Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/04/2010

Dialogue

Pause printanière / 8    

P Monet, Nymphéas 1906.jpg

Le beau dialogue que Swann entendit entre le piano et le violon au commencement du dernier morceau! La suppression des mots humains, loin d'y laisser régner la fantaisie, comme on aurait pu croire, l'en avait éliminée ; jamais le langage parlé ne fut si inflexiblement nécessité, ne connut à ce point la pertinence des questions, l'évidence des réponses. D'abord le piano solitaire se plaignit, comme un oiseau abandonné de sa compagne ; le violon l'entendit, lui répondit comme d'un arbre voisin. C'était comme au commencement du monde, comme s'il n'y avait encore eu qu'eux deux sur la terre, ou plutôt dans ce monde fermé à tout le reste, construit par la logique d'un créateur et où ils ne seraient jamais que tous les deux : cette sonate. Est-ce un oiseau, est-ce l'âme incomplète encore de la petite phrase, est-ce une fée, invisible et gémissant dont le piano ensuite redisait tendrement la plainte? Ses cris étaient si soudains que le violoniste devait se précipiter sur son archet pour les recueillir. Merveilleux oiseau! le violoniste semblait vouloir le charmer, l'apprivoiser, le capter. Déjà il avait passé dans son âme, déjà la petite phrase évoquée agitait comme celui d'un médium le corps vraiment possédé du violoniste. Swann savait qu'elle allait parler encore une fois. Et il s'était si bien dédoublé que l'attente de l'instant imminent où il allait se retrouver en face d'elle le secoua d'un de ces sanglots qu'un beau vers ou une triste nouvelle provoquent en nous, non pas quand nous sommes seuls, mais si nous les apprenons à des amis en qui nous nous apercevons comme un autre dont l'émotion probable les attendrit. Elle reparut, mais cette fois pour se suspendre dans l'air et se jouer un instant seulement, comme immobile, et pour expirer après. Aussi Swann ne perdait-il rien du temps si court où elle se prorogeait. Elle était encore là comme une bulle irisée qui se soutient. Tel un arc-en-ciel, dont l'éclat faiblit, s'abaisse, puis se relève et avant de s'éteindre, s'exalte un moment comme il n'avait pas encore fait : aux deux couleurs qu'elle avait jusque-là laissé paraître, elle ajouta d'autres cordes diaprées, toutes celles du prisme, et les fit chanter. Swann n'osait pas bouger et aurait voulu faire tenir tranquilles aussi les autres personnes, comme si le moindre mouvement avait pu compromettre le prestige surnaturel, délicieux et fragile qui était si près de s'évanouir.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann – II. Un amour de Swann

 

(Monet, Nymphéas, 1906)

LABEL_BLOGOSPHERE_TV5.jpg

 

Commentaires

Oui, nous assistons à un délicieux dialogue... "jamais le langage parlé ne fut si inflexiblement nécessité, ne connut à ce point la pertinence des questions, l'évidence des réponses". La musique ne fait pas qu'adoucir les moeurs, ici elle les sublime ! Et je ne peux m'empêcher de penser à la mélodie désolante qui se joue en Belgique pour l'instant.
Une sonate belge qui serait "comme un commencement du monde" ? J'ai vachement envie de peindre un oiseau, ce sera un pigeon ;-)

Écrit par : MH | 24/04/2010

Répondre à ce commentaire

C'est le nº 8, tes vacances touchent sans doute à leur fin...dommage pour Proust aussi.
Comme MH, je trouve ce dialogue délicieux. Et après relecture, plus que ça encore.
Merci pour tous ces extraits et les tableaux qui les ont accompagnés.

Écrit par : colo | 24/04/2010

Répondre à ce commentaire

Merci Tania, de cette initiation en douceur à la prose de Proust, tu attises le désir d'y plonger pour de bon. Et avec les nymphéas, je me sens tout-à-fait chez moi.

Écrit par : Aifelle | 25/04/2010

Répondre à ce commentaire

Chers MH, Delphine, Dominique, Zoë Lucider, Aifelle, Colo, JEA, Doulidelle, Armelle B., Damien, Blue Jam, K., Lali, Chr. Borhen, merci pour vos commentaires en mon absence. Ce lundi matin est un peu encombré, permettez-moi de vous saluer collectivement.
Jeudi, un billet inspiré de la lumière du Sud. Et bientôt d'autres notes de lecture plutôt réjouissantes, promis.

Écrit par : Tania | 26/04/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire