Stevens le rôle de l’architecte moderne. Charles de Noailles veut que tout y soit fait « pour avoir le soleil » et refuse quoi que ce soit de « seulement architectural ». (Il fera détruire le belvédère conçu pour marquer verticalement l’axe central, il n’en reste qu’un escalier ne menant à rien.)

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Du hall d’entrée, on accède par quelques marches au « salon rose » ajouté après coup à l’arrière. Un défi, la pièce ne dispose d’aucune fenêtre. Mallet-Stevens y remédie grâce au vitrail du plafond, un agencement orthogonal de quatre sortes de verre cannelé. Dans le cadre de la huitième édition de « Design parade », festival international de design organisé dans la Villa Noailles centre d’art, on y expose des sièges de Marcel Breuer en tubes et cuir. Inspiré par le guidon de son nouveau vélo, ce « jeune maître » du Bauhaus dessine un mobilier tubulaire aux formes nouvelles. On y reconnaît des fauteuils devenus célèbres, bientôt imités en grande série.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Un long couloir vers la droite mène à deux chambres d’amis au rez-de-jardin, chacune dotée d’un cabinet de toilette, comme toutes les autres (cinq au total, dans la première villa). Le mobilier d’origine manque, on y présente les plans de la maison, des photographies des lieux ainsi que des artistes célèbres qui y sont passés : Cocteau, ami d’enfance de la comtesse, Dali, Buñuel, Francis Poulenc, Braque, Giacometti... Mécènes très actifs, leurs hôtes soutenaient le cinéma, la littérature et l’art. Ils organisaient de nombreuses fêtes où se retrouvait toute l’avant-garde.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Pour meubler leur intérieur, les Noailles se sont adressés à divers créateurs tantôt conseillés par l’architecte, tantôt repérés dans des Salons. Une horloge identique dans toutes les pièces donne la même heure grâce à un réglage centralisé : des aiguilles triangulaires et des chiffres (un cadran de Francis Jourdain) simplement apposés au mur. 

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

De l’autre côté du hall, on accède à un salon de lecture puis à deux salles à manger séparées par des portes miroirs coulissantes. On y montre du mobilier design de l’entre-deux-guerres, comme cette belle lampe en spirale dont je n’ai pas noté l’auteur. Ce qui frappe, 90 ans plus tard, c’est la modernité, la simplicité dont font preuve ces précurseurs.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Les Noailles aimaient le cinéma. Amusantes, ces images de Biceps et bijoux (Jacques Manuel, 1928, illustration ci-dessus), projetées dans une petite pièce près du hall, où l’on voit toute une bande en tenue rayée suivre un cours de gymnastique collectif sur le solarium près de la piscine. Ils ont permis à Cocteau de réaliser Le sang d’un poète. Après le tournage de Man Ray, Les mystères du Château du Dé (1929), Buñuel écrit en partie à la Villa Noailles le fameux Age d’or de 1930 : ce « film surréaliste parlant » produit par les Noailles provoquera un tel scandale qu’il sera interdit en France pendant un demi-siècle ! Et la réputation de ses mécènes en sera très affectée.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

A l’étage, également orientées au sud, la chambre de monsieur, agrémentée plus tard d’une chambre en plein air (on pouvait dormir dans cette petite pièce fermée par des vitres coulissantes). Dans la chambre de madame, des photos, de petites figures féminines de Giacometti, portraits de Marie-Laure de Noailles en pied ou en buste.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Très vite, le couple manque d’espace pour recevoir, pour loger les domestiques. A la villa initiale s’ajouteront de 1925 à 1932 une annexe, des communs, la « petite villa » et puis une piscine, un gymnase, un squash. On ignore qui en sont les concepteurs, Mallet-Stevens n’intervenant que pour le « salon rose » en 1926. Au final, cela fera quelque 1800 mètres carrés habitables et 600 mètres carrés de terrasses.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture
Bio Composite © Mugi Yamamoto, 2013 
http://www.mugiyamamoto.com/ 

Comme la plupart des espaces, actuellement (jusquau 29 septembre), les grandes salles voûtées donnant sur le « jardin cubiste », jadis utilisées pour les réceptions, abritent les œuvres des jeunes designers en concours. Mugi Yamamoto (suisse) présente ses différents essais pour aboutir à un matériau « bio-composite » écologique et recyclable à base de glaise locale (Lausanne) et d’éléments biodégradables, sans cuisson, le résultat final étant assez stable et résistant pour fabriquer des meubles à bon marché.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture
Dyade, 2013 © Julie Richoz
 
http://www.julierichoz.ch/

C’est une Suissesse, Julie Richoz, qui a remporté l’édition précédente de « Design parade ». Elle signe un amusant dessin d’une table où plusieurs personnes occupent des chaises aux formes variées et accueillent la nouvelle venue par cette phrase : « Entre, dessine ta chaise et installe-toi ! » Il faut monter à l’étage de la piscine (la maison s’est agrandie sur le côté et par le haut, le long du terrain en pente) pour admirer quelques-unes de ses créations récentes, dont la plus géniale est sans doute cette lampe « Dyade » mobile, jouant sur le plein, le vide et le mouvement. 

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Avant de redescendre et d’aller vous promener dans le parc, arrêtez-vous un instant sur la grande terrasse solarium qui jouxte la piscine (aujourd’hui vide et recouverte de verre) pour rendre hommage au grand pin parasol qui lui fait face. Vous en verrez d’autres dans les jardins, mais d’ici, cette noble architecture naturelle complète magnifiquement le modernisme de la Villa Noailles.

villa noailles,hyères,architecture,jardins,mallet-stevens,design parade,exposition,culture

Dans un intéressant coffret de trois livrets édité par l’yeuse, La Villa Noailles (2003), François Carrassan donne un aperçu historique (illustré en noir et blanc) des étapes par lesquelles elle est passée : un bref âge d’or (1923-1933), un long déclin jusqu’à ce qu’elle soit achetée par la Ville d’Hyères, en 1973. Trente ans plus tard, sa restauration s’achevait grâce à la volonté de Léopold Ritondale : « C’est un autre paradoxe de l’aventure : quand le temps ne cessait d’aggraver la ruine, que tout était dans l’impasse, savoir que la Villa Noailles serait rendue à sa vérité perdue par le fils d’un jardinier du vicomte devenu maire de la Ville d’Hyères. » (François Carrassan, Une petite maison dans le Midi)

Commentaires

Magnifique et vivant reportage, merci!

Écrit par : VERSUS | 26/09/2013

Visite passionnante en ta compagnie, voilà une propriété que j'aimerais beaucoup visiter un jour.

Écrit par : Aifelle | 26/09/2013

Superbe endroit, merci pour cette visite détaillée. Je retiens une place sur une magnifique chaise longue avec pare-soleil!

Écrit par : Colo | 26/09/2013

@ Versus : Merci de l'apprécier, à bientôt.

@ Aifelle : A ne pas manquer quand tu en auras l'occasion. A combiner avec la visite du musée Bonnard au Cannet ?

@ Colo : Ah, je pensais bien que ces sièges te plairaient ! Et maintenant je vais rendre visite à tes espaces, instants. Bonne journée.

Écrit par : Tania | 27/09/2013

On ne saurait mieux rêver pour visiter virtuellement ce bâtiment qui fût certainement "une petite maison intéressante à habiter".
À l'époque, c'était expérimental, ce qui explique sans doute la nécessité de la restaurer assez tôt après sa construction. Pour le bonheur des visiteurs dont j'espère un jour faire partie.

Il y a toujours une atmosphère de grands moments d'hier dans ces maisons. Ceci me rappelle une visite anodine, la villa Les zéphirs à Westende: elle semblait encore habitée tant elle manifestait de la présence.

Écrit par : christw | 28/09/2013

Oui, dès le départ, il y a eu des problèmes d'étanchéité aux toits terrasses, et après le décès de Marie-Laure de Noailles en 1970, la villa est restée presque vingt ans dans un état de semi-abandon. Depuis 2003, elle est à nouveau un centre d'art.
(Je ne connais pas cette villa de Westende, à visiter à l'occasion.)

Écrit par : Tania | 28/09/2013

Merci pour cette belle visite ! Voir revivre une maison est toujours un plaisir. Alors quand elle est de ce cete qualité et aussi chargée d'histoire c'est encore mieux !

Écrit par : Annie | 29/09/2013

Oui, Annie, cette maison revit vraiment puisque le centre d'art de la Villa Noailles ouvre désormais ses portes toute l'année : expositions de photographie contemporaine, architecture, mode; design (programme sur le site).

Écrit par : Tania | 29/09/2013

J'ai visite la villa de Noailles de nombreuses fois, a l'occasion de mon sejour estival a Hyeres. A leur epoque, on ne descendait pas sur la Cote en ete, cela temoigne deja une enorme revolution au niveaux des moeurs. Avec ma famille on s'y promenait pour decouvrir de nouvelles expositions temporaires, mais cette annee, il s'est passe quelque chose d'extraordinaire, c'est la maison, la cuisine le salon rose, les chambres, la piscine, le gymnase,la terrasse, l'escalier, la salle de bain, les moindres empruntes de ce qui y reste de ce passe feerique, qui nous ont envoutes. J'admire, je respecte et je deplore ce lieu magique.

Écrit par : Sałaj | 08/09/2014

Bonjour, Salaj, merci de partager ici vos souvenirs et vos impressions. La nouvelle édition de Design Parade occupe la Villa Noailles en ce moment et j'espère avoir l'occasion de revoir bientôt cet endroit, magique, en effet.

Écrit par : Tania | 08/09/2014

Les commentaires sont fermés.