Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/08/2010

En exil

« Nous vivons en exil. Ce que nous étions et voulions rester et peut-être étions destinés à devenir, nous le perdons. En échange, nous trouvons autre chose. Même quand nous pensons trouver ce que nous cherchions, c’est en vérité quelque chose d’autre. » 

Nolde Frère et soeur.jpg
Nolde, Frère et soeur © Nolde Stiftung-Seebüll

(…) « Voyez un peu cette Ilse ! Les autres étaient soufflés; ils ne la connaissaient pas ainsi. Elle avait retrouvé un éclat, non pas de jolie blonde, mais d’une personne sûre d’elle et assoiffée d’activité. Et c’était contagieux – les autres furent plus gais. L’un après l’autre, ils racontèrent ce qu’ils avaient rêvé jadis et dans quel exil ils s’étaient retrouvés et comment, avec cet exil, ils s’étaient réconciliés. »

Bernhard Schlink, Le week-end


Commentaires

Ah Bernhard Schlink ! J'ai lu et relu "Le liseur" en version originale. Quel écrivain !

Écrit par : Euterpe | 11/08/2010

J’ai lu la biographie de Bernard Schlink et j’apprends avec intérêt que cet Allemand fait entendre la voix de ses compatriotes « d’après-guerre » et que (je cite) son « roman pose des problèmes d’éthique, ceux de la culpabilité et du rapport entre comprendre et juger et évite le terrible écueil de la banalisation des crimes de guerre nazis qui aurait pu lui être reproché » ... Je me trouve moi-même confronté à une nécessité d'ordre familial de devoir comprendre et accepter sans juger les descendants des criminels de guerre nazis et leurs complices.

Je signale aux habitués des publications de Tania que j’ai publié, hier, un appel du Prix Nobel Christian de Duve pour mettre en garde les responsables politiques et religieux de notre planète sur le danger de surpopulation qui nous guette avec ses conséquences dramatiques ... Il est urgent que nous ne mettions en place une politique de limitation de la prolifération de l’espèce humaine.

Pour atteindre cet appel sur un moteur de recherches : soit « Relais d’un appel » soit « philippemailleux.blogs.lalibre.be »

Écrit par : doulidelle | 11/08/2010

Aller au-delà de ce que l'on connaît et devoir y reconstruire, malgré soi, une existence différente; vivre comme "un acrobate sans filet" comme dit Amin Maalouf.
Réconcilier rêves et réalités, se réconcilier, que de beaux sujets.

Écrit par : colo | 11/08/2010

@ Euterpe : En version originale, bravo !

@ Doulidelle : Un des personnages du roman rapproche terrorisme et nazisme - "Vous vous êtes excités contre la génération de vos parents, la génération des assassins, mais vous êtes devenus exactement pareils."

@ Colo : Tu as bien compris ce qui me plaît dans ce passage, l'idée de reconstruction.

Écrit par : Tania | 12/08/2010

Les commentaires sont fermés.