Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/01/2012

Hivers et étés

(Suite du feuilleton tolstoïen d'après Ma vie de Sofia Tolstoï)

 

L’appartement loué à Moscou, trop bruyant, déçoit les époux Tolstoï, mais leurs aînés sont contents de se faire de nouveaux amis, de sortir davantage. Tania fréquente une école de peinture. Tolstoï loue deux chambres dans une annexe pour travailler au calme. Les visiteurs sont nombreux. Tous veulent entendre le point de vue de Tolstoï, ne le partagent pas forcément. Sofia, son « ange gardien » comme disent certains, accouche d’Aliocha (1880).  

tolstoï,sofia bers,ma vie,autobiographie,littérature russe,russie,iasnaïa poliana,famille,culture
Nikolay Nikolayevich Gay (1831-1894),
Portrait de Sofia Tolstoï avec sa fille Alexandra (Sacha) en 1886 

Le tourbillon des visites, sorties, discussions, fatigue à tel point Tolstoï qu’il retourne seul à Iasnaïa Poliana. Une vieille servante prend la défense de la comtesse : « Vous l’avez abandonnée avec les enfants – débrouille-toi – et vous êtes là, tranquille, à vous lisser la barbe. » Sofia est très consciente de l’ennui que représente pour son mari (comme pour elle) le passage de tant de monde chez eux, et tâche d’écarter les beaux parleurs, quoique souvent ce soit lui qui les invite, dans son « insatiable curiosité ».

 

Sans lui, la vie de famille est plus harmonieuse. A distance, son époux exprime plus de compréhension, sinon sa façon de condamner le monde pèse à Sofia. Elle-même est fatiguée par la vie citadine et envisage d’y renoncer, mais Tolstoï décide tout à coup d’acheter une maison à Moscou, avec un grand jardin. Sofia refuse de se charger à nouveau du déménagement et c’est lui cette fois qui s’occupe de tout et aménage les lieux, tandis que Sofia se ressource dans la lecture d’Epictète, Sénèque, Marc-Aurèle, grâce aux traductions de son ami Ouroussov.

 

L’été, ils le passent tous ensemble à Iasnaïa Poliana. On y fait de la musique, on s’amuse avec la « boîte aux lettres », on joue au croquet. La femme d’Ouroussov, revenue de France, glisse à la comtesse qu’elle a fort envie de dire au comte que ce ne sont pas ses principes que son mari aime, mais sa femme... Quand leur fils Ilia tombe malade, atteint du typhus, Sofia n’en peut plus, se plaint que Tolstoï la laisse porter seule le fardeau familial. Lui menace de les quitter, crie, s’en va et ne revient pas de la nuit.

 

Elle le laisse rentrer seul à Moscou avec ses fils. Pendant qu’il aménage la maison, elle lit de la philosophie, les rôles sont inversés. Sofia s’étonne que Tolstoï qui condamne la propriété et l’argent dépense à présent sans compter… pour elle, prétend-il, puis se montre avare dans les petites choses. Après avoir profité du grand air avec les petits, ils vont s’installer dans la maison, agréable, qui les met de bonne humeur. Ils sont ravis. Sofia reçoit chaque jeudi, c’est son jour, selon la coutume.

 

Les hivers à Moscou sont riches en divertissements, Tania s’amuse, sa mère l’accompagne à son premier bal où elle-même, en robe de velours noire avec dentelles, des capucines rouges dans les cheveux, récolte des compliments. Plaisir de s’habiller, d’être admirée. Patinage. Son « compère » Ouroussov vient souvent la voir alors que Tolstoï rentre à Iasnaïa prendre un « bain de campagne ». Elle l’y rejoint au printemps. Un grand incendie dévaste la moitié du village, ils viennent en aide aux sinistrés. Puis les enfants ont la coqueluche.

 

Tolstoï rejette toute propriété et veut tout donner à sa femme, leurs affaires et leurs biens, mais cela l’effraie, elle refuse. En cure à Samara, il lui écrit affectueusement : « Je reviendrai vers toi plus proche que je n’étais parti. » Sofia change peu à peu, elle n’attend plus de lui amour mais assistance. Ses fréquentations l’inquiètent, elle écrit plus carrément à Tolstoï ce qui la tourmente, au risque de se montrer désagréable. Ouroussov, lui, la trouve parfaite. Sofia soigne aussi les paysans avec succès.

 

« Tous les détails de notre vie sont peu intéressants. Mais mon projet était de dresser le tableau le plus minutieux et fidèle de ma vie, sans rien cacher ni embellir, sans négliger les plus menues choses. » Mari et femme optent pour une liberté réciproque. Tolstoï reste à Iasnaïa Poliana, elle passe l’hiver à Moscou. A nouveau enceinte, elle songe à avorter, mais la sage-femme refuse. Si elle donne raison à Tolstoï en tant qu’homme exceptionnel et écrivain, elle le désapprouve en tant que père. En son absence, il y a moins de visiteurs fâcheux, les soirées sont plus joyeuses. Quel contraste entre son mari en paysan sale et Ouroussov, raffiné et affectueux, l’ami à qui elle peut parler en pleine confiance !

 

Chargée de la gestion de toutes les affaires, à bout de nerfs, elle décide pour la première fois de ne plus allaiter. Son mari part alors qu’elle est sur le point d’accoucher de Sacha (1883). Malade, épuisée, elle désespère. A 56 ans, Tolstoï abandonne la chasse, renvoie ses domestiques, lui envoie des lettres apaisées. Mais 1885 est une année noire. Ouroussov tombe très malade, il en mourra. Sofia s’attelle à une nouvelle tâche : l’édition des œuvres complètes de Tolstoï, à l’instar de la veuve de Dostoïevski à qui elle demande conseil. Lui est obsédé par le sens de la vie : « comment vivre cette dernière période selon Dieu c’est-à-dire bien ? » Il voudrait renoncer à tous ses droits d’auteur mais Sofia veille, c’est la seule ressource de la famille.

 

Comme leur père, ses filles deviennent végétariennes. Sofia lui reproche de ne pas s’intéresser aux études et à l’avenir des enfants, lui de travailler trop. Scènes terribles, menaces de divorce. Les enfants pleurent, ils se calment. Et puis Aliocha tombe malade et meurt : « Impossible d’imaginer un malheur plus terrible, plus déchirant, que celui d’une mère qui perd son enfant. » Leur vie en est changée : moins de sorties, de mondanités, Sofia privilégie les relations amicales plus simples.

 

A Iasnaïa Poliana, l’écrivain laboure, obsédé par l’effroyable pauvreté du peuple et la façon de mener une « vie juste » et non chacun pour soi. Il se blesse à la jambe – il sera malade trois mois. Convalescent, il dicte un drame sur la vie du peuple : La puissance des ténèbres. Quand il redevient autonome, il reprend son ton « sec, malveillant, souvent même hostile ». A 43 ans, Sofia est à nouveau enceinte : Vanetchka (1888) naît « faible et maladif ». La même année elle devient grand-mère pour la première fois.

 

Sofia aime les fêtes, la gaieté, la compagnie de gens agréables. Lev Nikolaïevitch désapprouve. De plus, il ne peut se passer longtemps de leurs relations sexuelles, puis proclame que c’est un péché, un mal, et lui en veut. Ils sont pleins de reproches l’un envers l’autre. La sonate à Kreutzer, où la plupart reconnaissent la jalousie de Tolstoï, suscite de la compassion pour son épouse. Le récit, lu partout, est néanmoins censuré. L’écrivain décide d’écrire une Postface pour mettre les choses au point. Sofia y répondra par A qui la faute ?

 

A 46 ans, nouvelle grossesse de Sofia, qui se termine par une fausse couche. Tout devient obstacle entre Tolstoï et elle. Malheureuse du « désamour », de son attitude, de son « impitoyable causticité », elle sait encore se réjouir d’une belle journée hivernale, la décrit dans son Journal. Pour mettre fin aux tensions entre eux, ils décident de vivre « côte à côte », lui dans le monde des idées et le travail manuel, elle à s’occuper de leurs neuf enfants tant bien que mal. Hivers et étés, ville et campagne, disputes et apaisements, séparations et retrouvailles, ainsi va la vie des Tolstoï.

 

(A suivre)    

Commentaires

Belle et Douce Année 2012 !

Écrit par : fifi | 02/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je suis avec passion vos résumés qui me donnent une immense envie de découvrir cette autobiographie! J'aime à la fois la découverte de cet envers du décor ainsi que l'image de Sofia, femme intelligente, de caractère et pleine d'amour pour sa famille. Seulement, je me demande si ce texte, qui doit être bien long, est aussi passionnant que vos comptes rendus si bien écrits. Merci!

Écrit par : Jeanne | 02/01/2012

Répondre à ce commentaire

Je t'avoue ne pas avoir lu ton billet, trop envie de m'y attarder ainsi que les deux précédents. Mais il est plus que temps de te souhaiter une heureuse année livresque et réelle, alors, de tout coeur...

Écrit par : delphine | 02/01/2012

Répondre à ce commentaire

J'ai lu avec intérêt ce nouvel "épisode" de la saga des Tolstoi. Je suis désolé pour la fausse couche mais à 46 ans il fallait si atteindre un peu. Surtout a cette époque. Depuis les choses se passent un peu mieux.

Encore le souhaits d'une Bonne année. Je viendrais lire la suite. Bisous.

Écrit par : Armando | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

Veuillez n'y voir aucune ironie déplacée mais à vous lire, on se retrouve en classe sans aucune envie de regarder par la fenêtre ni de continuer à lire le dernier bouquin entamé et tenu sur les genoux à l'abri du banc.
En classe mais en même temps très loin à l'est où il y a du nouveau. La vie des Tolstoï. Pas celle des propagandes ni des anthologies officielles. La vie qui peut et sait être choquante, blessante, hésitante, horripilante, épuisante, brillante, pas évidente, renaissante...
Merci, Madame la professeur !
Ah, encore un mot si vous le permettez. Appartenant à la génération des gosses qui allaient au cinéma pour aller y suivre, semaine après semaine, des films coupés en épisodes successifs, je vous remercie aussi de renouveler sur votre blog, ces plaisirs prolongés.

Écrit par : JEA | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

Большое спасибо, grâce à toi je "relis" ce gros volume avec un immense plaisir!

Écrit par : colo | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Fifi : Merci, à vous aussi.

@ Jeanne : Oui, Jeanne, c'est long, mais cela en vaut la peine. Toute une vie de famille avec les joies et les souffrances, un couple hors du commun qui se déchire tout en s'aimant, les difficultés du peuple russe... Une somme ! Comme j'ai eu le bonheur d'aller deux fois en Russie et d'y visiter les maisons de Tolstoï à Moscou et à Iasnaïa Poliana (un domaine à visiter absolument si vous en avez l'occasion), je me transporte là-bas en imagination. Bien sûr, soucis domestiques, maladies des enfants, anecdotes, plein de "petits faits" mais sous-jacente, une interrogation perpétuelle sur le sens de la vie.

@ Delphine : Merci, Delphine, que 2012 te donne un peu plus de temps à toi.

@ Armando : Sofia Tolstoï ne s'en cache pas, après neuf enfants, cette fausse couche a plutôt été un soulagement... Merci pour tes voeux, Armando, autant de ma part et à bientôt.

@ JEA : Merci, JEA, c'est la vie dans tous ses recoins, en effet, passionnante par les questions qu'elle ne cesse de soulever - les préoccupations d'une épouse et mère de famille nombreuse et celles de l'écrivain génial toujours sur la brèche. En désaccord mais avec la même volonté d'aller à l'essentiel.

@ Colo : Comme j'aimerais en discuter avec toi en tête à tête ! Bonne journée, amie.

Écrit par : Tania | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

Quel feuilleton ! dans le meilleur sens du terme. Je le suis avec assiduité, et je guette le prochain épisode, en attendant de prendre le temps de m'y mettre moi-même.

Écrit par : Aifelle | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

Douce année non damnée

Écrit par : cactus | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Aifelle : Le temps d'une vie - et quelle vie ! A bientôt, Aifelle.

Écrit par : Tania | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ cactus : Meilleurs voeux piquants au ciné-chineur.

Écrit par : Tania | 03/01/2012

Répondre à ce commentaire

Bonne et heureuse année 2012 Tania !

J'ai, comme à chaque fois, essayé de survoler le billet pour n'en piocher que quelques éléments qui m'intéresseraient plus que d'autres mais j'ai été toute entière aspirée par la lecture du texte, du premier au dernier mot. J'en suis ressortie, comme d'habitude, enchantée, avec l'envie de me précipiter sur le livre pour le dévorer.
Ces présentations plus passionnantes les unes que les autres me consolent de ne pas pouvoir lire chaque livre intégralement, faute de temps. Merci donc mille fois pour cet ineffable plaisir toujours renouvelé !

Écrit par : Euterpe | 04/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Euterpe : Merci, Euterpe, que 2012 réponde à tes attentes et te surprenne... en bien ;-) Sofia Tolstoï recense dans "Ma vie" les propos misogynes de Tolstoï qui ne manquent pas, c'est parfois ahurissant. L'émancipation des moujiks lui tient plus à coeur que celle des femmes, leur misère était insupportable, il est vrai - et en même temps il confie toutes ses affaires à son épouse, il est assez contradictoire sur ce plan.

Écrit par : Tania | 04/01/2012

Répondre à ce commentaire

C'est toujours comme ça. Quand je lis la prose des décroissancistes aujourd'hui, c'est la même chose. On dirait que c'est trop difficile de combiner deux causes. Aujourd'hui, la cause de l'environnement doit impérativement exclure toutes les autres. D'ailleurs la condition des femmes est un non-sujet pour ce mouvement, ou pas loin.
Or aussi bien Tolstoï que les Latouche/Cheynet/Ariès ne comprennent pas que la misère humaine et la destruction de l'environnement sont juste des corollaires de l'esclavagisation et de la maltraitance des femmes.
Brimer les femmes (pour quelques avantages mesquins difficiles à conserver sans utiliser des méthodes indignes) c'est juste brimer l'univers et tout ce qui y vit.

Écrit par : Euterpe | 05/01/2012

Répondre à ce commentaire

@ Euterpe : Le combat de l'égalité est loin d'être achevé, je suis tout à fait d'accord. La vigilance s'impose - aussi pour ne pas reculer.

Écrit par : Tania | 05/01/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire