Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/11/2008

Violées de guerre

Il y a bien des femmes dans l’actualité du XXIe siècle, même si elles restent encore trop minoritaires dans les médias, comme l’explique Olympe sur son blog féministe (16/11) - Olympe et le plafond de verre - à propos des « portraits » publiés dans le journal Le Monde en octobre 2008.

Mais en ce moment, sans être à la une, en République démocratique du Congo, des femmes se font violer tous les jours, sauvagement. En janvier 2007, au Forum Social Mondial de Nairobi, des Congolaises disaient déjà leur ras-le-bol. Tous les jours, aujourd’hui encore, quarante femmes grossissent le nombre de ces violées de guerre ! A Bruxelles, Amazone, centre national de ressources pour l’égalité entre hommes et femmes, accueille le site de « Solidarité avec les femmes congolaises » où un collectif de femmes et d’associations crient « Non aux terribles violences sexuelles qu’elles subissent massivement dans l’Est du Congo (Kivu, Ituri…) »

Autocollant féministe vers 1980.jpg

Le contexte des violences y est résumé. Des extraits d’un article de Johann Hari (The Independent, 2006) décrivent les dégâts physiques terribles de ces victimes – vagin, anus, intestins à reconstruire – sans compter les dégâts psychologiques auxquels s’ajoute encore l’exclusion sociale. Souffrances innommables. Le fléau de la guerre au Congo, malgré les déclarations d’intentions des uns et des autres, laisse impuissante même la Mission de l’ONU en RDC. Sur le site de la Monuc, on déplore le non-respect du cessez-le-feu, on constate que « La situation socioéconomique continue de se dégrader dans le territoire de Rutshuru depuis le déclenchement de la guerre fin août 2008, en dépit du calme qui y règne ces derniers jours. »

Que faire ? Comment agir ? Voici ce que propose « Solidarité avec les femmes congolaises ».

  • On vend un autocollant pour sensibiliser l’opinion publique et récolter des fonds destinés à l’aide aux femmes congolaises.
  • On appelle à diffuser une information respectueuse sur les violences subies par les femmes congolaises, à interpeller sur le contexte et les enjeux de la situation.
  • Une pétition est à lire et à signer sur le site de la « Campagne des femmes congolaises contre la violence sexuelle en République Démocratique du Congo (RDC) », dont le texte se termine sur ce vœu : « Pour que le corps des femmes cesse d’être un champ de bataille, pour que la violence sexuelle cesse d’être une arme de guerre, pour que les Congolaises et les Congolais retrouvent leur dignité et puissent enfin espérer vivre en paix. »

« Devenez un défenseur des droits humains » propose Amnesty international Belgique pour fêter les soixante ans de la Déclaration des Droits de l’homme.
Amnesty diffuse un rapport récent intitulé « Nord-Kivu. Une guerre sans fin pour les femmes et les enfants ». Je cite : « Dans le Nord-Kivu, les femmes et les jeunes filles ainsi que, dans un plus petit nombre de cas, des hommes et des jeunes garçons continuent d’être victimes de viols et d’agressions sexuelles commis par des membres de groupes armés et de forces de sécurité. De très jeunes enfants et des femmes âgées sont au nombre des victimes ; beaucoup ont subi des viols collectifs ou ont été violés plusieurs fois. Des viols sont commis en public en présence des proches des victimes, dont des enfants. Des femmes ont été enlevées et retenues pour servir d’esclaves sexuelles. Dans bien des cas, les viols et les agressions sexuelles ont, semble-t-il, une dimension ethnique et/ou visent à terroriser et à démoraliser des communautés soupçonnées de soutenir des groupes rivaux. » Chiffres et témoignages sont accablants.

Contre la violence, les mots peuvent devenir une arme. Si légère soit-elle, utilisons-la.



 

 

Commentaires

Qu'ajouter?
Certainement saluer le magnifique travail d'Amnesty et encourager le plus de monde possible à les rejoindre.
Un besito.

Écrit par : colo | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

J’ai mal et j’ai honte de ma condition «d’individu du genre masculin» quand je réalise que l’amour, ce si bel élan d’union du corps et de l’âme de deux êtres qui se trouvent est trahi par le «mâle bestial » qui se jette sur sa « proie » comme le plus infâme des prédateurs.

Écrit par : Doulidelle | 21/11/2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire