Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/07/2009

Hors d'Europe

Au milieu de Marguerite Yourcenar – Le bris des routines, Michèle Goslar aborde les excursions hors d’Europe de la première femme écrivain à l’Académie française. D’abord l’Amérique du Nord, où elle se rend pour la première fois en 1937, avec Grace Frick. Quand elle y retourne deux ans plus tard, elle se heurte à la nécessité de travailler comme professeur de littérature et d’art, dans la banlieue de New York, et à un mode de vie « plus rude et plus factice qu’en Europe » (M. G.), jusqu’à ce que l’acquisition de Petite Plaisance, « sa maison de Northeast Harbor », ramène une
vie plus paisible et plus propice à l’écriture.
 

Yourcenar Petite Plaisance.jpg

Petite Plaisance, une photographie de Pierre Mackay sur Panoramio et Google Earth

 

La personnalité de Father Divine, un « thaumaturge alors célèbre, objet d’un culte passionné pour une bonne partie des Noirs de Harlem, couvert par ses fidèles, presque toujours misérables, de dollars qu’il redistribuait à de plus pauvres encore » nourrira dans L’œuvre au Noir « l’extraordinaire figure de Hans Bockhold, le comédien visionnaire, charlatan et Dieu-Roi » (Blues et gospels).

 

Des Indiens d’Amérique, elle admire un mode de vie à l’opposé de notre « civilisation du gâchage » : « Ils avaient le sentiment qu’il fallait passer sur terre en laissant le moins possible de traces. Ne pas peser sur la terre. Tout est là. » (Entretien pour Marie-Claire, 1978). Dans Le cheval noir à tête blanche, des contes pour enfants, Yourcenar rend hommage aux Abenakis : « Ils n’en portent pas moins le beau nom commun à toutes les tribus huronnes établies à l’est du Maine, les Abenakis, le peuple de l’aurore. » 

 

« Je croyais la connaître, la vie, mais c’est le jour où je l’ai rencontrée dans l’anonymat total des grandes villes américaines, dans une civilisation alors pour moi sentie comme très différente de celle de l’Europe, plus tard sur les routes du Sud ou du Nouveau-Mexique, et enfin dans la région que j’habite ici, explique-t-elle à Matthieu Galey venu l’interviewer à Petite Plaisance en 1979, que j’ai appris le peu qu’on est dans l’immense foule humaine et combien chacun est obsédé de
ses propres soucis et combien, au fond, nous nous ressemblons tous. Cela m’a été très utile. »

 

Dans ses randonnées sur l’île des Monts-Déserts« en un sens, l’île d’Achille… », un beau texte est consacré à une visite des Jardins Rockfeller, Matinée de grâce (25 juillet 1973). En revanche, la période de chasse ruine l’harmonie, provoque en elle révolte et dégoût. Sa vision du Canada accumule aussi les connotations négatives : « Nulle part on n’a le sentiment d’un site humain enfonçant amicalement dans le sol ses racines, marié à lui comme les moindres villages d’Italie à leurs vignes, ou les fermes scandinaves à leurs labours bordés de sapinières. Personne n’a ornementé au-dehors les maisons pour le plaisir des yeux, ni fleuri les jardins, ni tracé de petits sentiers nonchalants à l’orée des bois. La dure vie dans un climat dur n’a conseillé à l’homme que l’agression et l’exploitation. » (Le Tour de la prison).

  

Lors d’une conférence à Québec intitulée « Si nous voulons encore essayer de sauver la terre », en 1987, Marguerite Yourcenar résume sa pensée : « La formule « Terre des hommes » est extrêmement dangereuse. La Terre appartient à tous les vivants et nous dépendons en somme de tous les vivants. Nous nous sauverons ou périrons avec eux et avec elle. »

 

En Afrique, qu’elle découvre avec Jerry Wilson, elle apprécie la « sauvage beauté » du Maroc. Sur l’Egypte, visitée une seule fois, elle n’écrit guère. En Asie, le Japon où elle voyage pendant trois mois en 1982 sera l’objet principal d’un recueil d’essais, Le Tour de la prison. On y trouve de très belles réflexions sur le sens du voyage et sur son altération par le tourisme de masse. « Mais ce qui s’impose peut-être le plus au cours des grandes et petites péripéties qui font de chaque vrai voyageur un aventurier, ce sont sans doute des visages. Que nous le voulions ou non, même chez les plus adonnés au spectacle naturel ou à la contemplation esthétique, même chez les plus accablés par le pullulement humain qui dévalorise l’homme, certains visages surimpressionnent tout. »

 

Usage du chapelet bouddhique, beauté des vêtements drapés sur les peaux lisses et nues en Thaïlande, magasin de soieries de Jim Thompson à Bangkok « avec ses murs tapissés, comme une bibliothèque l’est de livres, de centaines de rouleaux d’étoffes rangés par nuances », aux impressions de Yourcenar la voyageuse qui composent Le Bris des routines est jointe en annexe une conférence donnée à Tôkyô en 1982, Voyages dans l’espace et voyages dans le temps. Yourcenar la termine ainsi : « Nous sentons qu’en dépit de tout, nos voyages, comme nos lectures et comme nos rencontres avec nos semblables, sont des moyens d’enrichissement que nous ne pouvons pas refuser. »

Commentaires

Vous semez vos billets comme autant de galets lisses de fidélité renouvelée et délicate.
Hors ce contexte : qui sait jouer aux dés les bris des routines ?

Écrit par : JEA | 30/07/2009

Répondre à ce commentaire

Je donne entièrement raison à JEA.
Enfin, pour (tenter de) répondre à la question de ce même JEA : Yourcenar, c'est évident.

Écrit par : Chr. Borhen | 30/07/2009

Répondre à ce commentaire

Passionnants tous ces extraits et j'aimerais avoir une maison comme celle-là ..

Écrit par : Aifelle | 30/07/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Tania,

Merci de nous faire découvrir Marguerite Yourcenar de si belle manière. Ma seule lecture de cette auteure se résume aux Mémoires d'Hadrien. Il y a une telle profondeur dans ce texte que je n'ai posé abordé d'autres textes. Peut-être me conseilleriez L'oeuvre au noir?

Écrit par : Gangoueus | 31/07/2009

Répondre à ce commentaire

Tania ce deuxième billet ne fait que renforcer l'intérêt et l'envie de lire ce bouquin
Marguerite Yourcenar se classe pour moi parmi les personnages d'exception avec par exemple Alexandra David Neel
Ces femmes qui ont choisi un chemin exigeant et l'ont suivi jusqu'au bout

Écrit par : Dominique | 31/07/2009

Répondre à ce commentaire

Oh, Tania, j'aimerais réunir le peu de talent que j'ai pour les commentaires pour te dire que... J'aimerais penser comme M. Yourcenar que nous nous ressemblons tous. Mais après l'attentat terroriste d'hier, à côté de chez moi, mieux vaut seulement t'embrasser. JEA a parfaitement exprimé ma pensée.

Écrit par : colo | 31/07/2009

Répondre à ce commentaire

Chers JEA et Chr. Borhen, merci !
Chère Aifelle, j'aimerais aussi...
Cher Gangoueus, bien sûr, "L'Oeuvre au Noir", ou pourquoi pas les "Nouvelles orientales", plus accessibles et merveilleusement écrites?
Chère Dominique, je suis d'accord. Yourcenar est exceptionnelle d'érudition, déjà, et elle s'est forgé un destin de fidélité à soi-même.
Chère Colo, que dire? Il y a tant de violence que seuls les gestes d'amour redonnent à ce monde quelque sens. Je t'embrasse, amie.

Écrit par : Tania | 31/07/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire