Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2011

Mots des femmes

Parmi les essais rangés dans la bibliothèque lors du déménagement et que je me suis promis de relire, Les Mots des femmes (1995) de Mona Ozouf.  De madame du Deffand à Simone de Beauvoir, ce sont dix portraits de femmes que l’essayiste accompagne, interroge, commente. La directrice de recherche au CNRS a publié depuis bien d’autres ouvrages de grande réputation que je n’ai pas encore ouverts, comme La Muse démocratique, Henry James ou les pouvoirs du roman (1998) ou Composition française : Retour sur une enfance bretonne (2009), mais pour l’instant je m’en tiendrai à l’introduction de Mona Ozouf aux Mots des femmes, intitulée « Dix voix de femmes ».

 

 

« Le portrait de femme est un genre masculin. Il s’orne rarement d’une signature féminine. Il se soucie peu des mots des femmes. Il a ses grands hommes, ses auteurs canoniques, les Goncourt, Michelet, Sainte-Beuve. Il a ses lois, il a sa manière. Normatif autant que descriptif, il procède d’une conviction forte : l’auteur d’un portrait masculin n’a nul besoin d’une réflexion préalable sur ce qu’est un homme. » Cet incipit donne le ton. Rappelant les termes dans lesquels Michelet présente « la femme telle qu’elle doit être » lorsqu’il écrit Les Femmes de la Révolution – période de l’histoire dont Mona Ozouf est spécialiste – ou ceux de Sainte-Beuve enchanté par la grâce sérieuse de madame de Rémusat, elle veut rompre avec cette image emblématique des femmes « qui produisent des livres exquis et rares, de préférence pour le cercle des intimes, qui passent avec une élégance discrète dans la littérature et dans la vie et ont la pudeur de leur talent ».

 

Cet idéal-type féminin qui pousse Diderot à écrire que « Quand on écrit sur les femmes, il faut tremper sa plume dans l’arc-en-ciel et jeter sur sa ligne la poussière des ailes du papillon » (Sur les femmes) mène à s’intéresser moins à leur singularité personnelle qu’à leur conformité au modèle. Même dans le discours actuel sur les femmes, Mona Ozouf perçoit encore l’empreinte masculine qui définit les rôles et les devoirs, fixe « les règles canoniques du portrait ». Comment s’émanciper de ces représentations dominantes ? C’est ce qu’elle a voulu demander à dix de ces femmes « qui ont abondamment écrit sur la destinée féminine et dont frappe la voix autonome, quand on veut bien l’écouter » : madame du Deffand, madame de Charrière, madame Roland, madame de Staël, madame de Rémusat, George Sand, Hubertine Auclert, Colette, Simone Weil et Simone de Beauvoir.

 

Entendre leur originalité, montrer leur inventivité. En France, selon Mona Ozouf, le féminisme reste tranquille, mesuré, timide, comparé à celui des féministes anglo-saxonnes, au ton plus agressif. Pour les dix interlocutrices françaises qu’elle s’est choisies, elle rappelle que la volonté d’écrire avait un prix, « le prix que doit payer à la société la femme auteur : la marginalité, le ridicule, le manque d’amour, l’affrontement direct et violent avec le monde masculin. » Un tourment décrit « incomparablement » par madame de Staël dont le père ridiculisait la femme qui écrit et dont la mère enseignait que « les femmes doivent briller à la manière des vers luisants, c’est-à-dire dans l’obscurité et faiblement ».

 

Pour solliciter leur témoignage, Ozouf a préféré puiser dans leurs textes les plus personnels : « j’ai interrogé les Mémoires de préférence aux romans, et les correspondances de préférence aux Mémoires. Elles en ont laissé d’immenses et ont dit pourquoi les mots qui voyagent dans les lettres ont un cachet particulier d’authenticité. » Ces dix femmes ne parlent pas d’une seule voix, et leur discours diffère pour dire « l’amour, le mariage, la maternité, les relations entre hommes et femmes, les fortunes et infortunes de la destinée ». Chacune conçoit à sa manière le rapport entre les sexes et le statut de la femme. Il existe néanmoins entre elle des affinités, des liens, parfois même des rencontres.

 

« Quelque chose de plus profond encore les unit toutes : une foi, une inquiétude. La foi est celle qu’elles ont placée dans l’éducation des filles. » En effet, celle-ci ne les prépare pas seulement à une destination ou à un état, mais au-delà, « annonce une émancipation, promet qu’on peut ne pas être ce que l’on est, éloigne la fatale féminité. » Passionnées d’apprentissage, de lecture, en écrivant, elles se délient. L’inquiétude réside dans leur rapport particulier au temps, à leur difficulté à « se défaire de la traîne persistante du passé dans le présent ». Je vous reparlerai sans doute de cet essai, Les Mots des femmes, que suit dans la collection Tel, un Essai sur la singularité française. La belle langue qu’écrit (et que parle) Mona Ozouf n’est évidemment pas étrangère au plaisir de la lire et de la relire.

Commentaires

Je me suis permis de placer un lien vers votre billet en bas de page d'une note que je consacre - pour des motifs un peu polémiques, il est vrai - à la séduction (ici). J'espère que cela ne vous importunera pas.

Écrit par : Jean Jadin | 30/06/2011

@ Jean Jadin : Merci de m'en informer, cela ne me gêne pas du tout. Il y a dans vos "Notes" ample matière à débattre et une mine de lectures à explorer, j'y retournerai.

Écrit par : Tania | 01/07/2011

Madame de Bovary est, selon moi, un des meilleurs portraits de femme écrit par un homme, Flaubert. Je me demande si une Madame Flaubert aurait pu écrire un Monsieur de Bovary...et sinon, pourquoi? Pour moi, la question demeure.

Écrit par : Damien | 01/07/2011

Je ne connais Mona Ozouf qu'à travers ses livres sur la révolution, son "Varennes" et sa collaboration avec François Furet.
Soit remerciée d'avoir déménagé :-) car cela va me valoir une belle lecture manifestement
Et bonheur je viens de tapoter : le livre est toujours disponible hourra

Écrit par : Dominique | 01/07/2011

Merci Tania; comment sortir des représentations dominantes ET se faire entendre ET ne pas être sujet de moqueries etc...
Oui, reparle-nous de Paroles de femmes, excellente idée.
Bon weekend, un beso.

Écrit par : colo | 01/07/2011

Oubli; magnifique tableau aux jeux subtils d'ombres et de lumière.

Écrit par : colo | 01/07/2011

@ Damien : Pour Flaubert, le mal d'Emma Bovary n'est pas exclusivement féminin, son Frédéric Moreau dans "L'Education sentimentale" est d'ailleurs son jumeau au masculin. Quant à la question d'un portrait d'homme par une écrivaine, il en existe, bien sûr, mais peut-être pas d'un type aussi universel.
En tout cas ta question m'incite à reparcourir les rayons de ma bibliothèque sous cet angle, merci, Damien.

@ Dominique : Heureuse de te faire découvrir cet essai controversé, aux dires de Mona Ozouf elle-même dans la postface, accusée d'avoir écrit là "un livre hostile aux femmes, et profondément réactionnaire". Elle y répond aux critiques, notamment à propos de la parité, et rappelle avec humour qu'elle a écrit "Les mots des femmes" "sans être à aucun titre spécialiste de l'histoire des femmes, et donc ni autorisée, ni munie des herbes de la Saint-Jean."

@ Colo : C'est la question. (Euterpe aura certainement bien des choses à nous dire à ce sujet.) Merci pour tes encouragements, j'ai peut-être déjà mis cet autoportrait sur mon blog, mais ici il s'imposait.

Écrit par : Tania | 01/07/2011

En effet Tania, je suis interpellée par ce billet au plus haut point ! Tout à fait d'accord avec Mona Ozouf pour dire que d'interroger les Mémoires en apprend plus sur les autrices que leurs romans puisqu'elles s'y livrent sans fard. Je lis depuis trois jours les Mémoires de Marguerite de Valois et je suis fascinée par la sincérité et la simplicité avec laquelle elle s'exprime. On découvre qu'elle avait des rapports difficiles avec sa mère. Le machisme rend les rapports difficiles entre femmes car elles ne savent pas comment se positionner les unes par rapport aux autres dans une société où elles sont à priori condamnées à être toujours perdantes.

Pour répondre à Colo, je dirais que ce n'est pas possible de sortir des représentations dominantes. A moins d'emballer soigneusement son propos dans un contexte attrayant et de prendre un pseudo masculin, on ne peut pas être prises au sérieux.

Marguerite de Valois a bénéficié par hasard d'une époque plus propice à l'écoute des femmes et a eu la chance insigne de n'être pas insultée comme l'a été sa mère. Ces Mémoires ont longtemps été rééditées. Mais avec l'avénement des Bourbon, cela a changé radicalement pour les femmes jusqu'à aujourd'hui (les Bourbon qui sont encore à ce jour sur le trône d'Espagne !). Cela paraît dérisoire de parler du rôle de la monarchie francaise dans cette histoire de machisme. N'empêche qu'en me baladant en France ces douze derniers jours, j'ai été surprise de m'apercevoir que le livre de Teulé qui massacre LA femme de pouvoir incontournable de la Renaissance, est en vente dans le moindre kiosque de gare et dans la moindre librairie quelle qu'elle soit. Avec en couverture ce visage sanglant toujours placé à portée d'yeux, le regard est irrésistiblement attiré. Alors s'il ne s'agit pas là de propagande machiste, cela y ressemble beaucoup.

Écrit par : Euterpe | 02/07/2011

@ Euterpe : Vous voilà de retour et en forme, merci, Euterpe, contente de vous retrouver. Je viens de lire sur votre blog cette visite guidée édifiante. Oui, la manière de parler d'un homme ou d'une femme, des hommes ou des femmes, se libère trop rarement des représentations dominantes. Et l'on ne peut malheureusement compter sur les médias actuels pour véhiculer d'autres manières de dire, de montrer. J'attends votre chronique sur les Mémoires de Marguerite de Valois, cela va sans dire.

Écrit par : Tania | 02/07/2011

Les commentaires sont fermés.