Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/12/2010

Sorcières

Ils n’étaient pas perdus mais les voilà retrouvés, ces quatorze numéros de Sorcières, revue bimestrielle, conservés comme une trace précieuse de ces années-là, de ces années 1975 à 1980 où le féminisme s’épanouissait en réunions et en périodiques (Des femmes en mouvements, F magazine dans sa première version, Voyelles, Cahiers du GRIF…). C’était joyeux, libérateur, convivial, loin des clichés qui réduisent le féminisme à quelque posture misandre et radicale.

 

Sorcières 4.jpg

 

Sorcières (Editions Albatros, Paris) porte en sous-titre : « Les femmes vivent ». Pourquoi Sorcières ? Xavière Gauthier, directrice de la publication, répond dans l’éditorial du premier numéro sur le thème de la nourriture : « Parce qu’elles dansent. Elles dansent à la pleine lune. Femmes lunaires, lunatiques, atteintes – disent-ils – de folie périodique. Gonflées de révolte fulgurante, de colère bouillonnante, gonflées de désir, elles dansent sur la lande sauvage des danses sauvages. Sauvages, comme l’homme blanc le dit des autres ethnies ; sauvages comme l’Etat et le syndicat le disent de certaines grèves, de certaines crèches. Elles dansent, sauvages et irrécupérables, comme le désir. » Les femmes chantent, elles vivent, elles jouissent. Pour chaque numéro, « sur un thème choisi, un véritable groupe de travail peut se créer, où chacune peut réellement discuter, suggérer, investir quelque chose d’elle-même, mettre en jeu ses joies, ses questions, ses forces, ses désirs. »

 

Dès le début, des signatures connues – Hélène Cixous, Annie Leclerc, Marguerite Duras (sa recette de la soupe aux poireaux), Chantal Chawaf – se mêlent à de simples prénoms ou pseudos – Igrecque, Léni, Katia, Elizabeth, Marie-Hélène, … A la rubrique des livres : Viviane Forrester, Nancy Huston, Julia Kristeva, entre autres. Des textes littéraires, des réflexions, des témoignages, accompagnés d’illustrations originales et impertinentes en noir et blanc : photomontages, dessins, photos, caricatures, également signés par des femmes. Les thèmes ? La voix (2), se prostituer (3), enceintes – porter, accoucher (4), odeurs (5), prisonnières (6), écritures (7), fidélités (8), le sang (9), l’art et les femmes (10), espaces et lieux (11), théorie (12), poupées (13), la mort (18). A chaque numéro de 64 pages., une nouvelle couleur pour la couverture au format 16,5 x 24.

 

Avant de leur offrir une place dans ma bibliothèque réinstallée, j’ai feuilleté mes Sorcières au plaisir de la redécouverte. Intéressant, quelque trente ans plus tard, de voir ce que j’ai coché, souligné, marqué d’une croix (au crayon comme je le fais encore aujourd’hui, parfois en rouge, folle jeunesse). Un poème de Catherine Ribeiro, « De cette voix surgira la vie ». Un paragraphe de Claudine Herrmann : « La femme qui s’attaque au langage me paraît devoir combattre une double difficulté : d’un côté, l’affleurement de nouveaux signifiés, particulièrement nombreux (exprimer ce qui ne l’a pas été parce que c’étaient des concepts féminins), de l’autre, travailler le langage pour qu’il devienne perméable à ces nouveaux concepts. »

 

A partir du numéro 10, Sorcières a été publié chez Stock. Le prix entre-temps est passé de 12 à 15 FF, puis pour sa nouvelle formule augmentée de cent pages et d’une nouvelle inédite, à 38 FF. Diverses rubriques complètent le sommaire et le dossier thématique : livres, peinture, sculpture, théâtre, cinéma, faits, courrier, et pour terminer, «  informations… luttes… initiatives… de femmes ». La revue s’éteint en 1982.

Les sorcières sont à la une chez Euterpe, Septimus les entend sur les toits. Depuis que je me suis mise à ce billet, je chante avec Pauline Julien la chanson d’Anne Sylvestre. Connaissez-vous ces Sorcières ?

Commentaires

Oh oui! Que de souvenirs! J'ai encore chez moi, qui ont résisté à tous mes déménagements, quelques numéros dont La voix et L'écriture.
De beaux textes, "Joyeux et libérateurs", oui ce l'était....et n'est pas si démodé que ça:))
"J'étais celle qui attend
Mais je peux marcher devant,
J'étais la bûche et le feu
L'incendie aussi je peux"....

Et puis rassurer, c'était(c'est) si important,
"me voilà comme une vague,
vous ne serez pas noyés".

Merci bruja, je t'embrasse.

Écrit par : colo | 02/12/2010

Répondre à ce commentaire

Je vois que nous avons eu les mêmes lectures, à lire ce billet je me souviens de manifestations dans les rues de Lyon où je m'égosillais à l'époque derrière Gisèle Halimi et consoeurs !
Les femmes qui jouissent et qui deviennent maitresses de leur corps

Aujourd'hui le combat n'est pas terminé quand on voit les restrictions pour accéder à l'avortement ou les violences conjugales ou la parité des salaires mais je suis optimiste en voyant mes 3 filles .......

Écrit par : Dominique | 02/12/2010

Répondre à ce commentaire

C'est une revue que je ne connais pas, pourtant le féminisme ne m'était pas étranger, ni les femmes citées, mais j'étais bien perdue dans ma campagne.

Écrit par : Aifelle | 02/12/2010

Répondre à ce commentaire

@ Colo : Je me souviens, nous nous souvenons... Chantons, chantons. Baisers.

@ Dominique : Votre optimisme me réjouit, Dominique, et je partage votre constat, il reste néanmoins beaucoup à faire.

@ Aifelle : J'achetais "Sorcières" dans une petite librairie engagée sur le campus de Louvain-la-Neuve, les villes universitaires sont un bon terreau pour tous les mouvements...

Écrit par : Tania | 03/12/2010

Répondre à ce commentaire

C'est gentil à vous de m'avoir cité, accueillant les sorcières, la nuit sur mon toit! C'est vrai qu'elles donnent à vivre, ces sorcières! Faut s'accrocher!

Écrit par : septimus | 05/12/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire