Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/07/2009

Douala ou Mitouba

Je lis peu de littérature africaine, le titre d’un roman d’Eugène Ebodé m’a donné envie d’y faire un tour : La transmission (Gallimard, Continents noirs, 2002). « J’avais seize ans à la mort de Karl Kiribanga Ebodé ». Dès la première page, ce roman puise aux sources de l’auteur, né à Douala, où son père lui a communiqué ses dernières volontés dans une « ultime causerie ». « A ton âge, exactement à l’âge que tu as, nous, nous avions décidé de congédier un vieux monde… »

 

Si sa mère Magrita n’est pas aux côtés du mourant, c’est que ses parents ont besoin d’elle à Mitouba. Pas seulement. Celui que ses amis surnommaient le « Patrouillard » s’est rendu utile au Pays des Crevettes pendant la guerre d’indépendance du Cameroun, les maquisards l’appelaient « Docta ». Infirmier, il sera plus tard conseiller municipal. Karl Ebodé a fui la campagne, les traditions, les obligations familiales. Avant de mourir, il exhorte son fils à ne pas retourner vivre au village maternel, tant il a aimé Douala, sa ville, où il veut être enterré « au milieu des gens d’ici qui savent que tout est toujours à refaire ». Mais il lui demande aussi de payer sa dette, de réparer une faute ancienne : il n’a pas offert la dot avant d’épouser Magrita, qui lui en a toujours voulu. Il souhaite que son fils répare enfin ses torts. Ensuite Eugène fera sa propre vie, lui qui ne pense encore qu’au football.

 

Baobab sur Sigui-travel.jpg

http://www.siguitravel.com/index.php?lang=fr&i=1

 

Chez Thimoté Ichar, le meilleur ami de son père, Eugène Ebodé cherche conseil quelques semaines plus tard. L'homme se délivre alors d’un secret qui les concerne, son père, sa mère et lui, et qui bouleverse le garçon : « j’étais envolcanisé. Il me faut résumer mon état : j’étais devenu averse et tempête de sable. J’étais brise et cyclone. J’étais comme une mer secouée par ses rouleaux. » La cuisine de Mininga, la femme d’Ichar, le pousse à rester, bien que rongé par la colère. Il a besoin d’Ichar pour affronter ses grands-parents à Mitouba, pour organiser cette fête inédite où un fils offrira la dot à la place de son père.

 

Les premières réactions, au village, ironisent sur cette dernière foucade de Karl Kiribanga Ebodé, un provocateur. La mère d’Eugène plaide néanmoins pour que soit mis fin à l’humiliation de cette dot non payée. Ichar l’y aidera, et aussi le parrain d’Eugène, Syracuse. En rencontrant les uns et les autres, le fils apprend à mieux connaître le passé de son père, celui à qui son propre grand-père avait prédit : « Tu as en toi mille vies. Tu es bondissant, tu peux mettre un genou à terre, mais tu renais toujours quand on te croit perdu. » Le « chirurgien impromptu » avait gagné le respect du maquis pendant la guerre. A Douala où il ne connaissait personne, il prétendant avoir appris l’essentiel auprès des « mamies makala », les vendeuses de beignets et de kourkourou.

 

En plus des femmes, Karl Ebodé avait trois passions : « la ville, le vin et la langue française ». Il faut dire qu’il « excellait dans l’art de raconter les histoires ». Eugène se souvient des querelles incessantes de ses parents. Quand il était ivre, son père ne s’exprimait plus que dans la langue de Voltaire, et sa mère lui tenait tête dans sa langue maternelle, l’éwondo. Et chaque fois s’affrontaient la culture urbaine de son père et la tradition paysanne de sa mère.

 

En suivant dans La transmission (premier roman d'une trilogie) les étapes préparatoires et puis la cérémonie de la dot, nous découvrons la personnalité haute en couleur de celui qui mort exerce encore son pouvoir sur les vivants, en même temps que les usages des uns et des autres. Quand Eugène Ebodé aura rempli sa mission et planté « l’arbre du désir », il fera ses propres choix. Lui aussi sera l’homme d’une ville, non pas Douala, mais Marseille, qui l’enchante.

Commentaires

" j’étais devenu averse et tempête de sable. J’étais brise et cyclone. J’étais comme une mer secouée par ses rouleaux."
Quelle superbe façon d'exprimer des sensations!

Écrit par : colo | 06/07/2009

Répondre à ce commentaire

Quelle heureuse initiative que de consacrer une page de « textes et prétextes » à la littérature africaine et plus particulièrement camerounaise d’expression française, maintenant qu’on rend justice à une race autrefois méprisée et assujettie ! Le nouveau président des Etats-Unis va peut-être marquer l’histoire en donnant aux donneurs de leçons que nous fûmes trop souvent l’occasion de rassembler sous sa « houlette » un monde nouveau de solidarité et de justice. … Cependant il y aura encore loin de la coupe aux lèvres …

Écrit par : Doulidelle | 06/07/2009

Répondre à ce commentaire

Oh le bel arbre à palabres ! Je retiens « Tu as en toi mille vies. Tu es bondissant, tu peux mettre un genou à terre, mais tu renais toujours quand on te croit perdu. » Il me semble que c'est un bon viatique

Écrit par : Zoë Lucider | 08/07/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas encore eu le plaisir de lire Ebodé. Mais je me permets de réagir sur la question de la dot et la profonde frustration que peut ressentir une femme d'Afrique centrale qui n'a pas été honorée par cette forme de mariage coutumier. L'ayant vécu dans ma propre famille, je suis curieux de savoir comment Ebodé à traiter la question en "dotant sa mère"? Etrange.

Je note la référence.

Merci Tania.

Écrit par : Gangoueus | 09/07/2009

Répondre à ce commentaire

Comme toi je lis peu de littérature africaine mais ce billet est un bon incitateur, la langue à l'air d'une grande poésie
je suis en ce moment en train de lire un roman de Mia Couto du Mozambique et l'on retrouve un peu la même langue très imagée

Écrit par : Dominique | 10/07/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire