Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/06/2010

Dans la crise

Florence Aubenas, dans son avant-propos au Quai de Ouistreham (2010) – un titre qui rappelle Le Quai de Wigan d’Orwell (1937) sur les conditions de vie des mineurs anglais et l’exploitation sociale dans les années 1930 –, explique dans quel contexte elle a décidé de se rendre à Caen pour chercher anonymement du travail : « La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu’en dire, ni comment en prendre la mesure. » La journaliste française y va sous son vrai nom, mais sous une autre apparence, blonde avec des lunettes, pour éviter d’être reconnue (sa détention en Irak a fait d’elle une figure médiatique). Une quête clandestine qu’elle arrêtera le jour où elle décrochera un CDI (contrat à durée indéterminée). De février à juillet 2009, elle a vécu dans une chambre meublée à Caen, où elle est retournée pour écrire ce livre.

 

 

Cela commence avec un entretien d’embauche pour un poste de gouvernante, mais elle ne veut pas entrer au service de particuliers ni vivre dans leur intimité. Les agences d’intérims la repoussent : elle n’a aucune expérience, on considère comme « le fond de la casserole » cette femme de quarante-huit ans qui n’a jamais travaillé, avec juste un baccalauréat, séparée d’un homme qui a subvenu à ses besoins pendant vingt ans. « C’est Pôle Emploi qui m’a proposé de devenir femme de ménage. » Dans le hall impersonnel de l’agence de Caen où elle s’est inscrite, il y a des jours calmes et d’autres où quelqu’un explose – « J’ai be-soin de tra-vailler » – avant qu’on l’emmène à l’écart. Un film passe en boucle et  répète : « Vous avez des droits, mais aussi des devoirs. Vous pouvez être radié. » Les travailleurs sociaux sont priés de faire du chiffre, il faut réduire la durée des entretiens, bientôt on les remplacera par des commerciaux. Depuis l’hiver 2008, la France compte trois mille chômeurs de plus chaque jour.

 

Au Salon pour l’emploi de Bayeux, elle fait la connaissance de Philippe, un divorcé, qui l’invite à déjeuner. Il est en quête d’un emploi, et aussi d’une femme. Elle s’invente un mari, ils sympathisent. Au centre de formation professionnelle, certains se sont inscrits au stage propreté simplement pour éviter d’être radiés, une dizaine de personnes attendent. « La qualité principale consiste à travailler vite », commente une formatrice en leur montrant des diapositives. Suivent des conseils sur l’attitude à adopter sur le lieu de travail, puis un stage pratique, en particulier sur l’utilisation de « la Bête », la monobrosse qui fait peur à tout le monde et qu’il faut savoir maîtriser.

 

Partout, la journaliste écoute, regarde : Karine, 25 ans, mise à la porte d’une boîte « grand style » pour avoir dit à la patronne de sortir son chien, qui faisait ses besoins partout, après avoir nettoyé plusieurs fois la moquette sur son passage ; Victoria, 70 ans, syndiquée, rencontrée à une grande manifestation contre la crise en mars 2009, fille de fermiers, « placée » chez sa tante à 15 ans. Tout le monde met Florence Aubenas en garde au sujet de l’annonce offrant du travail sur le ferry-boat à Ouistreham, un boulot pire que tout, « le bagne et la galère réunis ». Elle va se présenter Quai Charcot. Il lui faut une voiture, elle en déniche une vieille grâce à Victoria, qu’elle baptise « le Tracteur ». A la formation, elle apprend à « faire les sanis » à la manière de Mauricette – moins de trois minutes à coups de pulvérisateur et de chiffons, un rythme effrayant : « L’heure de travail dure une seconde et une éternité. »

 

Le Quai de Ouistreham raconte la vie au jour le jour d’une candidate au travail, les horaires impossibles, les rendez-vous au Pôle Emploi, les expériences, les rencontres, les mille et une façons de vivre ou survivre en dépensant le moins possible. Florence Aubenas témoigne pour celles et ceux qu’elle a vus travailler, se rebeller ou s’écrouler, elle décrit aussi l’attitude des employeurs, les respectueux et les arrogants. L’énergie physique, la résistance morale, où les trouver quand on a l’impression de passer son temps « à rouler, en pensant sans penser, la tête traversée par des combinaisons compliquées d’horaires, de trajets, de consignes » ? – « Dormir est devenu une obsession. » Au lieu d’un emploi, elle a trouvé « des heures ». Et tout cela pour quel résultat ? Moins de 700 euros par mois. « On travaille tout le temps, sans avoir vraiment de travail, on gagne de l’argent sans vraiment gagner notre vie. »

Après avoir partagé six mois ces conditions de vie, gênée de sa maladresse par rapport à ses collègues de travail, Florence Aubenas se voit proposer un CDI. Elle ne veut pas bloquer un poste réel, y renonce. Elle a un livre à écrire, sur la crise, c’est-à-dire sur les gens dans la crise, des hommes et ici surtout des femmes, des jeunes et
des vieilles, broyées par le travail précaire, des êtres humains trop souvent invisibles dans notre société. Comme le précise son éditeur dans un entretien, « Ce n'est pas un livre de journaliste, ce n'est pas seulement une enquête. C'est un livre sur les gens, avec des portraits pleins d'empathie. Florence Aubenas a un talent pour capter la vie des gens, qui est pour beaucoup dans le succès du livre. »

Commentaires

Un livre sur les nettoyeurs de chiottes... on en sort pas indemne.

Écrit par : MH | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

Le monde du travail (ou de la quête d'un travail) est devenu tellement impitoyable que cela donne envie de pleurer. Billet magnifique pour ce qui est probablement un bon livre.

Écrit par : Damien | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

Sujet bien à propos en notre temps de chômage et de déchéance professionnelle … « fond de la casserole » … merci à Tania pour cette magnifique relation de la rescapée d’Irak, Florence Aubenas, qui s’est investie personnellement dans un marché du travail sursaturé …

Écrit par : doulidelle | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

Un livre que j'emmène en voyage avec moi, je reviendrai lire ton billet à mon retour.

Écrit par : Aifelle | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

Captivée au sens propre par cette présentation magistrale ! Merci beaucoup, Tania.

Écrit par : Euterpe | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

Pardon pour l'expression violente de mon premier commentaire mais certains passages du livre sont très durs.

Écrit par : MH | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

@ MH : Oui, MH, Florence Aubenas décrit sans ambage les corvées nauséabondes et aussi l'insupportable "invisibilité" des nettoyeurs pour la plupart de ceux qu'ils rencontrent sur leur lieu de travail.

@ Damien : Merci, Damien. Le succès inattendu du livre (210.000 exemplaires vendus, 4 réimpressions, selon Le Nouvel Obs. en mars dernier) montre à quel point la réalité de cet "univers impitoyable" suscite d'intérêt.

@ Doulidelle : Sur cette grande journaliste, un lien vers un compte rendu très intéressant d'Eloïse Trouvat - http://www.fragil.org/focus/1422 (6/6/2010)

@ Aifelle : Tu nous écriras tes impressions ?

@ Euterpe : Merci de faire passer ici une muse, je vais passer chez vous à mon tour.

Écrit par : Tania | 11/06/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire