Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2013

Drôle de thé

Genève, place du Molard, deux heures du matin. Un jeune Anglais élégamment vêtu se déshabille, puis tombe évanoui comme une masse – il mourra plus tard à l’hôpital, empoisonné.

Louis Dominicé, un vieux professeur de psychologie, dit « le maître ».

Des mouches qui bourdonnent, des nuages d’insectes. Un paquet d’aiguilles.
glauser,le thé des trois vieilles dames,liitérature allemande,suisse,roman policier,genève,culture
Le Dr Thévenoz, fiancé à une Américaine assistante en psycho, Madge Lemoyne, au physique de « madone expressionniste ».

Ronny, le chien de Madge, un airedale.

Le jeune assistant du Dr, Rosenstock, qui trouve que l’hyoscyamine ressemble à « un prénom de femme d’une pièce de Maeterlinck » (la jusquiame des sorcières). Il a deux frères et tombe amoureux de Natalia Kuligina, « incarnation de la Russie éternelle » ou agente quatre-vingt-trois, selon ses interlocuteurs.

Un commissaire à barbiche.

Sir Avindranath Eric Bose, inquiet pour son secrétaire (le mort).

Jane Pochon, « un ancien medium avec qui le maître a travaillé », collaboratrice de Dominicé.

Des bars et des hôtels cosmopolites.

Des hallucinations.

Baranoff, « une personnalité trouble ».

Le correspondant du journal Le Globe, O’Key, rappelé de Collioure où il passait ses vacances – « mais aussi collaborateur de l’Intelligence Service (ce que peu de gens savent) ». Irlandais aux cheveux « rouges », forcément.

Un procureur et sa riche épouse toujours en robe de soie violette.

Un conseiller d’Etat.

La mort d’un pharmacien, second empoisonnement du même type.

Une vieille écrivaine du nom d’Agnès Sorel, « d’une si monstrueuse laideur qu’elle en redevient belle, comme un bouledogue de race », l’une des « trois vieilles dames » qui boivent le thé ensemble.

Des projets de traité.

Un cours de psychologie très couru dans la plus grande salle de l’université.

Beaucoup de questions, quelques interrogatoires.

Un troisième décès suspect.

Mystères, manies et bizarreries.

Humour noir.

Atmosphère, atmosphère.

Pourquoi le professeur, spécialiste des poisons, était-il sorti dans la nuit ?

Où est passée la serviette de Crawley (le secrétaire anglais) ?

Qui se fait appeler George Whistler, dans la maison De la Rive ?

Qui mettra fin à cette série mortelle ? – « Comment dit Arsène Lupin déjà ? Seuls les idiots devinent ? Je ne devine pas, je combine. »

glauser,le thé des trois vieilles dames,liitérature allemande,suisse,roman policier,genève,culture 
Illustration de Hannes Binder pour son livre Glauser Fieber  © Hannes Binder
On devine le visage de l’écrivain Friedrich Glauser.

Friedrich Glauser (1896-1938), « le Simenon suisse » (son Maigret s’appelle Studer) vous invite dans la Genève des années vingt : c’est Le thé des trois vieilles dames, un roman policier traduit de l’allemand par Daniel Renaud. L’écrivain morphinomane – sa vie romanesque a inspiré un film, il a même été mineur à Charleroi –  a donné son nom au Glauser-Preis, « Prix Goncourt » du meilleur roman policier en allemand.

« J’aimerais voir s’il est possible d’écrire des histoires sans sentimentalisme au sirop de framboise et sans rugissements sensationnalistes qui plaisent à mes camarades, les aides jardiniers, les maçons et leurs femmes, en bref, qui plaisent à la grande majorité. » (F. Glauser)

 

Commentaires

ah j'aime découvrir de nouveaux auteurs de polars et celui ci semble bien affriolant, le mélange de psychologie et de poison : mimmm
un auteur dont j'ignorais tout, ma culture augmente grâce à toi, merci Tania

Écrit par : Dominique | 03/01/2013

Un disciple de Simenon (qui me passionne, j'en lis un pour l'heure) ?
Je suis vivement intéressé ! Je ne connaissais pas ce suisse.

Écrit par : christw | 03/01/2013

Ah tiens ! je ne connaissais pas Glauser ni le Glauser-Preis. Je viens de me faire une nouvelle copine allemande qui m'a dit adorer les romans policiers. Peut-être connaît-elle cet auteur et aura t-elle envie de me prêter l'un de ses livres ?
Les polards ne sont pas trop ma tasse de thé mais présenté comme cela, c'est vraiment tentant ! ;)

Écrit par : Euterpe | 03/01/2013

@ Dominique : Ravie de t'en faire découvrir un, moi qui n'en lis guère, tu penses !

@ Christw : Une réédition qui va lui amener de nouveaux lecteurs, je crois.

@ Euterpe : Je ne compte pas en rester là avec Glauser, j'ai noté dans mes recherches d'autres titres qui me tentent. Bonne lecture en version originale, à partager avec tes copines allemandes, certes.

Écrit par : Tania | 03/01/2013

L'eau de framboise, pire que l'eau de rose.

Écrit par : la bacchante | 03/01/2013

Il (en) pleut aussi chez toi ?

Écrit par : Tania | 03/01/2013

Un airedale, une bouledogue....et un (fin) limier. Un thé canin.
Illustration aspirante, brrrrrrrrr.

Écrit par : colo | 04/01/2013

Le U fera-t-il aussi rire?

Écrit par : la bacchante | 04/01/2013

@ Colo : Sans compter les sauterelles et les "symphonies de moustiques dans l'air". Bonne journée, Colo.

@ La bacchante : "U vert" de rire ou de peur ?

Écrit par : Tania | 04/01/2013

je suis en train de le lire - c'est savoureux en diable, un régal d'humour noir :)

Écrit par : niki | 05/07/2013

Heureuse que tu t'en régales, Niki, merci pour ton passage.

Écrit par : Tania | 05/07/2013

Les commentaires sont fermés.