Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/12/2009

Témoin Loujny

« Et de nouveau, tout recommence : 1932, la famine, la terreur, la fuite de son pays natal.
Jusqu’en 1936, il erre en Ukraine, travaille comme journalier, comme cantonnier. Arrêté, on le force à signer des aveux affirmant qu’il voulait faire sauter la centrale électrique de la ville. Il signe sous la torture. On lui propose de travailler sur le NKVD, il refuse, s’évade, reprend sa vie de vagabond. Il est arrêté une seconde fois, cherche à se suicider après cette seconde arrestation.

L'Affaire Kravtchenko par Nina Berberova (couverture Babel).jpg

Tout est vrai dans le livre de Kravtchenko, proclame-t-il avec passion.
Le pouvoir soviétique a promis au peuple la liberté et il lui a donné le NKVD.
Il a promis le travail et il a donné l’esclavage. Là-bas, en URSS, il y a des centaines de Buchenwald et de Dachau !
Me NORDMANN (qui ne s’est pas départi d’un sourire ironique tout le long de
la déposition) :
Il prend les Français pour des imbéciles.
Me Matarasso commence à poser des questions pour savoir si le témoin n’a pas eu droit à des faveurs de la part des Allemands. Sa famille n’a-t-elle pas été emmenée en même temps que lui ?
Me IZARD : Comme vous venez de l’entendre, sa famille a été anéantie par le régime soviétique !
L’AVOCAT DES LETTRES FRANCAISES : Le témoin connaît-il des cas où, en Russie, on arrête des coupables ?
LOUJNY : Je ne sais pas. Mais, des innocents, on en a arrêté beaucoup.
NORDMANN : Je voudrais demander qui lui a préparé tout ce discours.
Me IZARD (à haute voix) : Ses malheurs ! »

Nina Berberova, L'affaire Kravtchenko

 

Commentaires

Terrible. J'ignorais tout de l'affaire, merci, tu racontes si bien, et le choix de l'extrait est excellent.
Tant de leçons à retenir, tant de méfiance à entretenir.

Écrit par : colo | 12/12/2009

Répondre à ce commentaire

Quelle déception ce fut pour un jeune « plein d’idéal et de rêves de paix universelle » sortant de l’abomination hitlérienne et nipponne, de constater que l’horreur des « camps de concentration » et du « mal belliqueux » ne finissait pas et qu’il restait latent partout dans le monde …

Pourtant, longtemps après, il y eut la chute du mur, l’Europe des ennemis réconciliés, l’effondrement soviétique, l’échec communiste et la reconversion chinoise et … maintenant Obama, le noir et un petit homme modeste, efficace, patient et déterminé à la tête de l’Europe … en attendant les autres, conscients que notre planète est en danger …

Le « vieux papa » que je suis se réjouit de constater que nos contemporains préparent l’avenir de mes descendants, meilleur de fraternité universelle, malgré l’handicap d’un capitalisme égoïste inévitable …

Écrit par : doulidelle | 12/12/2009

Répondre à ce commentaire

Ce qui serait aussi passionnant : une juxta des articles parus dans des quotidiens d'obédiances différentes voire opposées et proposant la$eur chronique judiciaire de ce procès hors normes.

Écrit par : JEA | 12/12/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire