Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/04/2010

Désenchantée

Pause printanière / 7    

P Monet, Peupliers.jpg

Comme si les instrumentistes, beaucoup moins jouaient la petite phrase qu'ils n'exécutaient les rites exigés d'elle pour qu'elle apparût, et procédaient aux incantations nécessaires pour obtenir et prolonger quelques instants le prodige de son évocation, Swann, qui ne pouvait pas plus la voir que si elle avait appartenu à un monde ultra-violet, et qui goûtait comme le rafraîchissement d'une métamorphose dans la cécité momentanée dont il était frappe en approchant d'elle, Swann la sentait présente, comme une déesse protectrice et confidente de son amour, et qui pour pouvoir arriver jusqu'à lui devant la foule et l'emmener à l'écart pour lui parler, avait revêtu le déguisement de cette apparence sonore. Et tandis qu'elle passait, légère, apaisante et murmurée comme un parfum, lui disant ce qu'elle avait à lui dire et dont il scrutait tous les mots, regrettant de les voir s'envoler si vite, il faisait involontairement avec ses lèvres le mouvement de baiser au passage le corps harmonieux et fuyant. Il ne se sentait plus exilé et seul puisque, elle, qui s'adressait à lui, lui parlait à mi-voix d'Odette. Car il n'avait plus comme autrefois l'impression qu'Odette et lui n'étaient pas connus de la petite phrase. C'est que si souvent elle avait été témoin de leurs joies! Il est vrai que souvent aussi elle l'avait averti de leur fragilité. Et même, alors que dans ce temps-la il devinait de la souffrance dans son sourire, dans son intonation limpide et désenchantée, aujourd'hui il y trouvait plutôt la grâce d'une résignation presque gaie. De ces chagrins dont elle lui parlait autrefois et qu'il la voyait, sans qu'il fût atteint par eux, entraîner en souriant dans son cours sinueux et rapide, de ces chagrins qui maintenant étaient devenus les siens sans qu'il eût l'espérance d'en être jamais délivré, elle semblait lui dire comme jadis de son bonheur: "Qu'est-ce, cela? tout cela n'est rien."

Marcel Proust, Du côté de chez Swann – II. Un amour de Swann

 

(Monet, Peupliers)

LABEL_BLOGOSPHERE_TV5.jpg

Commentaires

"Et tandis qu'elle passait, légère, apaisante et murmurée comme un parfum..." cher Proust et chère Tania qui nous fais revivre de bien beaux moments!

Écrit par : delphine | 22/04/2010

Répondre à ce commentaire

Proust évidemment... Quel Seigneur tout de même ! Cela étant, en grand lecteur de Marcel que je fus, et que je demeure, j'ai souvent envie de lui dire : "Décolle, bon sang !". Pas vous ?

Écrit par : Chr.Borhen | 22/04/2010

Répondre à ce commentaire

Comme Delphine je m'enchante de ... murmurée comme un parfum ... mais comme Chr.Borhen je crie : Décolle, bon sang ... ! mais serais-tu toi-même ?

Écrit par : doulidelle | 23/04/2010

Répondre à ce commentaire

Moi qui suis toujours trop pressée quand je lis je prends plaisir ici à lire par petits bouts, on se délecte des mots avec encore plus de plaisir

Écrit par : Dominique | 23/04/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire