Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/11/2008

Barcelone la noire

L’ombre du vent (2001) de Carlos Ruiz Zafón commence dans l’étrange Cimetière des Livres Oubliés à Barcelone, en 1945. Daniel Sempere, dix ans, élevé dans l’amour des livres - son père tient une boutique de livres rares et d’occasion -, est invité à y choisir un livre oublié pour l’adopter et le garder toute sa vie durant. Où s’arrêter dans le labyrinthe où reposent des milliers d’ouvrages ? A l’extrémité d’un rayon, un titre en caractères dorés l’attire : « Je m’approchai de lui et caressai les mots du bout des doigts en lisant en silence : L’Ombre du Vent, Julián Carax. »

 

Le nom de l’auteur ne lui dit rien, mais le hasard a bien fait les choses. En le lisant, Daniel comprend « que rien ne marque autant un lecteur que le premier livre qui s’ouvre vraiment un chemin jusqu’à son cœur. » Dès lors, il lui faut découvrir qui est ce Carax et ce qu’il a écrit d’autre. Assez rapidement, il se rend compte qu’il n’existe aucun autre exemplaire de ce roman ensorcelant. Un client de son père, Barceló, libraire érudit et fortuné, lui apprend que tous les livres de cet écrivain barcelonais ont été brûlés, et qu’il n’est pas de meilleure spécialiste de son œuvre que sa nièce aveugle, Clara, presque vingt ans. Le voilà bientôt amoureux de cette belle jeune fille deux fois plus âgée que lui. « Clara Barceló me vola le cœur, la respiration et le sommeil. » Il devient son ami, son lecteur, son confident, bien qu’elle le prévienne : « Ne fais jamais confiance à personne, Daniel, et surtout pas à ceux que tu admires. Ce sont eux qui te porteront les coups les plus terribles. » 

Lecteur sur la Rambla.jpg

 

Bernarda, au service des Barceló, prend Daniel en affection, émue par ce garçon sans mère. Mais il déçoit son père. Celui-ci pressent que Clara joue avec son fils comme un chat avec un canari. De plus, Daniel n’a pas tenu sa promesse, puisqu’il a offert son exemplaire si rare de L’Ombre du Vent à la jeune femme. Quand il fête ses seize ans, Daniel fait l’expérience amère de l'abandon. Ni l’oncle ni la nièce ne se rendent à son invitation, et c’est le début de la désillusion. Mis à la porte de chez les Barceló après avoir cherché à récupérer son livre, il est si mal en point qu’un clochard le prend en pitié. Il dit s’appeler Fermín Romero de Torres et prétend avoir travaillé pour les services secrets. Sans le savoir encore, Daniel a rencontré son meilleur allié. « Le commerce des livres c’est malheur et compagnie » proférait Isaac, le gardien du Cimetière des Livres Oubliés. C’est peu dire. En se mettant sur la piste de Carax, le jeune Sempere n’imagine pas le nœud d’intrigues dans lequel il met les pieds.

 

S’il fallait donner une couleur à Barcelone, on la dirait a priori rouge ou jaune, aux couleurs de la Catalogne. Mais la Barcelone de Zafón, c’est Barcelone la noire, la terrible. Pas seulement à cause du quartier gothique - le récit nous promène ailleurs dans la ville, sur la Rambla ou sur la colline de Monjuïc -, mais parce qu’il privilégie les rues sombres, les ambiances nocturnes de la « Ville d’Ombres ». Le diable même y a droit de cité. L’ignoble « homme sans visage » porte constamment un masque de cuir et traîne derrière lui une odeur de brûlé. Autre figure sinistre, celle de l’inspecteur Fumero qui rumine depuis longtemps une vengeance terrible et attend son heure.

 

Bien sûr, le roman a ses heures ensoleillées : « Ma Barcelone préférée a toujours
été celle d’octobre, lorsque nous prennent des envies de promenades et que nous nous sentons mieux rien que d’avoir bu l’eau de la fontaine des Canaletas qui, ces jours-là, miracle, n’a même plus le goût de chlore. »
C’est sous un ciel bleu vif que Daniel retrouve par hasard, à l’université, Béatriz Aguilar, la sœur de son meilleur ami du lycée. Encouragé par Fermín, expert en séduction, Daniel décide de la revoir, bien qu’elle soit fiancée.

 

Les personnages de Zafón ont de la présence, et il y en a beaucoup à découvrir sur la piste du mystérieux Carax, fil rouge de l’intrigue. L’Ombre du Vent comblera ceux
qui adorent les histoires à rebondissements et les méandres d’une enquête compliquée. Trahisons, crimes, secrets, amours mensongères, sentiments vrais... Malgré les longueurs de ce récit souvent tortueux, on veut accompagner Daniel Sempere jusqu’à la résolution de l’énigme, vingt ans après sa première visite au Cimetière des Livres Oubliés.

Commentaires

La statue vivante de ta photo, je l'ai vue moi aussi. Barcelona,cosmopolite et si animée, est une ville où j'adore flâner, et comme mes enfants y ont étudié, j'ai eu de multiples occasions de le faire. "La sombra del viento" m'a beaucoup plu, la magie un peu noire, c'est vrai, du récit... et puis l'endroit bien sûr. Joli billet !

Écrit par : colo | 10/11/2008

Répondre à ce commentaire

J’ai été revoir au grenier mon « Cimetière des Livres Oubliés » qui n’avait, lui, pas de gardien et « je caressai les mots du bout des doigts en lisant en silence ». Quelle intense émotion ! Merci, au delà de tes analyses, de susciter en nous tant de réminiscences !

Écrit par : Doulidelle | 10/11/2008

Répondre à ce commentaire

La couleur noire a longtemps été celle de l'Espagne...il y a "La légende noire" (leyenda negra) liée au thème de l'Inquisition, et puis la guerre civile et ses conséquences bien sûr. Voici le lien d'un beau texte à ce sujet:

http://www.edition-grasset.fr/chapitres/ch_arroyo.htm

Écrit par : colo | 11/11/2008

Répondre à ce commentaire

Grâce à toi, je suis en train de lire ce chouette roman. Je ne sais pas trop pourquoi je suis scotché, j'adore son atmosphère et ses personnages sont très présents et attachants. C'est bien écrit. J'aime beaucoup. Ton blog est décidemment passionnant, une vraie référence. Et puis, quelle rigueur! Bonne année à toi, Tania.

Écrit par : Damien | 04/01/2011

Répondre à ce commentaire

@ Damien : Merci, Damien, j'ai plaisir à voir d'anciens billets revisités et les livres poursuivre leur chemin de lecteur en lecteur.

Écrit par : Tania | 05/01/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire