Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/12/2010

Pour l'artisan

« Comme tout est différent pour l’artisan qui transforme une partie du monde avec ses propres mains, qui peut voir son œuvre comme émanant de son être et peut, à la fin d’une journée ou d’une vie, regarder un objet – que ce soit un
carré de toile peinte, une chaise ou un pot d’argile – et y voir un réceptacle stable de ses talents et un reflet exact de ses années d’efforts, et se sentir ainsi rassemblé en un seul lieu, plutôt que dispersé dans des projets depuis longtemps évaporés, réduits à rien de tangible ou de visible. »

Alain de Botton, Splendeurs et misères du travail (VI. Peinture)

Grilles en fer forgé travail français 1925.jpg

Commentaires

C'est tout simplement exact. Surtout quand il est content de son travail, qu'il a eu le sentiment qu'il ne peut pas faire mieux, pour l'instant.

Écrit par : Damien | 21/12/2010

Répondre à ce commentaire

C'est très juste, dommage que le travail manuel soit si dévalorisé en France, il est pourtant tellement plus gratifiant.

Écrit par : Aifelle | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Magnifique cette grille!
C'est ça, voir le résultat de son travail, quelle rare et grande satisfaction.
Très bel extrait. Bonne journée...cheminée et luge?

Écrit par : colo | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

@ Damien : Ce qu'on appelle le bel ouvrage, oui.

@ Aifelle : En Belgique aussi, on valorise surtout l'enseignement général et on manque d'artisans. A quand une véritable promotion des métiers de l'artisanat ?

@ Colo : Tu aimes aussi cette grille art déco ! (Oui, de la luge aujourd'hui pour remplir la hotte de la mère Noël.)

Écrit par : Tania | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

"se sentir rassemblé en un seul lieu" que ce soit pour l'artisan ou l'artiste, c'est une satisfaction rencontrée dans l'aboutissement de chaque oeuvre ou ouvrage. très bel extrait.

Écrit par : delphine | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

@ Delphine : Cette expression me parle aussi, Delphine. Le peintre Taylor, à peindre obstinément le même chêne, l'incarne à merveille.

Écrit par : Tania | 22/12/2010

Répondre à ce commentaire

Très bel extrait : travailler pour être rassemblé en un seul lieu !!
Malheureusement, je crois que les artisans et les artistes sont rarement satisfaits et donc la dispersion se poursuit... inexorablement ;-)

Écrit par : MH | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

@ MH : L'insatisfaction peut être un moteur ? La dispersion aussi porte des fruits, c'est le principe des semeurs et des semeuses.

Écrit par : Tania | 23/12/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire