Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/05/2010

Villa Empain

Ouverte au public depuis le 23 avril 2010, la Villa Empain, au n° 67 de la prestigieuse avenue Franklin Roosevelt à Bruxelles, retrouve enfin la fonction que lui destinait Louis Empain lorsqu’il en fit donation à l’Etat belge en 1937 : « servir de Musée des arts décoratifs contemporains ». La fondation Boghossian qui a acquis ce chef-d’œuvre de l’art déco en 2006 et l’a fait restaurer y présente une belle exposition intitulée « Itinéraires de l’élégance entre l’Orient et l’Occident » jusqu’au 31 octobre 2010.

 

Villa Empain.JPG

 

Louis Empain n’a guère vécu dans cette maison. Après l’avoir reçue, l’Etat belge a confié à l’Ecole de la Cambre la direction d’un Musée des Arts décoratifs, comme prévu, mais l’armée d’occupation allemande a réquisitionné la villa en 40-45 et après la guerre, elle est devenue l’ambassade d’URSS, au grand dam du donateur qui a rappelé les conditions de la donation et a fini par récupérer sa propriété pour en faire un Centre multiculturel. Plus tard, elle sera vendue, puis louée à la chaîne RTL pour son siège en Belgique, jusqu’en 1993. Au début des années 2000, elle est à l’abandon, partiellement détruite et vandalisée. Une restauration de grande envergure
a donc été nécessaire.

 

Le résultat est somptueux. La villa même éblouit d’abord. Louis Empain, second fils du richissime Edouard Empain, homme d’affaires wallon au parcours remarquable (connu en France pour sa réalisation du métro parisien), a confié sa construction à l’architecte suisse Michel Polak au début des années 1930. Celui-ci avait conçu le fameux Résidence Palace et était devenu une figure marquante de l’art déco bruxellois. Pour la Villa Empain, il allie le luxe des matériaux et des détails aux lignes simples et symétriques de l’architecture moderniste sans ornementation superflue : façades en granit poli, cornières en laiton dorées à la feuille sur les angles de la maison et autour des baies vitrées, marbres et bois précieux à l’intérieur.

 

Villa Empain (1).JPG

 

La ferronnerie des grilles côté rue annonce un portail d’entrée somptueux en haut de l’escalier, aux motifs géométriques réguliers en noir et or. A peine les portes franchies, c’est la lumière qui frappe le regard, celle de la grande verrière du hall central tout en marbres de diverses tonalités et, dans l’axe de l’entrée principale, celle des baies vitrées côté jardin. Les pièces sont disposées autour de ce grand hall, de façon classique et équilibrée, donnant une impression de calme et d’harmonie.

 

L’exposition débute au rez-de-chaussée dans le salon intime, à gauche, couvert jusqu’au plafond de bois sombre et poli, et puis se déploie dans les salles de réception d’où l’on découvre le jardin et son immense piscine entourée d’une pergola. Elle se poursuit à l’étage. Le thème de l’élégance, plutôt vaste, se décline ici dans l’optique
de « la qualité des choses » et de l’influence des cultures orientales sur l’Occident. Dans chaque pièce, l’ancien et le moderne se côtoient, des artistes contemporains aussi.
Ainsi, près du bar du salon intime, où l’on a refait à l’identique une fontaine en argent en forme de poisson, on expose un narguilé contemporain très design de
Nedda El Asmar, dans une vitrine, un beau chat de bronze noir d’Edouard-Marcel Sandoz. Au mur, des miniatures persanes prêtées par le Musée des arts décoratifs de Paris, au milieu, des porcelaines turques anciennes. En sortant, j’admire encore les portes en bois de Cuba magnifiquement restaurées.

 

Villa Empain (2).JPG

Dans le hall, un gigantesque collier de perles creuses mouchetées d’or de Jean-Michel Othoniel et au fond, se faisant face, un Bouddha et un Moine en bronze doré. Dans les pièces de réception, deux sculptures abstraites en granit noir d’Armen Agop dans le salon d'honneur, sous une superbe verrière de Max Ingrand. A gauche, de beaux objets divers : luth vietnamien à trois cordes, bijoux, petites sculptures, théière chinoise en porcelaine blanche du XVIIe siècle, flacons à sel, service à thé, nécessaire de toilette Vuitton… Suspendue, une robe chinoise en soie du XIXe siècle à fleurs roses sur fond mauve, surmontée d’une superbe collerette, au-dessus d’une jupe orange aux motifs végétaux. A droite, près d’un plat fleuri en faïence noire de l’atelier Gallé,
luisent de beaux vases asiatiques dans des tons de rouge foncé. Un reliquaire tibétain, une tasse à thé et sa soucoupe en cuivre argenté et jade, des objets prêtés par les Musées Royaux d’art et d’histoire de Bruxelles. Une jolie assiette fleur d’Auguste Delaherche. Une impressionnante théière ornée d’argent et de pierres précieuses (Tibet, XVIIIe), avec une anse dragon.

Près de l’escalier vers l’étage, un grand brasero aux émaux cloisonnés de couleur turquoise est surmonté d’un éléphant doré. Au-dessus des marches, de longs pans de papier peints par Bang Hai Ja, une artiste coréenne. Cela s’appelle « Lumière née de la lumière ». A l’étage, autour du puits central, un garde-fou en fer forgé reprend les motifs d’en bas. Les pièces qui se répartissent autour proposent encore plein de choses intéressantes : des photos (notamment des tirages délicats de Masao Yamamoto), des boîtes précieuses, des livres anciens, de très belles estampes signées Utamaro, Hiroshige, une robe finement plissée d’Issey Miyake… Un coup de cœur pour les grands plats bleus en semi-porcelaine de Kimura Yoshiro. 

 

Villa Empain (3).JPG

 

Vous aimerez peut-être aussi la salle consacrée aux peintres orientalistes, les mosaïques vertes et bleues du cabinet de toilette. Plus que les énormes bijoux asiatiques, j’ai admiré de petits objets précieux (briquets, poudriers, bijoux rares)
issus des collections Boghossian et Cartier - des salles surveillées de près. Et une jardinière de Zadok Ben David : dans une vitrine serre, un parterre de fleurs en silhouettes, noires devant, colorées derrière, qui se reflètent dans un miroir au fond, où elles se dédoublent. Leur ombre dessinée au sol accentue leur présence, l’effet est magique.

 « Il faut avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue pendant qu’on les poursuit. » Jean Boghossian cite cette phrase de Faulkner dans sa préface à La Villa Empain, histoire et restauration, un livre édité par la région de Bruxelles-Capitale. Sa fondation familiale, vouée d’abord aux actions humanitaires, en Arménie, en Syrie et au Liban, a élargi son engagement à la défense de valeurs humanistes. Elle veut faire de la Villa Empain un Centre d’art et de dialogue entre l’Orient et l’Occident. L’art rapproche les hommes et est un facteur de paix, c’est son credo, alors que « les guerres ne sont gagnées par personne, elles sont toujours perdues », ajoute Jean Boghossian. La tunique originale des attachées au musée a été dessinée par des stylistes de La Cambre et brodée au point de croix par des brodeuses palestiniennes. C’est bien dans l’esprit de cette grande demeure bruxelloise, nouveau lieu de rencontre entre les civilisations.

Commentaires

Je suis ravie d'apprendre que Bang Hai Ja a participé à cette rénovation, c'est une artiste dont je ne rate pas les expos quand il y en a à Paris. Ce lieu est magnifique, c'était une époque faste en architecture.

Écrit par : Aifelle | 10/05/2010

C'est merveilleux, quel trésor, quels trésors!

Écrit par : Edmée | 10/05/2010

Passionnant. Merci pour les nombreux liens.

Écrit par : MH | 10/05/2010

C'est superbe.
Quel travail de documentation tu as réalisé là!(j'ai tout lu, oui, oui!)
A propos de chats...il n'y en avait pas un seul quand tu y es allée?
Un beso.

Écrit par : colo | 10/05/2010

Cette maison représente pour moi surtout RTL-TVI à la fin des années 80-début des années 90, mais je suis ravi d'apprendre le reste de son histoire et sa ré-ouverture. Une visite à faire cet été. Bonne semaine.

Écrit par : Un petit Belge | 10/05/2010

Très envie de visiter ce site prestigieux...
Merci pour cet article si bien documenté...

Écrit par : Coumarine | 10/05/2010

C'est étrange, à la fin d'une visite, nombreux (masc. gram.) sont les guides à supplier presque : "n'oubliez pas le...guide !"
Avec vous, grâce à vous, la question ne se pose même pas. Impossible de ne pas rester comme émerveillé de vous avoir suivie dans le labyrinthe de cette Villa.

Écrit par : JEA | 10/05/2010

@ Aifelle : La présence d'artistes contemporains près d'oeuvres anciennes m'a beaucoup plu. N'ai-je pas lu chez toi un billet au sujet de Bang Hai Ja ? J'ai cherché sur ton blog mais pas trouvé, merci d'indiquer le lien éventuel.

@ Edmée : Chacun peut y trouver de quoi s'émerveiller, oui.

@ MH : Plein de fenêtres à ouvrir, des bouffées d'air frais !

@ Colo : Pas de chat errant en vue, non, mais celui de Sandoz vibrait d'une belle présence silencieuse.

@ Un petit Belge : Savez-vous que la chaîne avait même démonté la baie vitrée à l'arrière pour faire entrer la voiture de Jacky Ickx en studio ?

@ Coumarine : J'imagine que tu auras bientôt l'occasion de te rendre dans cette belle avenue ;-)

@ JEA : Merci pour la guide.

Écrit par : Tania | 11/05/2010

Une visite passionnante et éclairante, elle vient illustrer des noms entendus et le nom d'Empain était resté pour moi lié à un enlèvement , c'est très agréable Tania de vous suivre sur des chemins différents

Écrit par : Dominique | 11/05/2010

@ Dominique : Ravie que ce chemin vous plaise, Dominique.
L'affaire Empain a fait la une, c'est vrai, surtout avec cette phalange qu'on lui avait coupée pour forcer la remise d'une rançon. Résumé sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Empain

Écrit par : Tania | 11/05/2010

Tu as une bonne mémoire. Je n'ai pas fait un billet à proprement parler sur elle. J'avais commencé l'année 2009 avec une de ses toiles et un de ses poèmes. http://legoutdeslivres.canalblog.com/archives/2009/01/01/11927068.html

Écrit par : Aifelle | 12/05/2010

zut alors quelle envie! J'avais programmé sa visite dans le cadre d'un événement professionnel, sauf que mes patrons dans le cadre de l'amicale de ***** la visitaient déjà... Je vais donc en faire une visite privée et familiale dont voici un excellent avant-goût! Merci tania

Écrit par : delphine | 12/05/2010

@ Aifelle : Merci pour le lien. Bonne journée malgré les ennuis techniques.

@ Delphine : Bonne visite en toute quiétude, Delphine.

Écrit par : Tania | 13/05/2010

Eblouissant, merci

Écrit par : lisa valentin | 14/05/2010

@ Lisa Valentin : Merci du petit mot, Lisa.

Écrit par : Tania | 15/05/2010

Très belle visite, en effet. Pas mal de choses surprenantes.
Amicalement Eric.

Écrit par : Pergola bois | 10/07/2017

Merci. (Blog sans publicité, j'ai supprimé l'url).

Écrit par : Tania | 10/07/2017

Les commentaires sont fermés.